"Je suis un sportif de haut niveau ou l'utilisation de la raquette vengeresse" [Brise]

Aller en bas

"Je suis un sportif de haut niveau ou l'utilisation de la raquette vengeresse" [Brise]

Message  Amyas Crale le Ven 8 Juin - 2:36

    Amyas avait tous ses sens aux aguets, ce set était décisif, il ne devait pas relâcher sa concentration. Il en avait trop bavé jusqu’ici pour repartir bredouille. En effet, cela avait plutôt mal commencé. Il avait sous estimé son adversaire et cela lui avait valu la défaite au premier set. Le deuxième s’était mieux passé mais il avait obtenu avec grand mal la victoire. A présent, tout se jouait, il n’avait pas le droit à l’erreur.

    La balle lui revient, il la frappa d’un revers du poignet. La fatigue commençait à se faire sentir et de la sueur brulante lui coulait devant les yeux brouillant sa vision. Il l’essuya d’un revers de poignet. La balle arriva sur lui avec plus de force que la fois précédente mais il avait déjà anticipé cette attaque. Il fondit sur elle et tenta le tout pour le tout, un smash. Amyas suivit la balle des yeux en priant, il fallait à tout prix qu’elle passe et surtout qu’il marque. Son adversaire ne se laisserait pas avoir deux fois par le même coup et il avait déjà épuisée toutes ses possibilités.

    Le public retint son souffle tandis que la balle traversait le terrain. Elle rebondit sur le terrain, le joueur adverse leva sa raquette prêt à renvoyer la balle ; qui passa hors d’atteinte et alla se perdre dans le fond de la salle. Les spectateurs laissèrent exploser leur joie et leurs applaudissements remplirent le stade. Fin du match, le tableau affichait le score : 7-5 en sa faveur.

    Amyas n’y croyait pas, il était en train de rêver. Sans même comprendre ce qu’il faisait, il tomba à genoux et lança sa raquette en l’air. Celle-ci décrivit un arc de cercle parfait… avant de passer par la fenêtre grande ouverte.

    Il resta un moment interdit ne réalisant pas tout à fait ce qui venait de se passer jusqu'à ce qu’une sympathique voix le sorte de sa torpeur :

    « Sale petit con !! Tu vas voir ce qui va te couter de t’en prendre à moi !! Dans deux secondes, je suis en haut et ta petite gueule sera tellement bien amochée que même ta mère t’reconnaitra pas ! »

    Et merde… les ennuis commençaient.

    Flash back


    Amyas avait décidé en cette belle journée de faire quelque chose de constructif. Une activité qui ne soit pas « emmerder un de ses stupides voisins » ou « passer la journée dans son lit dans le but de rattraper son retard –inexistant- de sommeil ». Bref, aujourd’hui, il allait se rendre au gymnase, plus précisément à la salle de musculation. Il voulait retrouver la forme et peut-être gagner en carrure. Enfin, ça, c’est ce qu’il essayait de se persuader. La vérité était ailleurs.

    En effet, lorsqu’Amyas était un jeune garçon plein de vie, il passait la plupart de son temps - comme tout jeune de son âge - scotché devant un écran à essayer de « buter » le plus possible de grands méchants monstre verts. Et evidemment, il ne sortait presque jamais respirer le grand air du dehors. Sa mère s’inquiétant de son état –ou plus vraisemblablement ne pouvant pas s’envoyer en l’air autant qu’elle le voulait tant que ce sale gosse trainait dans ses pattes- lui avait gentiment exposé l’idée que les personnes trop sédentaires finissaient leur vie dans un fauteuil roulant avec pour seul compagnie leur chien, leur corpulence les empêchant de quitter leur lit. Depuis ce jour, Amyas avait une peur panique de se transformer en gros homme légume.

    C’est ainsi qu’après une longue période d’hibernation, il finissait toujours par se rendre dans une salle de sport en se jurant d’y retourner régulièrement. Promesse bien sur aussi bien tenue qu’une femme jurant de ne plus manger de sucreries après s’être mise au régime Dukan.

    Il arriva au gymnase et monta quatre à quatre les marches qui menaient à la salle de musculation après s’être assuré de bien avoir verrouillé la porte. Il ne voulait pas être dérangé. La scène de la douche l’ayant totalement convaincu de ne pas confectionner un panneau « gymnase en travaux- défense d’entrer », il avait donc tout simplement emprunté à durée indéterminée la clé du gardien (qui, de toute manière, ne risquait pas de s’apercevoir avant bien longtemps qu’il l’avait échangé contre celle du club de jardinage). Il passa au crible tout l’étage. Tout se passait comme prévu, il n’y avait pas âme qui vive dans le grand bâtiment.

    Amyas se dirigea donc vers les haltères. Il se mit en position couché sur le banc et commença à les soulever au dessus de sa tête. Une fois, deux fois, trois fois…. La quatrième étant celle de trop, ses bras lâchèrent et l’objet de torture lui retomba lourdement sur le torse l’empêchant de respirer. Il n’eut même pas le courage de retenter l’expérience une fois dégagée. Il était déjà en sueur et ses bras lui faisaient mal. Il allait tout abandonner, retourner se pelotonner dans son lit et tant pis pour le vilain homme endive qu’il allait devenir.

    Il commença à ramasser ses affaires quand un objet dépassant de son sac attira son attention. Il s’agissait de la magnifique raquette de tennis que lui avait offert son père pour lui faire plaisir. Amyas le soupçonnait plutôt de lui avoir donné pour mieux montrer au travers de son fils à quel point lui, Philippe Crale, était riche et puissant. Mais quelque soit la raison, il s’en moquait complètement, au moins, il avait des cadeaux.

    Il sortit donc le fantastique objet et ramassa une balle trainant au rez de chaussée. En désespoir de cause, il décida que le redoutable mur du fond de la salle serait son adversaire. En soit, l’activité n’avait rien de passionnant, on avait vu mieux que de disputer un match contre un mur. Mais très vite, l’exercice prit une tout autre dimension. Amyas était devenu le jeune favori du grand tournoi mondial de tennis et la charmante cloison n’était autre Roger Federer, un terrifiant adversaire dans ce domaine sportif. Il avait même ouvert en grand toutes les fenêtres de l’étage afin de sentir le souffle du vent sur son visage, cela lui donnait vraiment l’impression d’être au milieu d’un stade.

    Il en était là à savourer sa merveilleuse –et imaginaire – victoire quand sa raquette était malencontreusement passée à l’extérieur pour rejoindre l’herbe verte ou à plus juste titre pour s’abattre violemment sur les passants se trouvant près du gymnase.

    « Sale petit con !! Tu vas voir ce qui va te couter de t’en prendre à moi !! Dans deux secondes, je suis en haut et ta petite gueule sera tellement bien amochée que même ta mère t’reconnaitra pas ! »

    Eh oui…. Les ennuis commençaient.

    Fin du flash back

    Amyas était donc en ce moment même tapi sous une fenêtre dans le but de ne pas se faire voir par le fou furieux qui, pour l’instant, tentait de démolir la porte du gymnase qu’il avait –Dieu merci – verrouillé. Malgré la situation peu enviable dans laquelle il se trouvait, il ne pouvait pas s’empêcher de se réjouir. En effet, il se trouvait que le gros imbécile qui s’était pris la raquette n’était autre que ce crétin de Kurt qui n’avait pas plus de jugeote qu’un hanneton défraichi. Malheureusement celui-ci possédait également un clan de gros bras qui ne rigolait pas quand il décidait vous faire passer un sale quart d’heure.

    Il était donc plus prudent de faire profil bas dans cette situation. Il restait donc là sans bouger à attendre que son sympathique collègue finisse d’essayer de défoncer la porte qui ne risquait pas de céder. Cela faisait déjà plus d’un quart d’heure que ce pauvre Kurt s’acharnait sur la porte et Amyas commençaient à s’ennuyer ferme. Il ne trouva donc pas mieux pour passer le temps que d’imaginer son vieil ami se prendre la raquette en pleine poire. Et ce qui devait arriver arriva, il ne put retenir le fou rire qu’il tentait de contenir depuis l’action vengeresse de la raquette.

    Hilarité qui fut vite accueilli par un :

    « Alors, comme ça, ça t’fais marrer. On va bien voir qui rira le dernier, je vais emporter ta belle raquette de fils à papa et si tu n’es pas venu la chercher ce soir à l’endroit où je me tiens… Elle dira bonjour à l’ami feu, pauvre crétin ! »

    Apparemment, Kurt était revenu de son entrevu avec la porte.

    Bien que celui-ci soit reparti depuis longtemps, Amyas ne bougea pas de sous sa fenêtre. Il se sentait un peu dépité. Bon, certes, il n’était pas du genre à se formaliser sur une raquette de tennis mais la laisser à cette tête de babouin lui retournait un peu l’estomac. Néanmoins, il savait d’avance qu’il ne se rendrait pas au rendez-vous. Affronter Kurt c’était une chose, affronter Kurt et sa bande de macaque en était une autre. Il n’avait pas d’alliée et il n’était pas assez stupide pour y aller seul et finir avec la gueule et la raquette cassée.

    Il en était là, à ses réflexions, quand une petite fille entra dans la pièce. Elle n’avait pas l’air d’avoir plus de dix ans. A vrai dire, Amyas lui en aurait même donnée huit. Elle ne semblait pas l’avoir remarquée ou l’ignorait tout simplement. Il l’avait déjà vu plusieurs fois mais ne lui avait jamais vraiment parlé, il n’avait pas vraiment les mêmes centres d’intérêts, leurs âges étant bien trop éloignés.

    Mais en la voyant, l’imagination d’Amyas s’emballa et une vague d’espoir déferla en lui (non non, du calme, Amyas n’est pas un pédophile). Sa raquette se trouvait très certainement dans la planque « secrète » de Kurt. Un vieux taudis perdu au milieu des bois. La cabane contenait deux pièces, l’une permettant aux membres du groupe de se réunir et l’autre était une sorte de débarras où Kurt entreposait ses trésors, la raquette se trouvant surement à cet endroit. Il ne pouvait pas aller la récupérer lui-même, il devrait passer par la porte principale et se ferait immédiatement repérer. En revanche, la gamine était menue, elle pouvait se faufiler par une des planche mal jointe de la pièce adjacente et récupérer la raquette. Sans réfléchir, Amyas lui demanda précipitamment :

    « Excuse-moi petite, tu ne voudrais pas me rendre un service ? »

    Il regretta ses paroles avant même qu’elle ait fini de sortir de sa bouche. De quel droit utilisait-il une petite fille pour réaliser ses plans ? Certes, d’habitude, ce genre de méthode ne lui posait pas de problème, mais là, c’était différent, c’était une gamine et non pas un de ses vieux rustres qu’Amyas avait l’habitude de commander. Tant pis, il devait se faire une raison, sa belle raquette allait donc bien obtenir une petite entrevue avec le feu. Et puis, à bien à réfléchir avoir l’empreinte de la tête de Kurt sur le tamis ne l’enchantait pas plus comme ça. Il trouverait bien un autre moyen de se venger. Remplir les pompes de cet imbécile de chewing-gum ou bloquer la serrure de sa chambre n'était pas chose difficile et c'était beaucoup moins risqué. Il finit donc par sortir à la petite fille :

    « Non, en fait, oublie ce que j’ai dit, je m’en voudrais de mettre en danger une gamine comme toi. Je préfère que ma conscience reste sauve. »

    Maintenant, il n’attendait plus que son départ, il avait à faire. Alors, le tour de France sur ce splendide vélo d’appartement ou la grande finale de boxe grâce à ce superbe sac de sable ? Il ne lui restait plus qu’à choisir.


    …. Mais au fait, comment la fille avait-elle réussi à entrer dans le gymnase avec la porte verrouillée ?

avatar
Amyas Crale

"Je suis un libre penseur, un trublion, un EMMERDEUR!"♪



Messages : 110

Age du personnage : 16




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: "Je suis un sportif de haut niveau ou l'utilisation de la raquette vengeresse" [Brise]

Message  Brise le Dim 17 Juin - 22:50

Ha ha ha, je suis trop formidable! Je ment pas, vous savez! Vraiment je me trouve extraordinaire… Et je le suis! Un jour je serai une super-héroïne, y a pas le choix, c’est obligé! De toute façon je suis trop faite pour être une justicière quoi! Y a pas moyen que je sois jamais reconnue, c’est pas possible je vous dis! Déjà, j’ai la classe, hein, vous pouvez pas le niez. Pis j’ai du charisme et… SI, SI, J’AI DU CHARISME J’TE DIS! Et puis donc un pouvoir qui déchire. Ouais, ouais! On se fout de ma gueule en disant qu’il est inutile mais c’est faux! C’est tellement faux! Il est grave utile mon pouvoir! Je peux faire trop pleins de trucs avec! Déjà, pour les farces, c’est un atout magnifique! Pour tout ce qui est de désobéir aussi. Parce que grâce à ma vitesse je me fais jamais prendre! Et si je me concentre et y met toute mon énergie on ne peut même pas me voir! Ha ha ha, les méchants super-vilains vont en baver avec moi! Euh… Mais genre euh… Je peux faire des trucs pour faire le bien aussi, hein! Genre heu… Courir après un voyou, ouais, voilà! Et puis… Et puis… Rha! J’sais pas, des trucs! Tout pleins de truc! De toute façon je suis trop puissante je peux tout faire, voilà, y a pas à discuter!

Même que le grand méchant, Caine là, je vais trop te le réduire à néant! Si, si! TROP. Il sera en miette! Je vais en faire de la chaire à patté! Ha ha! Il fera plus de bêtises après comme ça!

Mais bon en attendant je sais pas où est sa cachette secrète pour le coincer… Et dans le couloir je peux pas trop l’attaquer. Et j’ai pas encore complètement peaufiné ma tactique, tout ça… Mais je le ferais, c’est clair! Un jour!

En attendant donc, je m’ennuie. J’ai envie de courir! C’est chiant… J’ai pas trop le droit. Parce que je doit être discrète… Genre moi discrète, ha ha! MAIS JE VEUX COURIIIIIIIIIIIIIIIR! Mes jambes en trembles, c’est pas possible! Mes bras aussi. Tout mon corps en fait. Même mes couettes n’arrivent pas à tenir en place. Je suis trop excitée, je peux pas rester sans bouger! Faut que je bouge, que je fasse quelque chose! Sinon! Sinon… Je sais pas mais… Je vais genre EXPLOSER! Genre comme ça, d’un coup, BAOUUUUUUUUM! Et je finirais en tout petits morceaux! Et ces morceaux tout excités vont s’envoler tout partout super vite! On pourra rien me reprocher alors! Et j’irai partout! Et comme je serai plusieurs, je pourrai aller dans tous les endroits sur terre en même temps! Peut être même que je pourrais aller dans l’espace! Ouais, si, si, c’est possible! Vu que j’aurai plus besoin de respirer, tout ça!

Oh, je m’emporte… C’est ma tête qui va dans l’espace surtout! Bah oui, il faut bien! Pour être dans la lune. Enfin, sur la lune. Parce que dedans je sais pas trop si c’est possible. Enfin oui, puisque je peux tout faire!

Courir, courir! Je sort, m’éloigne un peu du gros imposant bâtiment. Je le regarde, et, je sais pas… Je me sens fière. Plus forte, plus grande, plus imposante que cet immense bâtiment qui se pli de honte devant moi! Qu’il est minuscule face à moi! Ha ha, je suis trop puissante! Je fais même se plier les bâtiments de ma seule présence, de mon seul regard posé sur eux!
Je cours, mais tout doucement. Vitesse normale des autres quoi. Pff! J’ai l’impression d’aller moins vite encore que quand je marche! C’est riiiiidicule! Le bâtiment doit bien rire de moi maintenant! Je me retourne et lui tire la langue pour la peine!

Dans ma « course », c’est stupide d’appeler ça comme ça m’enfin, j’arrive près du truc qui sert de gymnase. Je vois la porte d’entrée qui est en train de se fermer. Sans réfléchir du tout, j’accélère à mort au point qu’on ne doit plus me voir, et en moins d’un seconde j’arrive à l’intérieur en glissant entre le mince espace que la porte laissait encore avant de se refermer. Mais j’ai pas eu le temps de la voir faire, je l’ai juste entendu de loin en montant l’escalier, toujours invisible. Je m’arrête dans un coin je sais pas où pour respirer, repliée complètement sur moi-même. Pfu! C’est dur quand même! Mais qu’est-ce que c’est drôle! Et quel instinct, ha ha! Direct quand j’ai vu de loin que la porte se refermait j’y suis allée y voyant un défit à relever! Hin hin, j’suis trop rapide, même les portes ont pas le temps de se refermer sur moi! Par contre je suis super fatiguée maintenant! J’arrive à mettre le turbo et endurer un long moment mais là… C’est un niveau au dessus quand je vais si vite que plus personne ne peux me voir!

Je suis morte! Me laisse dépériiiiir! Je suis complètement contre le sol là, les bras lâchés loin de moi. Je respire super fort. C’est marrant. Je me sens… Vivante. Ouais! Y a rien de tel qu’un effort de furieux pour se sentir trop bien après! Je sens mes poumons se gonfler et se dégonfler. C’est limite flippant. Parce que d’habitude je respire sans y penser. Qu’après l’effort tout devient un effort justement! Tout devient de suite plus compliqué… C’est trop fort!

Je fixe le plafond. Y a que le bruit de ma respiration dure qui empli la pièce. Pièce de… Je tourne la tête. Bon… Pas trop d’indices, à part un tapis. Les trucs et machins doivent être rangés. Je… J’irai regarder quand j’irai mieux. Là je revis, c’est un moment important. Ha ha, un peu comme une renaissance! Dis donc! Je renais souvent moi! Trop forte! Comme un phœnix! Qu’elle classe! Je m’impressionne moi-même, ah, faut le faire! Mais en même temps je déchire, c’est normal!
Hi hi, mon cœur bat super fort dans ma poitrine! Je ferme les yeux et compte les battements. Mais y en a pleiiiiiiiin! Je perd vite le fil. Le fil… J’imagine, toujours yeux clos, un fil devant moi. Je tend les bras, l’attrape avec mes mains. Et il m’aide à me relever, il est gentil! C’est fou! Un fil tout blanc, bien distinct dans le noir de mes paupières closes, et puis… J’ouvre les yeux et il disparait! Quand on fait attention y a pleins de choses magiques tout autour de nous! Si si, je vous assure!

Je soupir dans un sourire et me relève. Oh la la mes jambes tremblent un peu! Mais de fatigue, pas d’excitation comme tout à l’heure. C’est mes muscles, les pauvres, je les met dans un état! Mais ils sont super costaux! Je peux vraiment compter sur eux! Et à force d’entrainement ils seront encore plus fort! Un jour je pourrai courir à en être invisible super, super longtemps! Je me dirige vers les casiers et les ouvre. Grands casiers où est rangé le matériel. Hum! Ce doit être une salle de gymnastique ou quelque chose comme ça. Y a des ballons. Mais des trucs de fillettes. Je parle des autres fillettes, pas de moi. Des filles super faibles et fragiles quoi. Parce que le ballon est petit et gonflé, presque doux. Et surtout pas lourd, et il ferait trop pas mal. Pas comme un ballon de basket. Ha ha, je me souviens d’une fois où j’en ai lancé un à quelqu’un lors d’un partie et il se l’est prise en pleine tronche! C’était trop marrant! Et une autre fois où, BOUM, entre les jambes d’un garçon! C’était pas fait exprès mais le voir se tordre de douleur au sol c’était juste trop trippant. J’en suis tombée de trop rire! Faut dire que je n’ai jamais revu une pareille expression, c’était unique! Euh, bref. En plus des ballons y a des espèces de long rubans attachés à des bâtons… Qu’on m’explique à quoi ça sert? C’est une sorte de… Laco raté? Non parce que là tu peux rien attraper, c’est bidon. Y a des espèces de quilles aussi. Comme au bowling. Mais plus petites et en plastique avec de l’air à l’intérieur. TRUCS DE FILETTES COMME JE DISAIS! C’est léger, ça sert à que dalle, et quand tu tapes avec personne n’a mal! Pff, c’est pas drôle! Je referme.

Et, oh! Y a un bruit, plus en bas je pense. Ça résonne. Méh. Ouais c’est vrai y avait quelqu’un dans le bâtiment d’autre que moi. Genre la personne qui a ouverte la porte déjà…
Je commence à descendre donc. Lentement les escaliers. Je me tiens au mur puis laisse tomber. Pouf, je m’assoie sur la marche. Et je laisse glisser mes fesses d’une marche à l’autre. Hop, hop, hop! C’est trop marrant! Ça faisait longtemps que j’avais pas fait ça!
Le temps que je descende y a plus ce bruit répétitif, un peu comme une balle. Une balle plutôt petite, parce que c’était pas en grand fracas. Genre… Tennis? J’sais pas. Puis y a un mec qui cri. Je localise la salle grâce à ça. Mais quand j’arrive il a fini. Je reste derrière la porte un peu pour voir si ça reprend. Et ça arrive. Alors je colle mon oreille au mur, pour mieux entendre c’est ça qu’on fait non? Ah, dans les films ils utilisent un verre même! Je me demande si ça marche…
Y a un gars qui insulte quelqu’un. J’ai pas trop compris pourquoi. M’enfin! Ça m’intéresse pas plus que ça non plus. C’est fini, y a plus un bruit. Je me retourne et pose mon dos sur la porte. Mes bras dans le bas du dos. Mais j’aime pas c’est pas confortable. Je les lâche, mais c’est nul. Je les croise sur ma poitrine alors. Pas une poitrine genre les seins des filles, moi j’ai rien encore. C’est tout plat et c’est plutôt pratique! Avec mes bras croisés, posées comme ça, je dois avoir l’air super énervée! Enfin, y a personne pour me voir. Je réfléchis, à tout, à rien. Visite la lune un peu, c’est une bonne amie, elle a l’habitude de me voir! Puis je redescend sur terre et me souviens de ce qu’il se passe. Bon. J’ai rien à faire. Je rentre? Ouais, ouais, aller, je rentre!

En rentrant j’ai balayée la pièce du regard. Et y a un garçon là, plus loin. Alors c’est lui qui a ouvert la porte. Bon. Je m’en fiche. Je détourne mes yeux de lui très vite et fixe la pièce tout partout. C’était presque du tennis. Mais celui qu’on joue avec des tables. Je sais plus le nom.

Puis une voix. La sienne hein. Celle de qui sinon? Je le re-regarde. Enfin, c’est un peu comme si je le voyais pour la première fois. Je le détail, note son physique, les sourcils froncés. Pourquoi j’aurai envie de lui rendre un service? Surtout demandé comme ça! Genre, pas bonjour ni rien je sais même pas c’est qui et BADABOUM. M’enfin en tant que futur super-héroïne je dois m’y intéresser. Et je suis quand même un peu curieuse! A-t-il une mission à me proposer? Ça m’étonnerais mais… On sait jamais!

Ouais! Et au moment où je commençais à trouver ça cool l’autre me fais que « non non oublie c’est pas grave ». Et pour quoi en plus? Parce qu’il ne veut pas « mettre en danger une gamine comme moi ». Non mais alors là! Il a du culot ce type! Doit y avoir des éclairs qui sortent de mes yeux, comme pour les personnages de BDs en colère. Et en colère je le suis! Très très en colère! Je suis pas faible moi! Je suis même super forte! Et je crains aucun danger! C’est les dangers qui me craignent!

Il détourne les yeux, ne me regarde plus. Alors ça! Il m’ignore maintenant?! Ah non, ça na va pas ce passer comme ça!

« Hé! », que je sors.

J’avance à pas lourd, grandes enjambés, qui font bien plein de bruit, et me plante devant lui, mes pieds effleurant ses jambes, en posture de guerrière, les bras posés fièrement sur mes hanches. Là je le prend de haut, je le peux parce qu’étant la seule debout je suis plus grande. Et puis de toute façon j’ai tellement la classe je prend n’importe qui de haut quand je veux! Comme le bâtiment tout à l’heure!

« Me prend pas pour une gamine débile qui sert à rien! Moi je suis super utile et super forte! Je peux tout faire! Même des trucs que tu seras jamais capable de faire toi! Alors un peu de respect, hein! »

Je lui fais mon regard bien méchant, sourcils oh très méchamment froncés.

« Y a quoi? Tu veux quoi? Je peux tout faire et dans un temps record, tu vas voir! Alors dit! »

Je donne un coup dans sa jambe. Mais ça va hein, pas trop fort. Juste pour qu’il pige une fois pour toute que c’est moi la plus grande, la plus forte, la plus classieuse, et qu’il peux trop rien en dire quoi. J’attend sa réponse. J’espère qu’il va me parler d’un truc intéressant, sinon j’me casse! Rah mais ce serait chiant qu’à cause de ça il dise que je suis une trouillarde ou je sais pas quoi… Hum! Bon à la limite même si c’est nul, je le fais vite fait, l’impressionne, et on en parle plus! Voilà, c’est très bien! Et je souris.
avatar
Brise

"Peux-tu peindre en milles couleurs l'air du vent ? " ♪



Messages : 31

Age du personnage : 11

Localisation : Tout partout, partout, partout!




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum