"De la stupidité ou comment transformer sa journée en un champ de ruine" [Caine Soren]

Aller en bas

"De la stupidité ou comment transformer sa journée en un champ de ruine" [Caine Soren]

Message  Amyas Crale le Lun 25 Avr - 21:32

    Amyas n'avait rien à faire. Mais vraiment rien de rien. Il avait bien déjà le tour de ce que à quoi il aurait pu s'adonner mais aucune option ne lui avait paru envisageable. Il aurait pu aller voir des amis cependant l'entreprise se serait révélé ardu vu son manque de sociabilité et la solution ami imaginaire lui semblait bien trop pitoyable. Le deuxième choix aurait été de sortir pour « respirer le grand air » seulement il faisait bien trop chaud à son goût. Les autres solutions se présentait comme le rangement de sa chambre transformé en dépotoir depuis maintes mois ou faire ses devoirs, mais aucune des deux alternatives ne lui paraissait ragoutante.
    Finalement, il choisit de faire de cette journée ennuyeuse celle de la recrudescence de ses souvenirs. Rien que pour se consoler de sa venu dans ce sordide orphelinat. Il en avait besoin pour se rappeler jadis que lui, Amyas Crale, avait été quelqu'un de craint et de respecté dans sa bien aimé ville. Qu'il lui suffisait d'arriver et de demander pour que son souhait soit réalisé. Que ses parents bien que stupide lui passaient toujours tout ses caprices. Il en avait certes un peu abusé. Mais ce qui lui manquait par dessus tout, c'était sans aucun doute des amis sur qui compter, enfin surtout l'un d'eux... A vrai dire, cette remémoration commençait à lui filer le cafard.
    C'est pourquoi plutôt que de se perdre dans ses évocations déprimantes, il préféra mettre à exécution ce qu'il faisait le mieux. A savoir « aller embêter l'un de ses concitoyens », rien de tel pour se rappeler le bon vieux temps. Le choix fût vite fait et se porta sur l'un de ses compagnons créchant un peu plus loin dans le bâtiment. Ce type était un illustre exemple du gros lourdaud pechnaud pelliculeux à acné géante maigrichon, trouillard et surtout exempt de pouvoir. Bref, pile le genre de personne qu'Amyas détestait et surtout la victime idéal.
    Certes, ce type n'avait rien fait mais il lui suffisait de trouver une excuse toute faite. Il ne comptait pas le frapper, il n'était pas du genre violent, enfin pas trop comparé à certains. Il se contenterait de le menacer un peu, de l'obliger à faire quelques actions disons divertissantes puis il partirait en lui volant son argent de poche hebdomadaire avoisinant les deux-milles dollars. Bref, rien de bien méchant. Rien que d'y penser, il avait déjà des palpitations. L'action lui manquait vraiment.
    Il fonça jusqu'à la chambre de sa bien aimé victime. Ouvrit brusquement la porte, s'adossa de coté contre la porte afin de pouvoir regarder son souffre-douleur dans les yeux dans une positon qu'il jugeait classe. Il aimait soigner ses entrées. Et commença à lui sortir ceci la tête baissé les yeux à demi clos:

    « Alors, qu'est-ce que t'es en train de faire gamin? Tu crois que je suis pas au courant de ce que tu manigances? Tu sais, quand on veut jouer aux caïds, on se frotte pas à plus fort que soi. Toi et moi, on va avoir des choses à se dire. »

    Puis il redressa la tête afin de voir si sa tirade avait fait son petit effet, ce dont il ne doutait pas étant donnée l'individu. Mais malheureusement, ce qui se produisit n'était pas vraiment ce qu'il avait prévu. Tout d'abord, il remarqua que la personne n'était pas la bonne. Ensuite, que ce n'était pas n'importe qui mais ce salaud de Caine. Et pour finir que la dite personne avait l'air d'humeur particulièrement jovial et affichait un grand sourire qu'Amyas aurait pu qualifier de vicieux.
    A ce moment, il entendit distinctement une petite voix lui dire dans sa tête « félicitation, tu as cherché les emmerdes, tu les as trouvés, mais ne t'inquiètes pas, tu n'en sortira pas de sitôt » et il sentit que ce jour ne serait surement pas à marquer d'une pierre blanche.


Dernière édition par Amyas Crale le Mar 10 Juil - 23:53, édité 3 fois
avatar
Amyas Crale

"Je suis un libre penseur, un trublion, un EMMERDEUR!"♪



Messages : 110

Age du personnage : 16




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "De la stupidité ou comment transformer sa journée en un champ de ruine" [Caine Soren]

Message  Caine Soren le Jeu 24 Mai - 16:33

    Caine avait prodigieusement honte. Depuis le matin, il se frottait à un problème des plus épineux. Un des plus difficiles qu'il ait jamais eu à surmonter, des plus rudes, un de ceux qui font fumer les oreilles et rougir les joues (et de ceux qui, accessoirement, énervent le chaland). Le jeune homme, quatorze ans tout frais, ne savait plus où donner de la tête. Sa bouche, par contre, était bien occupée. Le stylo qu'il s'évertuait à détruire avec ses dents depuis bientôt deux heures pouvait en témoigner. Il était si rongé que n'importe qui aurait juré, en y regardant d'un peu plus près, voir la mine apparaître. Caine détestait que quelque chose lui résiste. Et que ce quelque chose résiste depuis deux heures n'arrangeait rien à l'affaire : en ce moment-même, tout ce qui aurait pu lui servir de punching-ball (prétendus amis, certifiés ennemis, en passant par les ustensiles de la cuisine et les écureuils qui couraient partout dans les bois -après tout, autant éviter l'intolérance, si tout le monde était maltraité on n'en parlerait plus) aurait été le bienvenue. Et serait reparti avec des éclats de plafond dans le dos et les fesses roussies.
    Dans ces moments-là, le mieux qu'il y avait à faire, c'était d'imaginer une tête de turc, et hurler mentalement des insultes au gentil ami imaginaire qui, lui, n'avait rien fait. On pouvait pousser le vice jusqu'à imaginer quelles tortures on pouvait lui faire subir, c'était toujours un bonus.

    Évidemment, Caine savait que s'il en avait eu l'occasion, il se serait contrôlé, comme d'habitude, pour ne pas risquer de compromettre sa position au sein du pensionnat. Que pour taper sur les réfractaires, il y avait Drake. Mais ici, il était seul dans sa chambre, et il pouvait bien penser tout ce qu'il voulait, personne n'en saurait jamais rien.

    De toute façon, ces merveilleuses techniques ne semblaient pas avoir d'effets majeures sur sur son humeur (il la sentait chuter d'une centaine de points par seconde, on devait frôler les trois cents kilomètres au-dessous du niveau de la mer).

    Ainsi, cet ignoble devoir de mathématiques continuait à lui pomper son énergie vitale avec la sûreté de la licorne courant verts son amant pailleté. Car il semblait bien que Caine Soren, qui se considérait comme le maitre absolu du pensionnat Coates, butait contre un simple, bête, idiot exercice de maths. Et il trouvait cette situation profondément injuste. Fermant les yeux, il essaya de retrouver un calme relatif, tout en chassant de ses pensées toutes visions de son professeur se faisant malmener de droite à gauche par une force invisible. Non, lui charcuter le visage et lui éclater le crâne était peut-être trop cruel, il suffirait de... Il s'arrêta net et prit une grande inspiration, barra l'ensemble de sa feuille, prit un nouveau brouillon et reprit l'exercice de zéro. Il était sûr que le professeur l'avait fait exprès. Lui qui n'avait d'habitude jamais de problèmes pour cette matière se retrouvait à plancher bêtement pendant tout l'après-midi, alors que nombre d'activités bien plus intéressantes l'attendaient. Continuer la chasse aux mutants, par exemple. Faire comprendre leur erreur à ceux qui refusaient de le rejoindre. Gagner à sa cause quelques pensionnaires de plus.

    Malheureusement, il fallait se rendre à l'évidence, ce beau programme ne serait pas pour aujourd'hui. Aujourd'hui, il fallait faire des maths. Il n'en pouvait plus de joie. S'il n'avait eu aucune dignité, s'il avait voulu jeter sa fierté aux orties, et s'il s'était dit que sa réputation, il s'en fichait, bref, s'il n'était pas Caine Soren, il aurait laissé tomber depuis belle lurette dans un hurlement et serait parti vaquer à ses occupations ailleurs. Très loin. Malheureusement, il était Caine Soren, il tenait à sa réputation auprès des professeurs, et le jour où on le trouverait en train de hurler comme un dément n'était pas encore arrivé.

    Il regarda sa montre. En deux heures, il n'avait pas avancé d'un pouce. C'était désespérant.

    Le jeune homme en était là de ses plaintes pathétiques lorsqu'un hurluberlu fit soudainement irruption dans sa chambre, prenant une pause aussi ridicule que les plaintes que Caine formulait quelques minutes plus tôt. S'il s'imaginait que la tête baissée et l'adossement à la porte lui conférait une aura de classe irrésistible, il était dans l'erreur la plus totale. Caine le regarda en haussant un sourcil. Il avait juste l'air d'un abruti. Et, pour ajouter à son discrédit, d'un abruti qui se croyait permis de squatter sa chambre.

    « Alors, qu'est-ce que t'es en train de faire gamin? Tu crois que je suis pas au courant de ce que tu manigances? Tu sais, quand on veut jouer aux caïds, on se frotte pas à plus fort que soi. Toi et moi, on va avoir des choses à se dire. »

    Qu'est-ce que c'était encore que cette histoire? Caine s'arrêta net de dévisager l'individu avec condescendance pour froncer les sourcils, avant d'afficher un sourire. Il ne savait trop que penser de ce jeune homme qui déboulait comme un guignol dans sa chambre pour finalement formuler des propos qui pouvaient être on ne peut plus sérieux. Avait-il réellement découvert quelque chose ou jouait-il simplement avec le feu? Il décida qu'il ne pouvait pas prendre de risques (Et que les mathématiques, devant une cause si grande et si juste, pouvaient bien attendre). D'un geste, il referma la porte grâce à la télékinésie. Elle claqua contre le chambranle, déséquilibrant l'intrus, qui se ramassa par terre. Caine se renfonça dans son siège, un large sourire accroché aux lèvres, tel un parrain avant une condamnation à mort. Tout d'un coup, il se sentait de très bonne humeur.

    « Si nous avons des choses à nous dire, je te prie de commencer. J'ai hâte de savoir ce que je manigance. »

    Il faillit rajouter « gamin » avec un petit air suffisant, mais un sursaut de bon sens l'en empêcha. Se sentir vexé par ce que l'autre venait de lui crier était idiot.
    Certes.
    Il aurait tout de même préféré que le monde entier reconnaisse sa supériorité. Se faire traiter de gamin et de caïd de bas étage ne lui plaisait pas du tout, et il lui aurait bien montré directement qui tenait le pouvoir, s'il ne lui avait pas fallu rester prudent. Ne pas risquer de ternir son image, surtout, même en présence de cet individu.... Dont il ne connaissait même pas le nom. Il le détailla avec insistance. Cheveux gris (allons donc), des yeux de la même couleur, plutôt grand. Il se souvenait vaguement l'avoir croisé dans les couloirs sans jamais lui avoir adressé la parole. Apparemment, il se faisait plutôt discret -du moins envers lui et sa bande, il ne connaissait pas par cœur les relations complexes qui unissaient tous les pensionnaires entre eux.

    Il lui fallait rester vigilant. Au premier mouvement suspect, il l'enverrait balader contre le mur sans plus de cérémonie. Il soupira. Drake n'était jamais là quand on avait besoin de lui.
avatar
Caine Soren

"Pour une couronne qu’on récupère..." ♪



Messages : 195

Age du personnage : 14

Localisation : A la tête de son ''clan'' de Dégénérés




Locker
Groupe : Dégénérés
Pouvoir ou Caractéristique: Télékinésie

Détails?
:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "De la stupidité ou comment transformer sa journée en un champ de ruine" [Caine Soren]

Message  Amyas Crale le Mar 10 Juil - 23:55


    « Si nous avons des choses à nous dire, je te prie de commencer. J'ai hâte de savoir ce que je manigance. »

    La rencontre d’Amyas avec le sol n’était pas vraiment des plus plaisantes. Il s’empressa de se relever et fit face à l’individu qui se tenait devant lui et qu’il aurait préféré ne jamais rencontrer. Apparemment, il y avait dans ce monde une force maléfique qui l’empêchait de réaliser ses souhaits. Souhaits certes pas très honnête ou digne de louanges mais qui avait le mérite d’être divertissants. Amyas se demanda vraiment comment il avait pu faire une aussi grosse bourde.

    Son plan était pourtant parfait du début à la fin : entrer dans la chambre, menacer un petit con, s’amuser, lui voler son argent, repartir sans se faire remarquer. Oui, tout était parfait ! Amyas n’avait juste pas pris en compte le facteur « se tromper de porte » et par conséquent de sale gosse mais ça c’était une autre histoire. Il avait vraiment fait une erreur de débutant.
    Maintenant, il lui fallait choisir. Soit il disait la vérité à Caine et il devenait la risée de tout le pensionnat - bon il serait certes un abruti en un seul morceau mais un abruti quand même et cela ne lui convenait pas vraiment. Soit il inventait un mensonge comme il savait si bien le faire.

    Malheureusement, en cet instant, il ne lui venait pas grand-chose à l’esprit à part prendre la fuite en espérant que son adversaire n’aurait pas le temps de réagir. Il fallait trouver quelque chose et vite, Caine n’allait surement pas attendre bien longtemps. Il en était là à ses réflexions quand une certaine raquette vins se rappeler à son bon souvenir. Il sut à ce moment là qu’il tenait sa porte de sortie mais également sa vengeance. Voilà, ce qu’on appelait faire d’une pierre, deux coups.

    Son plan était génial. Il allait marcher, ça ne pouvait que marcher. Enfin, il l’espérait… La seule chose qu’il lui fallait pour réussir, c’était un type merdeux, borné et arrogant. Quelqu’un d’assez stupide pour aller s’amuser à défier Caine sans raison. Et de préférence qui soit sans pouvoir. Bref, il avait un type avec la gueule de l’emploi sous la main qui n’était autre que ce cher Kurt, le voleur de raquette. Le plan était simple et consistait en « mettre tous sur le dos de quelqu’un d’autre et se faire passer pour un pauvre sous-fifre incompétent et servile ».

    Maintenant il allait devoir devenir ce stupide sous-fifre ce qui vu son entrée fracassante n’allait pas être très difficile. Il décida de commencer par un :

    «Hola, te mets pas en rogne comme ça. Je venais juste vérifier si le terrifiant Caine n’était pas juste une mauviette. Turk avait des sérieux doutes sur tes capacités alors il m’a envoyé pour voir si t’étais vraiment un dur. »

    Hum, pas mal mais ça ne serait pas suffisant. Amyas réfléchit. Au fond, Caine était ni plus, ni moins qu’un mini Ariel. Il était tout les deux ambitieux, arrogants et surtout, ils ne pensaient qu’à eux même. Il se remémora ses souvenirs et se dit qu’un léchage de bottes ne serait pas de trop.

    «Bon, je vais pouvoir aller lui dire que t’as pas usurpé ta réputation, caïd.»

    Voilà c’était fait. Maintenant, il fallait espérer que Caine n’ait pas eu vent de sa relation quelque peu houleuse avec Kurt. Qu’il ne soit pas au courant qu’Amyas était un solitaire forcé, plus communément appelé un sans ami.

    Enfin, il n’était pas trop inquiet, quelqu’un d’aussi suffisant ne devait pas beaucoup s’intéresser aux autres et Amyas faisait toujours en sorte d’être le plus transparent possible. Non, décidément, c’était vraiment impossible que Caine ait même eu vent de son existence.

    De toute manière, même si son plan foirait, il ne serait pas le seul à trinquer et rien que cette pensée le mit en joie. Il n’avait plus qu’à espérer que Kurt ait préparé sa trousse de secours…
avatar
Amyas Crale

"Je suis un libre penseur, un trublion, un EMMERDEUR!"♪



Messages : 110

Age du personnage : 16




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "De la stupidité ou comment transformer sa journée en un champ de ruine" [Caine Soren]

Message  Caine Soren le Sam 28 Juil - 18:59

    Caine se disait que sa journée avait bizarrement commencé. D'abord, il se frottait à un exercice récalcitrant (il lui ferait bientôt comprendre sa douleur et oui, les mathématiques regretteraient de s'être mises sur le chemin de Caine Soren, avec Pythagore et Thalès en bonus), s'était généreusement énervé sur le problème que son intelligence supérieure refusait de résoudre, et maintenant, un hurluberlu se pointait comme une fleur dans sa chambre (enfin, comme une fleur, c'était une façon de parler, il avait davantage surgi qu'autre chose. Comme un diable de sa boite. Sauf que l'individu ne ressemblait pas à un diable, mais plutôt à un adolescent normal et un peu paumé), lui criant des menaces avec une tête de demeuré (Caine espérait ne pas ressembler à ça quand il se livrait à du chantage, sinon il avait peur de ne jamais pouvoir s'en remettre -quoique la perspective était peu probable, s'il avait tiré une tête bizarre non répertoriée au catalogue des têtes bizarres, nul doute que Diana ne se serait pas privée pour le lui faire remarquer, avec plus ou moins de gentillesse). Heureusement, Caine n'avait pas perdu son calme devant les événements, même s'il se demandait encore si c'était une mauvaise blague, si le type était suicidaire ou si vraiment il était sérieux. La dernière option restant à ses yeux, la plus terrifiante.

    Cette entrevue avait au moins l'avantage de lui faire oublier un instant ses histoires de mathématiques (vous ne perdez rien pour attendre).

    Il crut que les yeux allaient lui sortir de la tête en observant le subit revirement du garçon. Il se fichait de lui ou quoi? Il venait... le tester? Caine sentit son visage devenir très chaud. Sans un mot, il se leva, se redressant de toute sa hauteur de jeune adolescent n'ayant pas fini sa croissance, et toisa le nouveau venu, dont il désapprouvait le flegme malvenu en sa présence. De plus, le terme de mauviette lui déplaisait profondément. Bien qu'il soit d'un naturel calme et sûr de lui, Caine n'appréciait que moyennement que l'on doute de ses capacités. Car il s'agissait bien de cela, n'est-ce pas? Certains, dans ce pensionnat, doutaient encore de ses compétences à régner sur Coates et sur les membres de son groupe. Il fouilla dans sa mémoire. Qui était donc ce Turk? Son cerveau lui envoya des clichés flous d'un garçon sans caractéristiques spéciales, assez transparent bien que perturbateur. C'était cet être insignifiant qui osait venir lui casser les pieds? Apparemment, il ne faisait pas preuve d'assez d'autorité sur ses rivaux, si un abruti comme celui qui venait d'être cité n'était pas convaincu du pouvoir de Caine.

    Cependant, il se montrait méfiant, rapport à la sonnette d'alarme qui résonnait dans son cerveau (une toute petite sonnette d'alarme, il ne fallait pas non plus exagérer l'importance de l'événement). Il ne pouvait pas négliger une affirmation lui créant un provoquant ennemi. Quand il sentit que l'autre cherchait à s'en aller, il se releva d'un bond, le visage autoritaire, la voix ferme.

    « Reste ici. »

    C'était court, mais mieux que rien. Si son interlocuteur se débinait, comment aurait-il pu espérer obtenir davantage d'informations? Il était hors de question de se laisser doubler pour la simple raison qu'il avait négligé une menace. Il ne se le pardonnerait jamais et passerait le restant de ses jours sur une ile déserte à se flageller mentalement pour son insouciance. Mieux valait éviter ça.

    Il se dit que son ordre le montrait peut-être sous un jour un peu trop sec, et décida de changer de tactique.

    « Allons, assied-toi! Il faut me parler de ce Turk, qui semble avoir besoin de renseignements. Je ne peux oublier quelqu'un qui me manifeste de l'intérêt! »

    Il se mit à se rapprocher de l'adolescent, espérant par-là le rattraper s'il prenait la poudre d'escampette. Ce qui serait particulièrement stupide. Le pensionnat n'était pas assez étendu pour cacher quelqu'un éternellement, il finirait forcément par lui tomber dessus un jour ou l'autre. Cependant, comme il n'était pas encore empathique, il ne pouvait pas prévoir toutes les réactions des gens auxquels il adressait la parole. Surtout si elles défiaient la logique. Caine avait l'habitude de penser en termes de statistiques et de manipulations, lesquels amenaient à des résultats. Même si les obstacles se révélaient ardus, s'il était sûr de parvenir à son but, il pouvait les endurer. Inversement, il réfrénait ses pulsions pour éviter les ennuis. Dire à un professeur qu'il l'ennuyait, par exemple, était profondément contre-indiqué. Qui sait les résultats, les modifications que cela aurait eu quant à sa popularité, que ce soit du côté des professeurs ou d'élèves repentants? Il essayait de prendre le moins de risques possibles. Conseil que ne semblaient pas appliquer certains des éléments du charmant pensionnat pour gosses de riches délinquants qu'était Coates.

    Si le brusque revirement de l'adolescent le laissa un peu perplexe, il choisit de ne pas s'y attarder. La provocation était trop explicite pour qu'il ne s'attarde pas à ses dires.

    Il fallait également qu'il se renseigne sur le nouvel arrivant.

    « Quel est ton nom, d'ailleurs? »

    C'était un bon début.

    « Ce Turk, c'est ton chef? Ou quel que soit le nom par lequel tu le désignes. »

    Ah oui, c'était important aussi.

    Il espérait que c'était une fausse alerte. Dans le cas contraire, il serait obligé d'appeler Drake pour aller corriger un peu ce garçon qui pensait qu'il pouvait se dresser devant lui et surtout, lui faire perdre son temps. Histoire de lui apprendre ce qu'il en coûtait de tester Caine et de se penser à sa hauteur. De toute façon, avec Drake face à lui, nul doute que ce rival ne ferait pas long feu. Il quémanderait la pitié, comme les autres, sous peine de finir broyé entre ses mains. C'était bien pratique.

    Il darda son regard perçant sur le jeune homme dans l'encadrement de la porte, fermée par ses bons soins. Il ne se rappelait pas lui avoir déjà adressé la parole. A tort peut-être. Il semblait avoir des choses intéressantes à lui apprendre sur son influence dans ce pensionnat. Il lui adressa ce qu'il espérait être un sourire engageant.
avatar
Caine Soren

"Pour une couronne qu’on récupère..." ♪



Messages : 195

Age du personnage : 14

Localisation : A la tête de son ''clan'' de Dégénérés




Locker
Groupe : Dégénérés
Pouvoir ou Caractéristique: Télékinésie

Détails?
:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "De la stupidité ou comment transformer sa journée en un champ de ruine" [Caine Soren]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum