"Une douche à tout prix ou comment passer pour un pédophile en une leçon" [Dekka]

Aller en bas

"Une douche à tout prix ou comment passer pour un pédophile en une leçon" [Dekka]

Message  Amyas Crale le Mar 9 Aoû - 10:59


    Le sport du jour était handball. Le meilleur sport pour vous garantir de finir le cours exténué, rougeaud et transpirant. Une véritable horreur. Le challenge du jour pour Amyas avait donc consisté en « j’en fais le moins possible pour que ce soit le moins fatigant possible tout en donnant l’impression que j’en fais le plus possible avec la meilleur volonté possible ». Bref, le défi s’était révélé être de taille. Un peu trop pour Amyas d’ailleurs.

    Cela avait pourtant bien commencé. Il s’était octroyé le rôle du gardien de but. Il n’avait pas à courir, pouvait regarder le jeu en bon spectateur et surtout il n’avait pas à parlementer avec les membres de son équipe. Tout allait pour le mieux. Enfin, jusqu'à qu’Amyas se reçoive un boulet de canon envoyé par le camp adverse qui faillit le décapiter. La seule chose qu’il eut le temps de faire fut de se jeter précipitamment au sol dans une sorte de saut de grenouille digne d’un joueur de catch. Bien évidemment, le but de la manœuvre n’était pas de récupérer le ballon, qui passa bien au-dessus de sa tête, mais de sauver sa peau. Après s’être attiré les foudres de son équipe qui le qualifiait de joueur mauvais et inutile- ce à quoi Amyas pensait qu’il n’avait pas tellement tort, il préféra quitter les buts pour retourner sur le terrain.

    Mais heureusement, il avait plus d’un tour dans son sac. Son plan B consistait à se poster en bon défenseur juste devant la cage de but qu’il avait quitté deux secondes auparavant. Il n’avait désormais plus qu’à courir mollement après le ballon en essayant ça et là des tentatives –minables- pour défendre. Ce qui consistait en gros à lever les bras devant le joueur le plus proche de lui, même si celui-ci d’un point de vue stratégique ne risquait nullement de recevoir le ballon. Toute l’astuce du plan consistait dans le fait qu’étant en défense, il ne devait courir que sur une moitié du terrain.

    Il put continuer son petit jeu durant une bonne demi-heure jusqu’à ce que l’entraineur lui recommande chaudement d’aller en attaque s’il ne voulait pas un zéro pointé et deux heures de colles. Un zéro, Amyas n’en avait rien à faire, ses mauvaises notes convaincraient peut-être ses parents de le laisser revenir à la maison. Mais il n’avait absolument pas envie que des heures de retenue empiètent sur son précieux temps libre. C’est donc la mort dans l’âme qu’il rejoignit le centre du terrain. Heureusement ou malheureusement selon le point de vue, avoir rejoint le lieu même de l’action enflamma son esprit compétitif et il finit malgré lui le cours totalement épuisé avec la figure se rapprochant d’une écrevisse bien cuite. Il eut même droit au célèbre « tu vois quand tu veux » du professeur de sport. Coach : 1, Amyas : 0.

    Après sa cuisante défaite, il décida d’aller prendre une douche. C’était la fin des cours pour lui et il n’avait pas de devoirs. Enfin il n’avait jamais de devoirs depuis qu’il avait décidé en signe de protestation muette de ne plus travailler. Il espérait tellement revenir à sa vie d’avant, si seulement ... Cette remémoration douloureuse le ramena comme toujours à Ariel . Qu’aurait t-il pensé aujourd’hui en le voyant courir comme un dératé sur le terrain? Il se serait très certainement moqué de lui en lui disant d’arrêter d’imiter cette bande de sportifs puants. Il n’aimait pas voir son second en compagnie d’autre que lui de toute manière. Amyas avait donc pris l’habitude de ne pas lui parler de ses amis qu’ils soient proches ou éloignés.

    Après avoir fait un crochet par sa chambre pour aller prendre ses affaires, il était maintenant arrivé devant les salles de douche.
    Néanmoins, la cacophonie provenant de l’intérieur ne l’incitait pas à entrer. Apparemment, toutes les personnes présentes aux cours de handball avaient eu la même idée que lui. Cependant, ce genre de situation n’était plus un problème pour Amyas. Il avait trouvé la parade pour éviter de se retrouver coincé dans des douches minuscules entre deux mecs empestant l’atmosphère (je tiens à préciser qu’il n’y a aucun sous-entendu). Sa porte de sortie était la salle de bain des filles. Elle était rarement voir jamais occupée avant sept heures. Amyas avait donc pris l’habitude de s’y glisser juste après la sortie des cours. Et pour être sure de ne pas être dérangé, il avait confectionné lui-même une magnifique pancarte indiquant « nettoyage en cours, ne pas déranger » qu’il collait sur la porte juste avant d’entrer. Ainsi il était assuré d’avoir toute la place possible et imaginable sans être importuné.

    Une fois entré dans la salle des douches, il posa ses affaires et commença à se déshabiller tranquillement. Mais à peine avait-il enlevé sa chemise qu’il sentit une présence dans son dos (ben oui, Amyas, c’est trop un ninja *frappée*). Il se retourna brusquement. Il y avait une gamine enveloppée dans sa serviette de bain qui se tenait au fond de la salle. Dès qu’elle vit qu’Amyas l’avait remarquée, elle courut se cacher derrière le rideau de la dernière cabine de douche.

    Elle avait l’air un peu paniquée, et à vrai dire, il n’en menait pas plus large. Qu’est-ce qu’il allait pouvoir faire ? Si cette fille se mettait à crier, cela rameuterait les garçons de la salle d’à coté. Et résultat, il passerait à coup sûr pour un sale pervers et s’en serait fini de sa vie sociale -déjà peu existante- au pensionnat. Il devait déjà tenter de persuader la gamine qu’il n’avait pas de mauvaise intention. Il commença donc son entrée en matière par un :

    « Écoute, tu ne dois pas crier. Je n’ai pas l’intention de te faire du mal. »

    Il remarqua mais trop tard que cette réplique le faisait juste passer pour un pédophile de mauvaise série b. Et voilà, c’était lui, Amyas Crale, seize ans, jadis au sommet d’une organisation mafieuse, puis déchu dans un pensionnat paumé au milieu de nulle part et maintenant pédophile de son état. On ne pouvait pas dire que les choses allaient en s’améliorant …


Dernière édition par Amyas Crale le Lun 11 Juin - 22:53, édité 1 fois
avatar
Amyas Crale

"Je suis un libre penseur, un trublion, un EMMERDEUR!"♪



Messages : 110

Age du personnage : 16




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une douche à tout prix ou comment passer pour un pédophile en une leçon" [Dekka]

Message  Dekka le Mar 23 Aoû - 18:11

    Dekka n'a jamais supporté le regard des autres. Elle a toujours l'impression qu'ils la rabaissent, qu'ils la menacent, qu'ils la reluquent. Jamais personne n'a couvé Dekka du regard, comme font les mères inquiètes ou fières de leur progéniture. Voilà à quoi Dekka pensait, allongée sur son lit, la couverture jetée à terre certainement pendant son sommeil agité. Elle regardait le plafond, jeune fille à la peau brune se perdant dans l'obscurité de sa chambre. Elle respirait fort et le sang battait contre ses tempes endolories. Elle avait chaud, tellement chaud. Non, il ne faisait pas chaud, il faisait lourd, comme lorsqu'un orage va éclater. Pourtant, si elle avait eu la force de se lever pour ouvrir la fenêtre, elle aurait vu qu'il ne faisait plutôt frais dehors. Un souffle de vent se serait engouffré dans ses cheveux et elle aurait eu les idées plus claires.

    Mais elle n'en avait pas la force, et la chaleur moite de la pièce l'embourbait de plus en plus dans son attitude de loque. Peut-être que, si elle restait trop longtemps sans bouger, elle finirait par ne plus avoir aucune motivation et elle mourrait. Non, mieux : elle resterait pour toujours allongée dans son lit aux draps défaits, à fixer le plafond. L'ennui perpétuel.

    Cette pensée lui fit retrouver un semblant de courage et elle roula sur le côté jusqu'au bout de son lit pour se laisser tomber sur le sol dans un bruit sourd - accompagné d'un grognement lorsque le plancher entra en contact avec sa mâchoire. Un professeur était venu ce matin pour voir pourquoi elle ne se trouvait pas en cours et l'avait autorisée à rester au lit, après avoir prit sa température et remarqué qu'elle était au dessus de la barre des trente-neuf. Elle se releva et avança d'une démarche chancelante vers l'interrupteur sur lequel elle posa l'index. Que la lumière soit. Et la lumière l'aveugla.

    « Uuuuh... »

    Les yeux fermés, elle se retint juste à temps de retourner s’affaler sur son lit et alla jusqu’à son armoire. Elle attrapa des vêtements au pif (pas facile de distinguer les formes et les couleurs avec les yeux fermés) et décida d’aller prendre une douche pour se réveiller un peu, bien que la journée soit bien entamée.

    La marche dans le couloir lui permit de s’habituer à la lumière du jour et elle se sentit mieux. Heureusement que les autres élèves étaient en cours, elle n’aurait pas à supporter un de ces lourdauds, toujours à demander pourquoi on était pas en cours avec un sourire débile. On pourrait presque lire sur leurs dents pareilles à des touches de piano « Alors alors alors ? T’as séché, hein ? ». Ducon.

    La salle de bain des filles était vide. Tant mieux, elle n’aimait pas le regard des autres (comme dit ci-dessus), en particuliers des filles. C’est fou quand même, on ne pouvait même pas prendre une douche sans que quelqu’un trouve un commentaire à faire sur un tatouage, un piercing, une poitrine trop ou pas assez imposante, quelques kilos en trop… Elle commença à se déshabiller et s’arrêta un moment pour se regarder dans la glace.

    « Ouh, ça fait peur… »

    Elle passa son doigt en dessous de son œil droit, soulignant l’énorme cerne qui s’y était formée. Elle serait certainement la seule à la remarquer, mais tout de même… Elle était plongée dans sa contemplation lorsqu’elle entendit que quelqu’un entrait. Elle tourna la tête et manqua de s’étrangler. Elle attrapa vivement sa serviette pour masquer sa nudité. Et regarda avec effroi le jeune homme commencer à ôter sa chemise. Il ne savait pas lire ou quoi ?! Ils avaient même utilisé la couleur rose pour les filles et bleue pour les garçons sur les portes, bien que ce soit extrêmement cliché, fallait pas être débile non plus ! Le garçon aux cheveux verts sembla enfin remarquer sa présence et elle fit un bond de côté pour utiliser le rideau de douche comme un bouclier.

    « Écoute, tu ne dois pas crier. Je n’ai pas l’intention de te faire du mal. »

    … Soit ça l’amusait de dire ce genre de phrases toutes droit sorties d’un film, soit il était vraiment stupide. Ils restèrent un moment sans réaction, se demandant peut-être s’il s’agissait d’un rêve. Ou d’un cauchemar. Puis la jeune fille aux cheveux couleur poussière retrouva ses esprits. Une vague de colère déferla en elle et elle attrapa la première chose qu’elle avait à portée de main, à savoir le savon de la douche, et le lança de toutes ses forces sur le crétin pervers (nouvellement nommé). Bon, elle était malade donc ça ne devait pas lui avoir fait bien mal, mais elle l’atteint tout de même au front - preuve que, soit elle était si douée en tir qu’elle visait bien même malade, soit le hasard faisait bien les choses.

    Le temps semblant suspendu, comme si chacun comprenait qu’il s’agissait là d’une déclaration de guerre. Elle attrapa un autre cube de savon et regarda le crétin pervers d’un air menaçant. Elle siffla entre ses dents :

    « Toi… Tu vas regretter de m’avoir importunée. »

    Car oui, elle venait d’avoir une image très nette de Brise sortant de la douche et, malheur ! Un grand garçon aux cheveux verts l’attend à la sortie, la bave aux lèvres et le regard fiévreux. Connard ! (pensa-t-elle très fort). Et, sans attendre l’ordre de sommation, elle commença à lapider le jeune homme à coup de savons, tenant toujours sa serviette d’une main crispée. Elle battrait le crétin pervers.
avatar
Dekka

World is Mine ♪

World is Mine ♪

Messages : 118

Age du personnage : 13

Localisation : Où je veux.




Locker
Groupe : Dégénérés
Pouvoir ou Caractéristique: Annule la gravité

Détails?
:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une douche à tout prix ou comment passer pour un pédophile en une leçon" [Dekka]

Message  Amyas Crale le Lun 25 Juin - 23:53

    Amyas eut à peine le temps de commencer à « négocier », si on pouvait appeler ça comme ça, qu’il se prit une avalanche de savon dans la figure. Il avouait que la phrase qu’il avait sorti n’était peut être - voir très certainement – pas la bonne chose à dire. Mais honnêtement, qu’aurait-il pu dire ? « Oups ! Je me suis trompé de porte ».Cette option n’était pas vraiment envisageable à moins de vouloir passer pour un abruti profond ne sachant pas différencier les couleurs. Quoique, il aurait surement mieux valu qu’il soit pris pour un idiot plutôt que pour un pervers. Après tout, on était toujours indulgent avec les idiots, n’est-ce pas ?

    « Toi… Tu vas regretter de m’avoir importunée. »

    Décidément, cette fille avait l’air d’être une vraie furie et pour ce genre de cas, il n’y avait qu’une solution pour Amyas : « le retrait stratégique ». Méthode qui consistait en gros à essayer d’éviter les savons afin de ne pas s’en prendre trop dans la face et de courir le plus vite possible hors de la salle de bain.

    La première partie de son plan fonctionnait plutôt bien, il arrivait à peu près à éviter que les projectiles arrivent dans les parties à haut risque de son corps –il se souvenait particulièrement bien d’une rencontre extrêmement savoureuse entre un ballon de basket et son entrejambe et l’envie de recommencer ne lui manquait pas vraiment. Il n’était maintenant plus très loin de la porte et son premier réflexe fut de se mettre à courir afin de l’atteindre plus vite. Ce qui était bien sur une très mauvaise idée si on comptait qu’il se trouvait dans une pièce au sol trempé qui de plus était maintenant parsemé de savons à tout va.

    Et arriva ce qui devait arriver (on parle d’Amyas après tout), il glissa malencontreusement sur un savon qui passait par là, se prit un magnifique gadin et se retrouva sur les fesses. Il n’avait maintenant plus d’autre solution que de continuer sa course à quatre pattes dans le but de ne pas renouveler cette malheureuse expérience.

    Il atteint enfin la porte, se releva et essaya de sortir le plus dignement possible - enfin aussi dignement qu’il était possible quand on était uniquement vêtu d’un pantalon et couvert d’eau et de savon. Il ouvrit grand la porte… Et la referma aussitôt en priant pour que les membres de sa classe qui venaient de sortir des douches n’aient pas eut le temps de l’apercevoir.

    Enfin pour s’en assurer, il commença à chanter une chanson totalement ridicule qui se composait en gros de « lalalala louloulilou » de sa voix la plus haut perchée et fluette afin de dissiper tout malentendu – ou tout bon entendu si on pouvait appeler ça comme ça. S’en suivit des rires moqueurs et des bruits de pas qui filaient vers le fond du couloir. Au moins, tout danger était maintenant écarté.

    Ce qui était sûr, c’est qu’il passait maintenant pour un parfait crétin. La gamine en face de lui le regardait d’un air effaré. Il ne s’était jamais senti aussi idiot de toute sa vie. Enfin, si on exceptait le jour où il s’était réveillé avec des grenouilles dans le caleçon (ça parle beaucoup de parties génitales ce rp dis donc) et avait couru dans tout l’appartement qu’il partageait avec Ariel jusqu'à ce que ces satanées bestioles eurent la décence de sortir. Celui-ci ne s’était pas remis de son excellente blague avant deux semaines et Amyas avait dû essuyer nombre de blagues douteuses sur la zoophilie. Un mauvais souvenir en somme. Mais bref, ce n’était pas vraiment le sujet.

    Profitant de la stupéfaction de la jeune fille qui, de ce fait, ne lui balançait plus de savon, il essaya d’intervenir en sa faveur et tenta un malheureux :

    « Attends, je crois qu’on est parti du mauvais pied, je vais tout t’expliquer. »

    Le tout assorti d’un sourire qui se voulait charmeur ou tout du moins amical. La fille se remit vite mais pas dans le sens où l’Amyas l’entendait. La seule réponse qu’il reçut fut un savon qui failli lui déboiter le nez .Il ne manquait plus que ça, son nez pissait le sang comme une fontaine. Qui aurait cru que cette gamine avait une force de titan.

    Il était presque vexé que ces négociations n’aient pas marché, d’habitude cela fonctionnait à tous les coups. Bon certainement que l’envie de marchander venait plus vite quand on était menacé par une dizaine de types armés de batte de baseball mais ce n’était pas une raison pour rejeter ses tentatives de réconciliation.

    Il avait maintenant épuisé toutes ses options qui avait pour but de se sortir de toutes les situations possibles en s’attirant le moins d’ennuis possibles et avec la plus grande discrétion possible. Il n’avait plus qu’à appliquer la dernière solution qui lui restait. Il se baissa lentement, pris un savon dans sa main et le lança de toutes ses forces en visant la gamine. Il alla ensuite se planquer derrière le mur d’un bac de douche tout en continuant ses lancés. La gamine n’était pas en reste et la réserve de savons du pensionnat conséquente.

    La bataille promettait d’être épique…
avatar
Amyas Crale

"Je suis un libre penseur, un trublion, un EMMERDEUR!"♪



Messages : 110

Age du personnage : 16




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Une douche à tout prix ou comment passer pour un pédophile en une leçon" [Dekka]

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum