You better run. [PV - Light]

Aller en bas

You better run. [PV - Light]

Message  Invité le Dim 6 Mar - 14:20

Son premier cour n’avait même pas débuté que deux élèves étaient en train de se chercher. Elle ne décida pas d’intervenir pour le moment. Elle les regarda les bras croisé, le visage dépourvu d’expressions et le regard noir. Quand les élèves s’aperçurent de sa présence, un long silence s’installa et les deux pseudos samouraï se calmèrent. Avec difficulté, certes, mais ils s’arrêtèrent. Ils n'étaient tout de même pas assez crétins pour se donner en spectacle devant un professeur. Adena n’avait pas tellement envie de perdre son temps avec des futilités pareilles. Elle les regarda un à un, en les passant au rayon X. Certains avaient l’air d’être à un enterrement et d’autre semblaient à peine réveillés. Elle avait face à elle des zombies, qui n’était manifestement pas motivés à travailler. Elle avait préparé des séances de vitesse. Chose que beaucoup d’élèves n’apprécient pas en général. Mais il y avait autre chose que les élèves n’appréciaient pas, voir haïssaient selon les cas : les pompes. Il n’y avait qu’à voir la tête que faisaient ses camarades de classes au collège et au lycée. Les filles grommelaient et les garçons faisaient les frimeurs, alors qu’ils n’étaient même pas capable d’en faire ne serait-ce qu’une dizaine. Ce qui avait le don d’amuser la jeune anglaise. Adena n’avait pas prévue de leur faire faire des pompes. C’était, pour le moment, juste une punition. C’était sa façon de s’énerver contre eux. Il y en a qui crient, qui donnent des heures de colles.. Adena en revanche, elle, donne une centaine de pompes. Hurler et donner des heures de colles, ça elle sait le faire. Mais, elle ne trouve pas ces méthodes tout à fait utiles. Les pompes ne l’étaient peut-être pas non-plus, mais cela lui semblait déjà plus « censé ».

Le sifflet qu’elle avait dans la main ne tarda pas à aller autour de son cou. Il fallait maintenant qu’elle se présente, elle ne voulait pas perdre de temps à leur raconter sa vie ou à leur expliquer le programme. Ça, ça sera un peu comme une surprise : ils découvriront à chaque fin de séance. Elle avait envie de leur faire faire un maximum de choses. Le sport est une matière peu prise au sérieux. La preuve, quand vous avez une note plutôt moyenne dans cette matière, vos parents ne vous passent pas le même savon que si vous aviez eu cette note en Mathématiques ou en Français. Ce qui était assez dommage.

- Bonjour jeunes gens, commença-t-elle. Je suis votre nouveau professeur de Sport, Mrs. Greggson.

Les « jeunes gens » en question la regardèrent d’un air blasé. On aurait dit qu’on les forçait à aller dans un musée. Le genre de musée où on peut trouver des représentations d’australopithèques, d’homo-habilis et autre. Le genre de musée ennuyeux où on leur demande de faire un compte rendu pour la semaine avenir.

- Je ne vous fais pas part du programme de cette année, continua-t-elle. Vous le découvrirai par vous-même au fur et à mesure. Maintenant commençons. Vous me faîtes trois tour de la cour.

Elle souffla dans son sifflet et vit les élèves commencer à courir, à contre cœur. Elle voulait savoir quelle était la façon de courir de chaque élève. Elle les observa donc durant les trois tours. Quelques flemmards, dont l’un des deux bagarreurs de tout à l’heure, marchaient les mains dans les poches. D’autres courraient avec un rythme plus ou moins bon, tandis que certains avaient un peu plus de mal. Elle du leur rappeler qu’il n’y avait pas besoin de courir à tout vitesse durant cet exercice, que c’était juste histoire de « les mettre dans le bain » comme on dit. Mais en vain, il y avait toujours quelques garçons qui filaient comme des fusées. De toute manière, ils verront bien par eux même qu’ils ne feront que cracher leurs poumons.

Ce fut vers le deuxième tour qu’un petit incident eu lieu. Un élève venait de tomber et apparemment il s’était fait une grosse entorse. Adena fit signe aux autres élèves de continuer à courir, ce n’était pas un spectacle. Ceux-ci continuèrent tandis qu’Adena se dirigeait vers l’élève en question, une jeune fille. À l’aide d’un élève qu’elle venait de prendre au hasard, elle l’emmena sur un banc afin que son pied se repose. Elle demanda ensuite à la blessée de lui dire comment ce petit incident a eu lieu. Celle-ci lui répondit que quelqu’un l’avait poussée avec violence. Adena fronça les sourcils et regarda les élèves finir leurs tours. Quand ceux-ci eurent finit, elle balaya du regard le groupe d’élèves l’air impassible et les bras croisés.

- Qui a fait ça ? dit-elle d’un ton froid en ne jetant même pas un regard à la jeune élève. Après tout celui qui était responsable se reconnaîtra. Si sa blessure était à l’origine d’un conflit personnel, ce n’était certainement pas en cours de sport qu’il allait se régler.



Spoiler:
Désolé si c'est trop court, je n'étais pas trop inspirée, uhu.


Dernière édition par Mrs. Adena Greggson le Jeu 5 Mai - 9:57, édité 2 fois
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: You better run. [PV - Light]

Message  Invité le Mer 9 Mar - 14:09

    En cette froide matinée, Light était de sale humeur. Les bras croisés contre sa poitrine, adossée contre un des murs de la cour, elle observait deux garçons de sa classe se battre, une moue boudeuse aux lèvres. Aujourd'hui on l'avait obligé à... À aller en SPORT ! Non mais je ne sais pas si vous vous rendez compte. Cette matière, parmi toutes les autres, était celle qu'elle haïssait le plus. Pour nombre de raisons plus que justifiées.
    Premièrement, on les forçait à bouger dans tous les sens comme de vulgaires animaux. Ce qui est quand même très désagréable.
    Deuxièmement, tout le monde se voyait recouvrir d'une couche de sueur atroce et puante, juste dégoûtante.
    Troisièmement, c'est extrêmement fatiguant pour une Reine de se dépenser ainsi. Enfin, où va le monde, on se le demande !
    Voilà, en partie c'est ça. D'un seul coup, les idiots de service s'arrêtèrent et un silence inhabituel s'installa. La jeune fille releva les yeux sur la professeur qui serait très prochainement la cause de son calvaire. D'ailleurs, cette dame avait presque l'air heureuse. Light se jura qu'elle lui ferait regretter ce sourire un jour ou l'autre. Doucement, comme un chat s'avançant vers sa proie, la demoiselle se joignit au groupe pour entendre les paroles de la femme.

    "Bonjour jeunes gens, je suis votre nouveau professeur de sport, Mrs. Greggson."

    Mrs Greggson. Greggson. Elle n'oublierait pas ce nom. Jamais. Comme ceux de toutes les personnes qu'elle avait dans sa ligne de mire. Quoi que, elle avait l'impression d'en avoir laissé s'échapper quelques uns ces derniers temps. Comme si ses idées s'envolaient... D'un geste de la main, elle écarta cette hypothèse. Une Reine ne pouvait pas oublier un sujet déplaisant, c'était impensable.

    "Je ne vous fais pas part du programme de cette année. Vous le découvrirez par vous-même au fur et à mesure. Maintenant commençons. Vous me faîtes trois tours de la cour."

    Quoiiiiii ?! Trois tours ? Non mais elle était complètement tarée cette "Mrs Greggson" ! Le coup de sifflet annonçant le départ retenti et Light fut entraînée malgré elle dans la foule d'élèves. Non... Non, elle ne pouvait pas courir. Elle était en robe - jamais elle n'aurait accepté de mettre l'immonde survêtement imposé par le pensionnat, elle avait sa fierté -, et personne ne pouvait la forcer à avancer ainsi vêtue. Personne. Au deuxième tour (elle avait laissé passer le premier, juste pour montrer qu'elle savait courir. Elle ne voulait pas qu'on la prenne pour une incapable. Et puis quoi encore ?!), d'un seul coup, comme elle savait si bien le faire, elle se laissa tomber. Elle forma de grosses larmes dans ses yeux et les fit s'écouler sur ses joues. Ensuite, elle hurla. La professeur vint la chercher en peu de temps, et la redressa avec l'aide d'un autre élève. Ils la conduisirent jusqu'à un banc, puis on lui demanda comment elle était tombée. Elle s'inventa une scène de crime. Ainsi qu'un coupable imaginaire l'ayant volontairement poussé. La jeune femme l'a cru sans avoir le moindre soupçon. Ah, les adultes, tellement influençables. Quelques pleurs, un regard adorable et ils se retrouvent à vos pieds. Patiemment, Light attendit que les autres élèves terminent leurs tours. Ensuite, elle observa son spectacle se mettre en place.

    "Qui a fait ça ?"

    La voix était froide, tranchante. Exactement comme il fallait. Un grand silence plana dans la cour, tout le monde se regardant du coin de l'œil sans comprendre. Evidemment. Comment pouvait-on trouver un coupable inexistant ? Lentement, la jeune demoiselle regarda toutes les personnes devant elle. Elle avait toujours trouvé les élèves de sa classe complètement stupides. L'heure était venue de se venger, tout en montrant qui elle était à cette professeur de malheur. Elle se racla un peu la gorge pour attirer l'attention, puis elle débuta.

    "Madame... Personne ne va se dénoncer... Et vous n'allez pas laisser mon agresseur s'en tirer sans rien dire, si ?"

    Danse, danse, petite marionnette. Avant que je ne coupe tes fils.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: You better run. [PV - Light]

Message  Invité le Mer 18 Mai - 15:52

Bien sûr, personne n’allait répondre. La question du professeur était en un certain sens inutile, quel élève aurait eu l’amabilité de se désigner après tout ? Celle-ci regarda les élève un à un, qui ne semblaient pas vraiment comprendre ce qui se passait. Adena Greggson n’avait travaillé dans aucun établissement avant celui-ci mais était loin de manquer d’expérience. Et il ne valait mieux pas tenter de la duper, ça pourrait très vite tomber à l’eau. Soudain une petite voix se fit entendre derrière elle, une voix douce et innocente..

« Madame … Personne ne va se dénoncer … Et vous n’allez pas laisser mon agresseur s’en tirer comme ça, si ? »

Peut-être même un peu trop innocente d’ailleurs. La grande brune tourna légèrement la tête pour lancer un regard à la jeune fille, vêtue d’une robe. Sûrement une élève de plus qui pense que le cours de sport ne vaut pas la peine de changer de tenue. Chose qu’Adena n’appréciait que très moyennement. Un minimum d’efforts, était-ce trop demander ? De plus, si la demoiselle avait changé de tenue, peut-être que cela se serait mieux passé. Du moins, son histoire de « on m’a poussé alors je suis tombé et j’ai très mal » aurait été ne serait-ce qu’un tantinet plus crédible.

« - Non, bien sûr que non, dit le professeur avant de s’adresser au élèves. Cinq tours de plus. »

Quelques plaintes – du moins un nombre incalculable de plaintes – se firent entendre. Des insultes, mêlées à des commentaires peut agréable à entendre et tout ce qui s’en suit. Mais l’anglaise savait parfaitement ce qu’elle faisait. C’est pourquoi elle fit volte-face et alla s’asseoir aux côtés de la « victime ». Elle tâta la cheville de celle-ci en la regardant d’un regard à la fois perçant et à la fois compatissant. Du moins, presque compatissant. . Son regard avait beau vouloir dire un certain nombre de choses, son visage était dépourvu d’expressions. Son côté impassible pouvait devenir agaçant pour certaines personnes et Adena s’en était aperçu autrefois dans le passé, surtout dans ses combats de roller-derby.

« -Quelle idée de venir en sport habillée ainsi aussi, lui dit-elle en soupirant avant d’appuyer fortement à un endroit précis sur sa cheville. Tu as mal ici ? »

Adena avait un doute sur sa sois disante blessure. Quelque chose n’allait pas dans tout ça, la jeune fille qu’elle avait en face d’elle n’était pas crédible. Et on n’a pas besoin d’être crédible quand on s’est vraiment fait mal. Non décidément, si elle s’est fichue de son professeur de sport, elle n’allait pas s’en sortir aussi facilement. Il était que clair que non, elle déteste qu’on se moque d’elle. De plus, il n’y avait qu’une seule solution pour savoir si celle-ci mentait ou non. La jeune enseignante avait appuyée à un endroit bien spécifique et si l’adolescente n’avait pas mal ici c’est que sa blessure était une pure invention. En attendant, il faudrait que En tournant un peu le regard, Adena vit quelques élèves s’arrêter « discrètement » et leur cria de continuer sinon c’était pire que des tours de cours qu’elle leur ferait faire. Strict ? Peut-être mais juste. Du moins, c’est ce qu’elle pensait. Être sympathique avec un élève, pourquoi pas ? Après tout ce n’était pas quelque chose d’interdit. Mais il fallait que l’élève le mérite. C’était donnant donnant. Et puis à vrai dire il n’y avait que ça qui marchait avec eux, en plus de la carotte qui fait avancer le bourricot. C’était bien dommage cette façon de fonctionner..


Spoiler:
Je suis désolée si c'est trop court, mais je me suis dis qu'il fallait que je te réponde au plus vite. Je modifierai si il le faut.
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: You better run. [PV - Light]

Message  Invité le Dim 25 Sep - 9:10

    Miss Adena Greggson tourna les yeux vers la jeune fille. Un regard froid, impassible. Comme si le petit manège de Light ne la faisait pas du tout marcher et qu'elle était totalement consciente de la supercherie. Bizarrement, l'adolescente sentit un petit frisson parcourir son dos. Elle n'allait pas perdre quand même... ? Elle avait vaincu – ou presque – cette furie de Victoria, ce n'était pas une bête prof de sport qui allait pouvoir l'abattre, oh ?! D'ailleurs, de quel droit elle se permettait de jeter un regard aussi dédaigneux sur sa magnifique robe ? On ne pouvait pas être aussi... Détachée, voir même répugnée, par de la haute couture ! C'était tout simplement impensable, inadmissible. Enfin, de toute façon, elle allait finir par le payer. Il suffisait de savoir patienter un peu. Et Light était très patiente quand elle le voulait. Avec un petit sourire narquois, à peine perceptible, elle entendit Mrs Greggson ordonner aux autres de courir cinq tours de plus. Haha, que c'était amusant ! Il en fallait peu pour divertir mademoiselle Gauthier. Et là, en l’occurrence, les plaintes et les insultes lâchées par ses camarades manquèrent presque de la faire rire aux éclats. Si elle n'avait pas eu à garder ce pauvre petit air affligé de demoiselle qui souffre, elle aurait probablement gravé sur ses lèvres son sourire le plus triomphale. Sa victime avait beau avoir un regard quelque peu effrayant, il n'empêchait qu'elle marchait dans le sens voulu. Mieux même. Elle courait. Enfin, en parlant des yeux de la jeune professeur, ils étaient à nouveaux posés sur l'adolescente. Elle paraissait ne rien ressentir, comme si sa tête était vide de toute, comme une poupée sans âme. Décidément terrifiant. Même son air à-demi compatissant paraissait faux, contrefaçon d'une expression première. Silencieuse, Light laissa la professeur palper sa prétendue blessure, attendant le bon moment pour agir. La vengeance est un plat qui se mange froid comme on dit. Même si dans la situation présente, il s'agissait davantage d'une attaque que d'une vengeance. Disons un mélange flou des deux. C'est alors que Mrs Greggson prit la parole, de son habituel ton légèrement grave.

    « -Quelle idée de venir en sport habillée ainsi aussi, lui dit-elle en soupirant avant d’appuyer fortement à un endroit précis sur sa cheville. Tu as mal ici ? »

    Sans attendre, la jeune fille plissa le nez, ferma très fort les paupières et prit sa plus perfectionnée expression de martyre. Elle était une excellente actrice. Cependant, elle avait agi plus par réflexe qu'autre chose, et un détail important lui vint en mémoire. Si JAMAIS, sa cible avait appuyé à cet endroit, alors qu'elle n'était pas censée avoir mal ? Elle se serait trahie. Pourtant, si c'était bien un endroit devant être douloureux, elle avait gagné. C'était tout ou rien. Quitte ou double. D'une oreille distraite, Light entendit sa professeur hurler après des élèves. Il fallait réfléchir vite. Même si c'était amusant de jouer avec le feu, elle ne tenait pas à avoir une heure de colle ou autre dans le genre. Pas que ça à faire, vous comprenez ? Qui martyriserait les plus jeunes si elle était coincée dans une salle de classe un samedi matin, hein ? Plus personne, voilà. Et les pauvres s'ennuieraient. HAHA ! Bref. Une idée, il lui fallait une idée. Quelque chose de tellement crédible qu'on ne pourrait plus se permettre de douter d'elle. Quelque chose de banal, de futile, de probable. Quelque chose qui mettrait définitivement Adena dans l'impasse. Une ampoule s'alluma dans son esprit. (Ceci est une image, bien entendu.) Une expression désolée se peignit sur ses traits fins, et elle observa droit dans les yeux la jeune femme assise à ses côtés. Son regard chocolat alla à la rencontre de celui, charbon, de sa possible future victime. Elle la mettait au défi de percer l'ironie qui berçait son âme. Un défi qu'elle était sûre de gagner, vu le trop plein d'innocence qui noyait momentanément l'hypocrisie vu de l'extérieur. La jeune fille savoura un instant la sensation fantastique de manipuler le monde l'entourant, se délectant de cette saveur oscillant entre le sucré et l'amer, avant de prendre la parole de sa voix légère.

    « Oui, ici ça fait mal madame... Mais je me suis cognée contre un mur il y a peu, alors c'est peut-être ça aussi. Je n'arrive pas à distinguer les deux douleurs, elles sont étroitement mélangées, c'est étrange. Vous pensez qu'il faut mettre de la glace ? »

    Terriblement stupide. Mais qui ne se frappait jamais contre un meuble, une porte, ou que sais-je encore ? C'était tout à fait plausible, et ainsi elle était sûre de ne pas se vendre. Tout un art, de faire dans le réalisme. Il fallait s'intégrer dans la vie de tous les jours, jouer à la perfection dans cette pièce de théâtre faite de tous petits riens, baigner dans cette atmosphère particulière qu'est le quotidien. Et se servir de cette expérience pour devenir la personne la plus crédible du monde. D'un air inquiet, l'adolescente posa sa main froide sur son pied, comme si cela pouvait soulager sa blessure imaginaire. Elle était un peu rouge au niveau de la cheville. Apparemment elle s'était réellement cognée contre un pavé en simulant sa chute. C'était quelque chose de parfaitement superficiel, mais cette rougeur pourrait lui être utile dans son but du réalisme exact. Enfin, se souvenant des paroles et des regards d'Adena, Light eut un petit sourire contrit, comme celui d'un enfant ayant fait une bêtise, et annonça une autre tirade, en appuyant bien sur chacun de ses mots. Martèlement étonnement fluide.

    « Au fait... Vous savez, ma robe, c'est mon papa qui me l'a offerte. Il me manque tellement, je n'ai pas pu m'empêcher de la porter, pour penser à lui. Vous comprenez ? Non, bien sûr que non. On ne vous a pas abandonné, vous. Enfin, j'ai une autre excuse : c'est de la haute couture, madame. Exceptionnel, pas vrai ? Quoique, ça non plus vous ne devez pas connaître... Je me trompe ? »

    Le tout toujours accompagné de cet étrange sourire. Ce joli visage cachait une noirceur sans précédent, que seule elle pouvait maîtriser à sa guise. Seule elle arrivait à dire des choses terribles avec cette expression adorable sans paraître fausse le moins du monde. C'est le carnaval tous les jours. Un démon s'est déguisé en ange ♥
avatar
Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: You better run. [PV - Light]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum