OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Aller en bas

OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Brooklyn Duroy le Jeu 28 Juin - 16:57




Aujourd'hui, il faut dire que la journée de Brooklyn a plutôt bien commencée -si on enlève le fait qu'elle soit tombée du lit à cause de cette saleté de réveil. Et malgré tout, elle ne pouvait s’empêcher de penser au pire. Une si bonne journée ne pouvait être complètement parfaite. Certes il y avait un temps agréable, elle était en bonne santé et du calme dans l'établissement -le plus inquiétant, c'était sans doutes ça d'ailleurs. Où était passée toute cette agitation qui est devenue habituelle ?- Alors peu importe où elle mettait les pieds, elle se préparait à voir le ciel lui tomber sur la tête. Un casque sur la tête où une musique dont elle ne connaissait pas le titre était diffusée, elle s'était dirigée vers le réfectoire vêtue de son cache-oeil noir dissimulé par ses cheveux qui retombaient sur son visage et de son uniforme qu'elle s'était résignée à porter pour préserver dans le calendrier des miracles une journée sans heure de colle. Qu'est-ce qu'elle détestait cet endroit. Ça parlait, ça rigolait, ça faisait du bruit dès de matin. Ce matin là, elle s'était contentée de passer en coup de vent. Une pomme et la moitié d'un bol de céréales, elle tiendrait avec ses fameux quatre litres d'eau de toute façon. Pour la première fois de sa vie Brooklyn Duroy était arrivée à l'heure en cours. Certains élèves l'avaient regardée comme si elle s'était trompée de salle et pour ce qui est du professeur, je ne vous raconte même pas ! Le sourire qui s'est installé sur son visage était si flagrant que même avant de se tourner vers lui, elle arrivait à le voir. Toute cette joie venant de ce professeur si... Détestable en somme, ne la rassurait absolument pas ! Pendant une fraction de secondes, la jeune fille à pensé à faire marche arrière.Tout le monde s'en douterait mais, qu'est-ce qu'elle risquait, hm ? La partie d'elle qui ne voulait pas d'ennuis a prit le dessus, et elle a finit par restée assise sur cette chaise au fond de la classe pour deux heures de cauchemars. Ah pitié ! Dites moi ce qu'il y a de plus pire que les mathématiques ? Il avait fait de ses neurones de la confiture en deux heures et avec un peu de chance, elle n'a pas été la seule a voir les choses de cette façon. Pas d'inter-classe pour respirer, rien ! Pas non plus de remarque négatives du professeur. Oui oui, vous avez bien entendu, pas de remarque du professeur en deux heures non-stop de cours -de maths en plus !- ... Lorsque que la sonnerie a résonné dans le couloir, nous avons retrouvés notre Brooklyn nationale qui a été non pas une des premières, mais la première à quitter la salle alors que les autres rangeaient encore leurs affaires.


Elle n'était pas loin de crier liberté dans le couloir. Il lui restait encore les cours de l'après-midi et les deux autres qui mettraient un terme à sa matinée -auquel elle n'avait pas franchement envie ni l'intention d'aller enfaite. Quelque part, elle priait pour que la professeur de langue vivante soit tombée dans les escaliers ou que quelqu'un ... Pendant quelques instants, elle avait songé à littéralement donner vie à cette scène. Mais elle n'avait pas envie d'avoir ça sur la conscience si les choses venaient à être un peu plus graves. Elle avait sorti son bloc note bleu de son sac et s'était mit à dessiner le visage, puis le corps de Mrs Pawson, le crayon faisait des mouvements rapides et précis sous la main de Brooklyn, il fallait qu'elle fasse vite. Le décors était le suivant ; une route au beau milieu de nule part où son bus avait eu le malheur de tomber en panne. Pour embellir le tout, elle a même rajouté quelque professeurs. Un jour de congé ne pourrait leur faire que du bien ! Au point où ils en étaient. Elle avait fini avec des couleurs ; la chevelure rousse et bouclée de Mrs Pawson et ceux dont elle se souvenait vaguement. Voilà qui était fait ! Et deux heures de libres en vue ~ Les élèves qui ont eu la chance de tomber sur les professeurs qu'elle a dessiné n'avaient pas à la remerciée hm, de toute façon et c'est peut être le mieux d'ailleurs ; ils n'en savent rien. Elle s'est gardée de le dire. C'était la grande joie à l'intérieur de Brooklyn, mais son visage restait parfaitement neutre. Intérieurement elle pensait à la façon dont elle se débrouillerait parfois, si elle n'avait pas se pouvoir en roue de secours. Maintenant qu'elle en connait l'existence, si du jour au lendemain elle venait à le perdre, elle tomberait en syncope. Parfois, il lui apporte tellement ! Mais il ne faut pas croire pour autant qu'elle l'utilise dès qu'elle est confrontée à des problèmes, non non non. Sinon ce ne serait plus Brooklyn mais quelqu'un d'autre. La facilité n'est pas quelque chose qu'elle aime spécialement dans certaines circonstances. Selon la jeune fille, si la vie est trop facile, elle devient lassante, sans intérêt.


En descendant les escaliers, elle songeait à ce qu'elle ferait de ses deux heures de libre quand accidentellement, son cache-oeil s'est détaché. Bien sûr, pour compliquer un peu plus les choses, il y avait du monde, des gens qui discutent, qui crient, qui rient, génial. Pressant le pas, elle a eu la chance d’attraper ce précieux tissu noir assez rapidement. S'attachant les cheveux pour le reposer sur son oeil droit, lorsqu'elle détache ses cheveux noirs, ils l'empêchent pendant une fraction de secondes de voir correctement -sa vue étant déjà assez floue- et à ce moment là, malencontreusement elle rate une marche et entraine quelqu'un dans sa chute. Voilà ? Ça y est ? C'était ça le ciel qui lui tombait sur la tête ? Vu de cette façon, c'est plutôt elle qui tombe sur quelqu'un. Vu de façon extérieure, on a l'impression que son corps frêle va se briser avant même de toucher le sol. Ils ne sont qu'à quatre marches de la terre ferme mais la chute promet quand même d'être douloureuse. Inconsciemment, Brooklyn s'accroche à cet inconnu en passant ses bras derrière la tête de ce dernier pour qu'il ne se casse pas le crâne et le moment tant redouté arrive. Elle a mal aux bras forcément mais ne se manifeste que légèrement. Il a amorti sa chute LUI. Oui parce que c'est un garçon. Enfin, elle croit. Sa vue est légèrement floue, comme toujours. Elle se redresse difficilement à côté de lui et confirme après quelques secondes là chose ; c'est un garçon. Elle ne sait pas comment il s'appelle, il a l'air en bon état malgré la chute, rien de cassé quoi. Bonjour, tu as amorti ma chute et je ne sais pas comment tu t'appelles mais c'est pas grave hm ? Il y a des choses plus importantes dans la vie. Rassurez-vous, ce n'est pas ce qui trame dans les pensés de la jeune fille. Elle ne pense justement à rien à ce moment précis, si ce n'est à ce petit incident. Une fois remise du choc, elle passe une main dans ses cheveux et s'adresse alors à cet inconnu en lui disant ;


Brooklyn - Désolée... Rien de cassé ? Si c'est le cas, je te laisses te débrouiller tout seul hm, j'ai beaucoup de choses à faire.


Théoriquement, elle n'a rien à faire du tout. Une fois qu'elle se sera tirée de là, elle pourra réfléchir à ce qu'elle fera de ses deux heures de libre. La masse d'élèves continue à se déplacer à travers l'établissement. Le monde n'a pas cessé de tourner pourtant, Brooke a la terrible impression que c'est le cas. Pourquoi il a fallu qu'elle soit aussi maladroite à un moment pareil. Il aurait suffit que ce cache-oeil ne tombe pas, que ses cheveux ne partent pas en tralala -pour ne pas dire autre chose- et elle ne serait pas confrontée à un tel problème. D'accord, elle a elle aussi mal aux mains mais ne le montre pas en surface. Si quelqu'un venait à toucher un de ses poignets par contre, elle grimacerait un peu... Bon d'accord ! Elle vous ferait comprendre que la douleur est présente enfaite. Elle finit par se lever tout aussi difficilement, prête à partir avant même qu'il n'ait prononcé les mots tant attendus.
avatar
Brooklyn Duroy

Messages : 44

Age du personnage : 14




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Caine Soren le Lun 2 Juil - 20:14

    Caine retournait inlassablement son stylo dans sa bouche sans parvenir à réellement se concentrer sur ce que racontait le professeur. Mécaniquement, lorsque celui-ci se mit à dicter une phrase, il plongea vers sa feuille et entreprit de copier sans rien comprendre à ce qu'il écrivait. Il avait aujourd'hui d'autres choses en tête. Les cours attendraient d'être appris, le soir, en espérant que le charmant monsieur en face de lui n'aurait pas la brillante idée de l'interroger en pensant qu'il connaissait la réponse (et surtout pas en commençant sa phrase par « Je suis sûr que M. Soren connait la réponse! ». Pitié. Il travaillait tellement sur son image qu'une bourde du genre l'aurait achevé pour trois jours. Quand il releva la tête, il capta le regard interrogateur de Diana qui haussa un sourcil et une épaule, produisant un délicieux balancement de son corps qu'il suivit du regard de son cou jusqu'à ses jambes. Elle, qui le côtoyait tous les jours, qui était si perspicace (parfois trop, à son grand désarroi) avait deviné que quelque chose le tracassait, sans qu'elle puisse deviner quoi. Quand elle vit que Caine l'ignorait, elle poussa un soupir à son intention et retourna à ses notes, qu'il devina clairsemées. Lui se mit, sans grande conviction, à relire ce qu'il venait d'écrire, découvrant en même temps le sujet de l'heure. Il n'avait pas écouté grand-chose. S'il ne voulait pas perdre son statut de bon élève, il allait devoir faire davantage d'efforts, et rattraper cet écart le plus vite possible (une fille de sa classe, qui rencontrait des difficultés dans toutes les matières venait souvent lui demander conseil après les cours, et s'il ne savait pas lui répondre, ce serait un nouvel échec. Et une suite d'échec était toujours douloureuse à supporter. Surtout pour lui).

    Quand la cloche sonna, il rangea méthodiquement ses affaires, comme à son habitude. Diana l'attendait derrière la porte, le fixant d'un air inquisiteur qui lui était familier. Cependant, il n'avait nullement envie de répondre à ses questions et, en la rejoignant, il entreprit de monopoliser la parole en pépiant sur des sujets qui ne la passionnaient pas du tout, espérant ne pas lui laisser le temps de détourner la conversation. Il ignora sa moue ironique et continua. Jusqu'à ce qu'il soit fauché en plein élan par une masse qui le percuta alors qu'il commençait tout juste à monter les escaliers. Avant qu'il ait eu le temps de faire quoi que ce soit (dans la mesure où il aurait pu faire quoi que ce soit, il n'avait pas encore acquis une force surhumaine -qui lui aurait permise de se rattraper, ou le don de voler, ce qui aussi pu être utile pour éviter la collision), il se retrouva allongé sur le dos au bas de l'escalier, une jeune fille affalée sur lui, les mains derrière sa tête, qu'elle retira aussitôt. Caine fronça les sourcils et grimaça en se redressant. Devant lui, Diana, une fois assurée qu'il ne se passait rien de grave (ou peut-être qu'elle se fichait éperdument de savoir s'il pouvait lui arriver quelque chose. C'était une possibilité, même si elle lui était extrêmement désagréable), se mit à pouffer derrière sa main en plissant ses jolis yeux sombres. Caine pesta intérieurement. Une fois sur deux, quand il se ridiculisait, c'était en présence de la fille qu'il convoitait. Il se consola de ces sombres pensées en se rappelant qu'il était supérieurement intelligent et pourvu d'un pouvoir phénoménal, ce qui représentait deux atouts non négligeables. A côté de cela, une petite chute ne faisait pas le poids (par contre, la fille sur lui, elle, le faisait. Il remua légèrement pour trouver une position moins douloureuse). Il leva les yeux vers elle.

    Et mit très exactement cinq secondes à réagir.
    Pendant la première, il détailla les cheveux noirs qui venaient chatouiller un cou mince, son œil caché sous un bandeau et la taille de la jeune fille. Elle devait avoir son âge, et lui disait étrangement quelque chose. Il savait très exactement quoi.
    Pendant la suivante, il enregistra ses paroles, et se dit qu'il ne devait pas la laisser filer.
    Pendant les deux d'après, il monta un vague plan, un peu foireux, et repoussa les interrogations qu'il suscitait.
    Pendant la dernière, il trouva quoi dire, et prit la parole.

    Ce faisant, il essaya de se relever, échoua, et afficha un sourire qu'il voulut gêné tout en remettant en place ses cheveux. D'un geste discret de la main, il signifia à Diana de partir pour le cours suivant. Sa présence le gênait.

    « Haha, non, ça va! Mais je m'inquiète pour toi, tu t'es pas fait mal? C'était une sacré chute! »

    Il aurait quand même été un peu embêté si elle l'avait abandonné avec une jambe cassée. Il espérait qu'elle plaisantait.

    « Tu voudrais déjà t'en aller? C'est dommage, vraiment dommage, je cherchais justement quelqu'un comme toi pour me rendre un important service. Mais je suppose que je ne pourrais pas te retenir si tu t'en vas. »

    Il avait volontairement modulé sa voix pour qu'elle exprime un regret, presque imperceptible, mais qu'il espérait tout de même assez voyant. Il ne savait pas comment cette fille allait réagir à ses paroles. Il avait pu le savoir à une époque, mais il avait oublié, depuis longtemps maintenant.

    Il la vit se relever et, craignant qu'elle ne lui échappe, suivit son mouvement et posa doucement sa main sur son avant-bras.

    « Dis-moi, comment tu t'appelles? »

    Un rire résonnait dans ses mots. En réalité, il croyait connaître son nom. Il en était même quasiment sûr. Elle lui était connue dans le pensionnat depuis le matin, depuis qu'un garçon qui suivait ses ordres lui avait rapporté qu'une jeune fille était suspectée d'avoir des pouvoirs. Simple racontar ou vraie expérience, il n'en savait pas grand-chose, puisque l'espionnage n'avait rien apporté. On racontait juste que parfois, d'étranges phénomènes se produisaient autour d'elle. Des gens avaient cru voir des choses qui n'étaient pas là avant. Sans connaître le nom de l'adolescente, le garçon avait fourni à Caine une description détaillée, qui correspondait en tous points à la jeune maladroite. On ne rencontrait pas tous les jours au pensionnat des brunes avec un bandeau de pirate.

    Tout serait allé pour le mieux si celle qui venait de le bousculer ne ressemblait pas autant à une de ses amies d'enfance, avec laquelle il passait énormément de temps quand il était encore à l'école. Brook, la petite Brook. Il ne se rappelait plus vraiment de son nom, c'était loin. Ni de son prénom en entier. Pour lui, elle avait toujours été Brook, c'était comme cela qu'il l'appelait. Il ne se rappelait plus pourquoi ils s'étaient perdus de vue, mais il se rappelait leurs conversations, et sa présence.

    Il aurait aimé que ce soit elle, et en même temps il aurait aimé qu'elle soit quelqu'un d'autre.

    En attendant de le savoir, il choisit d'agir avec elle comme avec les autres, comme si elle n'était qu'une élève de Coates intéressante, dont il fallait qu'il vérifie les compétences, et au besoin, envisage de la ramener près de lui.

    Si elle se laissait faire.
avatar
Caine Soren

"Pour une couronne qu’on récupère..." ♪



Messages : 195

Age du personnage : 14

Localisation : A la tête de son ''clan'' de Dégénérés




Locker
Groupe : Dégénérés
Pouvoir ou Caractéristique: Télékinésie

Détails?
:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Brooklyn Duroy le Mer 4 Juil - 16:30


«Je suis désolée de t'apporter des ennuis Caine et peu importe ce que les gens disent, je pense que t'as le droit d'être heureux toi aussi. Je parle pas des sourires forcés, j'veux plus que tu sourisses pour de faux, tu m'entends ? Ça me fais mal de voir ce sourire sur ton visage. Et... Et c'est pas ce que tu crois hm, je pleure pas, j'transpire ! - Brooklyn Duroy


Est-ce que vous vous souvenez de votre enfance ? Brooklyn s'est brusquement arrêtée de penser à cette période là depuis longtemps. Elle l'a mise dans une boîte puis enterrée en se disant qu'il était temps de passer à autre chose parce que c'était beaucoup trop douloureux de repenser à tout ça. Jeter un coup d’œil n'était même pas en options. Parce que selon elle, elle n'est pas si forte que ce que les gens peuvent penser. Il y avait une certaine crainte dans ses gestes, comme si elle pouvait se brisée à tous moments. Brooklyn ne pensait vraiment plus à cette petite boule d’innocence qu'elle avait eu le malheur -ou non d'ailleurs- d'avoir été, elle ne repensait plus à ses rêves d'enfants, aux larmes versées, à son sourire contagieux qui s’efforçait d'être présent malgré les larmes de sa mère et toutes ces autres choses. Parmi le maigre nombre de personnes qui étaient importantes pour elle, il y avait eu Caine. Caine le garçon plus grand que lui d'une journée, le garçon triste de l'intérieur mais qui ne le montrait pas en surface, le garçon, probablement le seul qui passait du temps avec elle pendant les récréations, le garçon dont elle serait peut être tombée amoureuse si elle en avait eu le temps, ce n'est pas arrivé. Avec le temps, elle s'était arrêtée de se souvenir de lui, comme on oublis parfois qu'on respire. Avec le temps, il s'étaient maladroitement perdus de vue sans explications. Ils se sont quittés sans savoir que c'était la dernière fois qu'ils se reverraient et puis plus rien. Le monde n'a pas cessé de tourner, ils ont continués à vivre sur des routes différentes, autour de personnes différentes. Personne ne se serait douté qu'ils se reverraient à Coates, dans cet établissement d'enfants à problèmes. Brooklyn a grandi, elle est devenue moins "vivante", plus froide, terne, distante, sarcastique et aujourd'hui plus maladroite que les autres jours ; elle a perdu toute cette joie qui a été remplacé par des sourires artificiels, suffisants, sur commande. Quant à Caine, il a énormément grandi. Si seulement elle pouvait le voir ! Quand elle le regarde, elle ne voit qu'un adolescent de plus du pensionnat. D'ailleurs, elle ne le regarde pas vraiment, elle regarde à côté de lui, comme pour tout le monde. Cela ne veut pas dire qu'il n'en vaut pas la peine, Brooke regarde tout le temps à côté. Si elle s'était dit une seconde que ça pouvait être lui, peut être que les choses auraient étés différentes. Non les choses auraient étés différentes. Mais comme ce n'est pas le cas, elle ne s'attarde pas sur cet élève et se prépare à partir quand celui-ci lui semble s'inquiéter pour elle et le lui fait savoir. Une sacrée chute, il avait trouvé le mot juste. Ses poignets qui auparavant étaient pâles viraient légèrement au rouge, ils avaient prit cher visiblement, mais ce n'était pas ce qui semblait le plus la préoccupée. Selon la jeune fille, ils s'en remettraient même si ça faisait un peu mal au début, elle avait l'habitude de tomber.


Caine - Tu voudrais déjà t'en aller? C'est dommage, vraiment dommage, je cherchais justement quelqu'un comme toi pour me rendre un important service. Mais je suppose que je ne pourrais pas te retenir si tu t'en vas.


De cette façon, monsieur avait réussi à attirer l'attention des yeux azurs de Brooklyn. Toutes ses phrases se transformaient en question. S'il s'était donné la peine d'être un peu plus clair, elle serait probablement partie. Hm ? L'idée de le laissé tout seul sachant qu'il est blessé n'était pas ... Non, elle n'aurait pas osé, rassurez-vous ! ... Enfin c'est ce que je pense. Alors qu'elle s’apprêtait à partir, ses pieds n'ont pas suivi le mouvement et sont restés plantés au sol. Durant quelques petites secondes, son visage inexpressif a prit vie lorsque la jeune fille a légèrement froncé les sourcils, ne comprenant pas la personne en face d'elle. Alors comme ça, il se postait devant les escaliers et amortissait la chute d'élèves qui menaçaient de tomber en demandant un service en échange ? Le concept est assez ... Original. Elle se doutait bien qu'il ne s'agissait pas de ça, mais elle s'amusait intérieurement à s'imaginer les raisons pour lesquelles il aurait besoin d'elle. Ce "quelqu'un comme toi", c'est probablement ce qui l'a empêchée de partir. Car monsieur doit savoir que mademoiselle est tout simplement insensible aux belles phrases toutes préparées. Qu'est-ce qu'il voulait bien dire par quelqu'un comme elle ? Dans sa bouche, ça n'avait pas de sens, même s'il qualifiait le service dont il avait besoin d'important. Les quelques minutes passées avec lui commençaient à être fatigante, autant pour son cerveau qu'autre chose. Mais alors quand il a tenté de la retenir en lui demandant son prénom, elle avait atteint le sommet de l'exaspération. Brooklyn n'a jamais été très tactile, elle a toujours détesté le contact avec les personnes dont elle n'est pas proche. Qui que cela puisse être, il doit vraiment être sûr de lui. C'est la première personne du pensionnat à agir de la sorte sur Brooke. Simple geste qui la fait reculer d'un pas.


Brooklyn - Écoutes, je ne comprends pas du tout ce que tu veux dire, bien que tu parles la même langue que moi hm. Et puis je pense encore moins que je puisse t'aider ou encore que mon prénom puisse y changer quoi que ce soit. En plus de ça, je ne te connais pas et pour tout dire, tu ne m'inspire pas confiance du tout


Un, deux, trois. Trois phrases pour quitter une personne que l'on ne connait pas. Trois jolies phrases, avouez ! Brooklyn fait de plus en plus de progrès en ce qui concerne les manières d'envoyer gentiment les gens bouler. La prochaine fois elle relève le défis des quatre phrases, aller, c'est encore humain. Au départ, elle ne s'en tenait qu'à une seule phrase -si on pouvait appeler ça comme ça- et parfois, il ne s'agissait que d'un seul mot. Mais regardez moi cette évolution ! Elle réajuste la jupe de son uniforme qui va de travers, lui adresse un dernier regard, un sourire "suffisant" et cette fois-ci part pour de bon. Pas de "désolé pour toi" ni de "désolé" tout court avant de partir parce qu'avec toute sincérité, elle ne l'était pas. La première et seule impression qu'elle avait, c'était ce sentiment d'insécurité. Elle qui était devenue de moins en moins sociable, n'avait plus l'habitude de voir des gens venir lui adresser la parole ou lui demander de l'aide de cette façon. Passant ses mains autour de ses poignets devenus rouges, elle songeait maintenant à ce qu'elle pourrait faire de son après-midi, ce garçon étrange était déjà du passé.


avatar
Brooklyn Duroy

Messages : 44

Age du personnage : 14




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Caine Soren le Jeu 5 Juil - 12:48

    Caine marqua un instant d'hésitation quand la jeune fille en vint à le repousser. Les souvenirs qu'il conservait d'elle ne collaient pas à cette image froide, qui le plantait là avec un sourire proprement insupportable. S'il se savait désagréable par moments, il sentait que Brook détenait un record. Elle n'était certainement pas la pire qu'il ait rencontré au cours de ses pérégrinations à l'orphelinat (il y avait ceux qui l'insultaient, ceux qui essayaient de le frapper, et d'autres qui refusaient carrément de lui répondre, alors à côté de ça, quelques phrases pour lui dire de la fermer ne pesaient pas lourd dans la balance). Pourtant, il avait tenté d'être agréable. Dans ses mauvais jours, il ne se serait pas montré très clément envers la personne qui l'aurait bousculé devant sa chère Diana (chère Diana qui ne perdait pas une occasion de se ficher de lui. Quand il en avait l'occasion, il préférait éviter de lui donner de la matière. Heureusement qu'elle était partie, elle ne se serait pas remise du vent qu'il venait de se prendre pendant une semaine. Il n'aurait pas fini d'entendre des railleries sur ses magnifiques tentatives de drague. Alors que ce n'en était même pas une, de toute façon. Il sentit un grand froid lui hérisser les poils de la nuque en imaginant les moqueries que Diana aurait pu inventer. Elle était prodigue lorsqu'il s'agissait de se foutre de sa gueule. A croire que son amour ne la touchait nullement -il pensa amèrement que c'était sûrement le cas, malgré toutes ses qualités et le temps qu'il passait ensemble).

    Bref. S'attarder sur Diana ne lui servait pas à grand-chose quand c'était une tout autre jeune fille qui se tenait devant lui. Une jeune fille qu'il avait cru connaître quand elle était encore petite. Apparemment, et vu comment elle le recevait, ce ne devait pas être le cas. Se souvenait-elle seulement de lui? Il ne pouvait en être sûr, les événements s'étaient passés il y a un peu moins de dix ans, soit une éternité pour des adolescents, dont la plupart préféraient oublier leurs jeunes années.

    Cela ne changeait rien au fait qu'il se rappelait d'une Brook beaucoup plus douce, et plus humaine. Ils se parlaient souvent pendant leurs pauses, et, silencieusement, se comprenaient souvent, bien que Caine ait répugné à le reconnaître. Devant ses amis, il niait l'importance de ce lien, racontant, au choix, que ce n'était qu'une camarade de classe, ou qu'elle le collait pour une raison inconnue. Des raisons qui étaient toutes plus fausses les unes que les autres, mais qui lui permettaient de conserver sa fierté. A l'âge où ils s'étaient rencontrés, conserver une amitié avec une fille était synonyme de honte, et provoquait, en général, les railleries du troupeau masculin. Il ignorait si Brook avait eu vent de ces justifications peu flatteuses pour elle. Si elle lui en avait parlé, il n'en avait pas conservé le souvenir. Peut-être ne l'avait-elle jamais fait, d'ailleurs.

    Ce dont il se souvenait c'était l'atmosphère feutrée des conversations, l'intimité dans la bruit de la cour de récréation, et les visages juvéniles qui commençaient à se confondre dans la brume, due au temps et à l'oubli.

    Il n'avait pas souvent repensé à ses moments depuis qu'ils s'étaient terminés. Cependant, il s'en était souvenu en la voyant.

    En la voyant se préparer à partir, il se dit qu'après tout, il n'avait rien à perdre s'il utilisait son jocker. Si elle refusait de l'écouter, il n'aurait plus qu'à lui envoyer les négociations musclées. En effet, s'il était prêt à faire des concessions, il se refusait à traiter différemment une personne sous prétexte qu'il le connaissait déjà. S'il se mettait à faire des exceptions et que quelqu'un s'en rendait compte, son autorité s'en trouverait entamée et il se refusait à cette éventualité plus qu'à toute autre. En prenant contact avec son amie d'enfance, il cherchait à se faire reconnaître autant qu'à mener son enquête sur elle. Il ne devait pas oublier pourquoi son associé la lui avait décrite : elle semblait présenter des dispositions spéciales qu'il ne pouvait ignorer sous prétexte qu'elle venait de l'envoyer bouler.

    Il reprit une inspiration, et, fixant ce dos qui commençait déjà à l'oublier, il lança :

    « Pas du tout? J'ignorais que tu avais la mémoire si courte, Brook. »

    Il craignait que continuer sur la voie de l'ignorance ne le mène à rien. Autant jouer cartes sur table : peut-être aurait-il plus de résultats. S'il parvenait à lui faire admettre qu'ils avaient été proches, lui ferait-elle confiance, contrairement à ce qu'elle venait d'affirmer?

    Évidemment, il prenait également le risque que Brook croit qu'il se fichait d'elle en lui demandant son nom puis en l'appelant par celui-ci. Tant pis. S'il venait, le temps des justifications serait pour plus tard.

    Il espéra que la jeune fille allait finir par arrêter cette attitude de défense perpétuelle. Ou plutôt non. Était-ce vraiment de la défense? Elle semblait davantage se désintéresser de tout ce qui se passait autour d'elle. Caine se demandait si elle ne finissait pas par s'ennuyer à agir tout le temps de cette manière. Avait-elle des amis, au moins? Il n'en était même pas sûr. De toute façon, cela faisait des années qu'il ne l'avait pas vue, comment aurait-il pu le savoir? Jusqu'à ce matin, il ignorait jusqu'à sa présence dans l'orphelinat. S'il l'avait déjà croisée en son sein, il ne lui avait pas prêtée attention. Il y avait tellement de pensionnaires à Coates. A croire que les délinquants aisés couraient les rues.

    Pour faire bonne mesure, il choisit de compléter ses paroles par une deuxième accroche. Si elle continuait à l'ignorer, il ne pourrait pas lui courir après. Du moins il ne le croyait pas. Il ne l'avait jamais fait pour personne, et ne comptait pas commencer aujourd'hui. Il sourit.

    « On étaient amis à l'école. Tu ne te souviens pas de moi? »

    Si elle ne le reconnaissait pas, autant poser la question clairement. Il n'avait pas le temps de tourner autour du pot pendant des années, surtout qu'elle semblait prête à le planter là.

    Il se dit que Brook paraissait aussi têtue que lui. Il se demanda si c'était vraiment une bonne chose.
avatar
Caine Soren

"Pour une couronne qu’on récupère..." ♪



Messages : 195

Age du personnage : 14

Localisation : A la tête de son ''clan'' de Dégénérés




Locker
Groupe : Dégénérés
Pouvoir ou Caractéristique: Télékinésie

Détails?
:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Brooklyn Duroy le Jeu 5 Juil - 17:35


Brooklyn - ... Caine ?

Brooklyn ne savait pas expliquer ce genre de choses ; comment une simple rencontre pouvait, la seconde d'après être aussi marquante. D'ailleurs, ce n'était pas une rencontre, mais des retrouvailles un peu tardives. Lorsqu'il avait prononcé tous ces mots -qui étaient particulièrement explicites- elle avait l'impression que le sol s'était dérobé sous ses pieds. La jeune fille a tout de suite compris et s'est tout de suite arrêtée de marcher. Subitement figée. Il faut avouer qu'elle avait du mal à croire que c'était lui, vraiment vraiment lui. L'idée de chercher les caméras cachées tentait bien Brooklyn, mais ce n'était pas une blague. C'était sérieux cette fois, elle pouvait l'entendre au son de sa voix. Elle en avait oublié pendant quelques minutes les cercles rouges au niveau de ses poignets. Revenant sur ses pas assez rapidement, elle s'arrêta net devant le jeune homme encore assis et se mit à peu près à sa hauteur. Elle le regarda pendant quelques trois minutes sans rien dire. C'était lui, Caine. Caine Soren, pour vous prouver qu'elle se souvient de lui quand elle chercher ! Elle ne savait pas si elle était soulagée, si elle devait l'être, elle ne savait pas ou se mettre enfaite. Elle entreprenait de le traiter de tous les noms pour n'avoir rien dit jusqu'ici. Idiot, imbécile, gigolo, crétin, abruti, petit con -bien qu'elle était plus petite que lui d'âge et de taille. Mais des coups qui se voulaient légers au niveau de l'épaule du concerné faisaient largement l'affaire.

Brooklyn - Si tu savais qu'il s'agissait de moi, pourquoi est-ce que tu ne l'as pas dit au lieu de passer pour un type au sourire de psychopathe, idiot !

André Roussin a dit ; "on ne frappe pas un homme à terre" en rajoutant que celui-ci risquait de se relever. Excusez Brooklyn pour son manque de délicatesse tout autant envers Roussin que son ami d'enfance -de toute façon, pour le deuxième cas, il est peu probable que ces coups lui fasse réellement du mal... Ou peut être un peu, le squelettique Brooke n'a pas l'intention de faire mal de toute façon... En tous cas pour ce qui est de la situation actuelle. Elle finit par s'asseoir à côté de lui, prenant la peine de se décaler des escaliers, pour qu'un autre maladroit ne tombe pas dans le piège involontairement crée. Encore un peu en état de choc, elle a du mal à se détendre. Combien de temps est-ce que ça va faire ? Une éternité et jamais elle n'avait pensé une seule fois le revoir. Les chances étaient bien trop maigres.

Brooklyn - Bien sûr que je me souviens, j'ai juste cessé d'y penser pendant longtemps Caine... Les visages sont devenus flous, les vies ont continuées, les visages ont complètement disparus et le monde n'a pas cessé de tourner. Combien de chances on avait de se retrouver en plus ?

Elle n'a rien rajouté de plus, le suicide d'une amie, les raisons pour lesquelles elle s'est retrouvée ici, et tout le reste. Cela n'en valait pas la peine à ses yeux. Redonner vie à ces souvenir ne tentait pas du tout la jeune fille. Elle savait ce qu'elle risquait, elle le savait beaucoup trop pour jouer avec le feu de cette façon. Des bribes de souvenirs en rapport avec Caine refaisaient surface. Les choses avaient bien changées depuis. Les choses avaient beaucoup changées, ce qui la faisait doucement sourire. Oubliant un instant la douleur de ses poignets, elle tendit le bras pour lui pincer la joue, sachant pertinemment qu'il en avait tout simplement horreur -comme n'importe quel humain normalement constitué d'ailleurs- en ajoutant qu'il avait grandi. C'était du discourt de vieux, et elle le savait. Mais pour être sincère, tout ce qu'elle voulait c'était lui arracher un sourire. Un VRAI sourire qui peut être lui rappellerait le Caine qu'elle a connu. Elle ne voulait rien d'artificiel, sinon ça ne comptait pas.
avatar
Brooklyn Duroy

Messages : 44

Age du personnage : 14




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Caine Soren le Sam 7 Juil - 21:25

    Caine était soulagé. S'il avait su que se faire reconnaître aurait été si aisé, nul doute qu'il ne se serait pas embêté avec ses simagrées. Mais lorsqu'elle s'était relevée pour partir sans lui adresser une parole encourageante, il s'était dit que la bonne tactique était peut-être la reconnaissance progressive. Apparemment, il s'était mépris sur la nature de son interlocutrice (une fois n'est pas coutume, comme a dit une sage personne -après tout, Caine se trompait rarement, du moins, c'est ce qu'il aimait à penser). En voyant la chaleur avec laquelle elle se mettait à lui parler, avec laquelle elle s'asseyait à côté de lui, il se sentait heureux d'avoir risqué le tout pour le tout. Les méandres des possibles s'étaient évanouis avec la réponse de la jeune fille : qui sait ce qu'il se serait passé si ses paroles n'avaient eu aucun impact. Peut-être aurait-il insisté. Peut-être, déçu, aurait-il dit à Drake de lui faire comprendre que l'on n'ignorait pas Caine Soren. Ou peut-être aurait-il tout enfoui dans un coin de sa tête, gêné de s'en prendre à une ancienne amie, ou blessé de son manque de succès, pour la retrouver plus tard sur un de ces sites d'anciens camarades tant à la mode. Ou peut-être ne se seraient-ils pas retrouvés du tout, et auraient passé le restant de leurs jours en oubliant les deux enfants qui discutaient dans la cour de l'école, en les divisant des collégiens qu'ils étaient devenus. Tout aurait pu être différent. En un sens, il n'était pas mécontent du tout que les choses aient tourné de cette manière.

    Même si, du coup, de l'enquête sur les spécificités de Brook qu'il s'était assigné, il se retrouvait dans un couloir à discuter comme. Comme s'il se trouvait avec une amie, en fait. Il se dit qu'en un sens, c'était le cas, même s'il n'avait aucune idée de ce qu'avait vécu Brook durant tout ce temps, tout ce qu'elle avait ressenti, ce qu'elle avait aimé ou détesté, ce qu'elle aimait ou détestait encore. Il se demanda aussi si elle avait entendu parler de son groupe et de leurs activités (il y avait peu de chances que non, mais on ne savait jamais). Il se demanda encore si elle les approuvait ou les détestait, si elle s'en fichait tout simplement. Il y avait tant de possibilités, tant de souvenirs et de sentiments qui formaient la Brook d'aujourd'hui, et à laquelle il n'avait pas accès.

    Pour l'instant. Il l'espérait. Il voulait savoir. Ce qu'elle était devenu et ce qu'elle projetait d'être. S'il pourrait la compter parmi ses alliés. Il aurait répugné à la compter parmi ses ennemis, mais si elle le désapprouvait, aurait-il le choix? Il voulait savourer le moment pendant lequel il ne connaissait pas encore la position de l'adolescente vis-à-vis de ce qu'il était aujourd'hui, pour goûter, simplement, les retrouvailles entre deux personnes qui s'étaient beaucoup appréciés, à une époque. Le temps des révélations viendrait bien assez tôt. Avant la fin. Il devrait le provoquer, même s'il ne le souhaitait pas vraiment. Il avait un peu peur. S'il avait la certitude qu'elle resterait auprès de lui, il lui aurait parlé automatiquement, sans détours. Mais il ne savait pas, et c'était là que le bas blessait. Il ne savait pas si leur relation survivrait aux changements, si elle avait perduré et si elle pourrait se réinstaller, là, entre eux deux, assis sur les marches d'un couloir alors que, réalisa Caine, ils devraient être en cours déjà.

    Puis, il pensa que l'organisation de son groupe passait avant tout, qu'en un sens c'était ce à quoi il travaillait en discutant avec Brook (il aurait rechigné à avouer qu'il prenait un réel plaisir aux paroles qu'elle prononçait à présent), et qu'il n'y avait donc aucun mal à sécher les cours. Au pire, il se rendrait à l'infirmerie. Temple était un peu bonne poire, et s'il feignait un mal de ventre elle lui donnerait sûrement une excuse pour son absence.

    Il afficha un air gêné quand elle lui demanda pourquoi il avait commencé son numéro de séducteur.

    « Parce que tu n'avais pas l'air de me reconnaître, alors j'ai dit ce qui me passait par la tête... Tu me frappes en plus? »

    Avec un demi-sourire, il fit mine de repousser sa main, mais ne fit que l'effleurer. Le contact, quel qu'il soit, lui faisait du bien.
    Il omit de préciser que ce qu'il avait dit plus tôt, après que Brook lui soit tombé dessus (au sens propre, cette expression collait parfaitement à la situation), étaient celles de l'être manipulateur qu'il était en permanence. Il aurait souhaité que Brook se laisse faire. Qu'elle vienne vers lui, sans s'opposer. Il ne savait pas si c'était possible. D'abord parce qu'il ne cernait pas encore vraiment son caractère et les changements dus au temps, ensuite parce que lui, Caine, n'était pas sûr de réussir à rester objectif si la conversation devenait trop intime. Il se secoua. Bien sûr qu'il en était capable! Pour le bien de sa cause, il le devait. Et il travaillerait à laisser ses stupides scrupules de côté puisqu'ils ne feraient qu'entraver ses plans.

    Ainsi continuait la bataille entre Caine et sa conscience quand Brook reprit la parole, puis se mit à lui pincer la joue, ce qui surprit l'adolescent autant que le discours qui suivit. Il s'empressa d'émettre un bruit inarticulé marquant sa désapprobation.

    « Lâche-moiiiiii »

    Avec sa joue toute déformée, il devait avoir l'air malin. Ce geste lui rappela un tas de choses, qu'il préféra repousser avant qu'elles ne l'envahissent. Quand enfin il parvint à se libérer de la poigne de Brook (non sans mal, car le combat fut épique, camarades), il lui adressa une moue de petit garçon vexé qu'il n'avait pas l'habitude d'afficher. Il préférait les sourires engageants, en général.

    Tout d'un coup, il se sentit très jeune. Il donna une pichenette sur la joue de Brook.

    « Hé, si on est là tous les deux, c'est que nos destins sont liés, non? »

    Il assortit cette remarque d'un clin d'œil. Puis redevint sérieux.

    « Qu'est-ce que tu as fait pendant tout ce temps? Il a dû se passer plein de choses depuis la cour de l'école. Tu te plais ici? »

    Simple curiosité, ou recherche d'indices sur sa position? Il ne savait plus trop lui-même s'il recherchait l'amitié de Brook ou sa candidature. Il se disait qu'il avait envie de savoir ce qu'elle était à présent. Et aussi qu'il devait savoir ce qu'elle pensait de lui et de son but.

    Il laissa son regard se perdre dans le couloir. Au fond, maintenant, assis à côté d'elle, il ne savait pas trop ce qu'il voulait. C'était assez énervant, en un sens.

    Il détestait hésiter.
avatar
Caine Soren

"Pour une couronne qu’on récupère..." ♪



Messages : 195

Age du personnage : 14

Localisation : A la tête de son ''clan'' de Dégénérés




Locker
Groupe : Dégénérés
Pouvoir ou Caractéristique: Télékinésie

Détails?
:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Brooklyn Duroy le Jeu 12 Juil - 11:21



On a souvent tendance à croire que le passé est le passé. Alors on oublie certaines pages de nos vies comme si tout était gravé sur une pierre. Comme si tout ça était gravé, qu'ils ne se reverraient plus. Depuis qu'elle est arrivée au pensionnat, peut être qu’elle n'a jamais été aussi contente de revoir quelqu'un. Et ce n'était pas QUE quelqu'un, c'était Caine. Brooklyn était envahie par une sorte de soulagement. Soulagement que ce soit lui plutôt qu'un autre. Sinon, je vous avoues qu'elle n'aurait pas bien comprit la situation. Soulagement mais léger rire lorsque le jeune homme lui explique pourquoi il a jouer un autre rôle que le sien. C'était bien joué Caine, elle t'as probablement encore moins reconnu ! Il faut savoir que Brooklyn a une mémoire de poisson rouge -si on peut dire ça comme ça. Mais si la seconde d'après vous lui rappelez que c'est vous, il y a des chances que sa mémoire remonte à la charge. Pas besoin de sortir le grand jeu ! Ce qui reste assez drôle, car après avoir connu dans le passé une toute autre facette de Caine, cela fait un peu office de trouble de le voir comme ça.


Le tirage de joues n'aura pas aboutit au moindre sourire, échec Brook. La moue de son ami lui arrache un sourire. Elle plisse légèrement les yeux lorsqu'il contre-attaque avec une pichenette. A ce moment là, elle avait l'impression de gratter une fine couche de vernis et de revenir à une période lointaine -pas spécialement à cause de la pichenette- et ça faisait plaisir d'oublier un peu l'endroit dans lequel elle se trouvait parce qu'elle n'était pas spécialement bien entre ces murs. Ce moment dura quelques minutes avant que Caine ne la ramène dans ce couloir, près des escaliers. Elle en avait même oublié les deux heures de libre qui lui avaient été offertes non sans quelques efforts. Il parlait à présent de destin ; le fait qu'ils se soient retrouvés soit lié au destin. Même si elle croyait plus à un coup de chance qu'autre chose, ça la faisait sourire, le fait de l'entendre le dire. Et ça lui aura aussi arraché un "t'es bête" amusé par ses paroles. Elle ne croyait absolument pas au destin. Pour elle c'était pour les faibles, c'était pour s'accrocher à quelque chose, pour se dire que ce n'était pas de leurs faute. Non le destin, elle n'y croyait aucunement et pas moyen qu'elle s'y abandonne, c'était beaucoup trop simple de se ranger de ce côté là.


Caine - Qu'est-ce que tu as fait pendant tout ce temps ? Il a dû se passer plein de choses depuis la cour de l'école. Tu te plais ici ?


C'était beaucoup de questions en une seule fois dis donc ! Il cherchait à remplir le journal de l'école ? -si toutes fois il y en avait un. Brooklyn n'avait jamais eu le temps de réfléchir à toutes ces choses car elle s'était contentée de vivre, tout simplement. Ce qu'elle avait fait pendant tout ce temps ? Des conneries forcément, pour se retrouver dans un endroit pareil. Elle s'était vaguement interrogée sur les raisons pour lesquelles Caine se retrouvait lui aussi dans ce pensionnat mais la question s'est vite dissipée. Il a du se passer plein de choses. Ah ça, plus qu'il ne pouvait se l'imaginer ! Si elle se plaisait ici ? Si elle se plaisait dans cette prison qui n'en était pas vraiment une ? Caine avait parfois le chix pour poser les questions qu'il fallait. Brooklyn s'imaginait tout le film ; elle en train de prévoir ses vacances à Coates. Elles ne coûteraient pas très cher à papa-maman... Ou plutôt maman tout court enfaite. Et pour ce qui étais de la gosse, soit Brooklyn, elle devait juste suffisamment déraper pour être admise à Coates. Vous imaginez la simplicité que ça demandait ? A ce prix, pourquoi se priver ? Coates, Coates, Coates. Si tout ne dépendait que d'elle, croyez moi, elle ne serait surement pas là. Partout ailleurs mais probablement pas ici. Pas qu'elle se sente en danger ou quoi que ce soit de ce genre, mais à la longue, cet endroit commençait à l'ennuyée. Sa vie devenait presque une routine. Non, sa vie devenait une routine au fil des jours qu'elle passait ici. Et Brooklyn, elle avait besoin de sortir, elle avait besoin de pause clope ailleurs que sur le toit, elle avait besoin d'autre espace verts que le parc, elle avait besoin de participer à des fêtes, elle avait besoin de faire des nuits blanches autours de jeu aussi fous les uns que les autres. Brooklyn, elle avait besoin d'un peu de folie dans sa vie. Voir la plupart des élèves refroidit pas le règlement, marcher aussi raides que des bâtons dans le couloir dans la crainte de faire quelque chose de mal... Elle ne supportait Coates que moyennement au point où elle en était.


Brooklyn - Eh bien pas grand chose, c'est un peu la routine à Coates. Les choses n'ont pas vraiment changées, comme tu peux le voir


Ouaip, j'ai juste découvert une partie de moi capable de donner vie à des objets, ça reste ordinaire hm, pas de quoi avoir l'air surpris ! Elle hausse légèrement les épaules pour répondre à la dernière question du jeune homme.


Brooklyn - Sans plus, c'est pas vraiment l'endroit de rêve par excellence, on y est juste de passage... Et toi, comment ça se passe de ton côté ? Quand on se concentre un peu plus, on arrive à te reconnaître, mais sur le coup si tu ne me l'avais pas dit, je pense que je serait partie. C'est quand même rare qu'on m'arrête pour me dire des choses incompréhensibles.


avatar
Brooklyn Duroy

Messages : 44

Age du personnage : 14




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Caine Soren le Sam 28 Juil - 18:57

    Caine ressentait à présent une curiosité passionnée pour les aventures de la jeune fille, celles qui avaient pu la conduire ici alors qu'il se rappelait d'une gamine sans histoires, pleine de chaleur, qui aimait parler et s'amuser. Simple erreur, ou bêtise réelle? Il ne savait plus que mettre sur le visage de la jeune fille. Tant de gens se retrouvaient à Coates pour tant de raisons différentes. Et ces raisons permettaient souvent de mieux cerner le personnage. Ou de le piéger. Caine utilisait souvent le chantage quand il était à court de charme, avant que n'intervienne Drake, dernier maillon de la chaine. Cependant, il n'avait pas envie d'utiliser le chantage sur Brook. Encore et toujours ces foutus scrupules. S'il avait pu les balaye d'un revers de main, il l'aurait fait. A sa grande colère, il s'aperçut qu'il ne le pouvait pas, qu'il n'en était pas capable. Utiliser une méthode déloyale sur son amie d'enfance le dégoûtait, alors qu'avec un autre, il serait passé à l'attaque depuis longtemps, se désintéressant d'une conversation qui aurait pu lui paraître sans intérêt avec tout autre qu'elle. Mais Brook ne répondit pas vraiment à ses attentes, éludant le récit des années manquantes. Caine tenta de se consoler. Tant pis, chaque chose viendrait le moment venu.

    D'ailleurs, qu'elle n'ait pas mentionné son arrivée ici était peut-être une bonne chose, en un sens. Il n'avait pas vraiment envie que la question lui soit retournée. Tout élément personnel le concernant devait, au maximum, éviter d'être ébruité, fut-ce une caractéristique anodine. On ne savait jamais d'où pouvait provenir l'attaque.

    Pourtant, contrairement à ce qu'elle affirmait, il trouvait qu'elle avait changé, pour des raisons évidentes, et d'autres qu'il n'arrivait pas à expliquer, qui étaient fugaces, imperceptibles, comme le mouvement d'une main, le clignement d'une paupière, un mouvement discret et incontrôlé. Et pour lui, bien qu'il reconnaissait l'enfant sous le visage fin de l'adolescente, c'était comme une véritable métamorphose. D'autant que l'amie d'autrefois se transformait maintenant en alliée, ou en ennemie, potentielle.

    Il fut également surpris de l'entendre parler de routine. A Coates, il s'ennuyait parfois, c'était vrai. Mais ses manigances, ses coups en douce, ses plans l'occupaient à tel point qu'il lui semblait que le temps passait plus vite que lorsqu'il était encore dans son ancienne école, inconscient de son pouvoir. Cette réflexion le ramena à son objectif premier. Ah oui, le pouvoir supposé de Brook. Que lui avait dit ce garçon, déjà? Il paraît que des événements bizarres se déroulent parfois dans l'entourage d'une jeune fille avec un bandeau sur l'œil. Il avait trouvé la jeune fille. Restaient les événements bizarres. Il cherchait encore comment aborder le sujet, puisqu'il n'était pas censé être au courant. Avec un individu lambda, il aurait sûrement balayé ses doutes et aurait posé la question plus ou moins franchement. Seulement, s'il se trompait, Brook ne comprendrait peut-être pas ce qu'il racontait. S'il tombait juste, elle pouvait également refuser d'en parler, le repousser, et ne plus lui adresser la parole. Pour de nombreux pensionnaires, les pouvoirs qu'ils possédaient étaient des poids douloureux. Il ne pouvait pas y aller à la légère. Ou plutôt, il avait peur de le faire. Cette idée le glaça et l'énerva en même temps. Comment pouvait-il se laisser dominer par une frêle adolescente alors que lui était un homme. Pas un garçon, il pensait avoir dépassé ce stade depuis longtemps. Il se voulait adulte. Et les adultes ne devaient pas avoir peur de poser des questions aux jeunes filles.

    Caine redevint très attentif quand la conversation reprit son cours, se concentrant sur lui.

    « Hé bien je suis content de t'avoir arrêtée alors. Ça aurait été dommage de se louper jusqu'à la fin de notre scolarité, non? »

    En tous cas, lui aurait trouvé cela dommage, pour un bon paquet de raisons diverses et personnelles. Avant ce matin, il n'avait jamais prêté attention à l'adolescente qui ressemblait tant à son amie d'enfance. Sans cet incident, il aurait été capable de ne pas s'en soucier du tout. Et leurs retrouvailles, pour le meilleur et pour le pire, n'auraient jamais eu lieu.

    « Ça se passe très bien pour moi en tous cas. J'ai pas mal d'occupations ici. Tu en as peut-être entendu parler? »

    Une question si grossière, et en même temps implicite, pour avoir des indices quant à son opinion. Il se connaissait de multiples opposants au pensionnat, certains discrets, d'autres beaucoup moins, qui criaient sa prétendue infamie sur tous les toits. Brook en avait-elle eu vent? Est-ce qu'elle serait prête à le suivre? A la voir comme cela, semblant sincèrement contente de le voir, il avait tendance à pencher vers la confiance. Cependant, ils n'avaient pas encore abordé le sujet de ses manigances. Se braquerait-elle devant cette nouvelle conversation? L'enverrait-elle promener? Ou se montrerait-elle intéressée? Il ne pouvait pas savoir avant de l'avoir demandé. Même avec les gens qu'il pensait insipides, il avait parfois des surprises (comme ce garçon qui l'avait menacé de se jeter par la fenêtre s'il l'approchait encore. Quand il s'était foulé la cheville en basculant dans le vide depuis la fenêtre du premier étage, il s'était dit qu'il valait mieux abandonner là avant que cet illuminé ne se tue vraiment. Autant éviter la mauvaise publicité).

    Avec Brook, que se passerait-il? Il décida d'arrêter de se poser des questions, et d'agir comme il en avait l'habitude. Ou presque.

    « Et si la routine t'ennuie, tu n'as qu'à rester près de moi. » conclut-il avec un petit rire qui déplaçait sa proposition en une plaisanterie un peu sérieuse. Si tu acceptes, cela devient sérieux, si tu refuses, on continuera à en rire comme si je n'avais rien dit, n'est-ce pas?

    Il espérait que la conversation prendrait le tour qu'il attendait. Dans le cas contraire, il n'aurait plus qu'à changer, une fois de plus, de stratégie. Ce ne serait jamais que la troisième en une dizaine de minutes. Il sourit. Brook semblait pleine de ressources, indépendante, capable des réactions les plus inattendues. Et sûrement en possession d'un pouvoir puissant.

    Ce qui pouvait devenir des atouts majeurs comme causer sa perte.
avatar
Caine Soren

"Pour une couronne qu’on récupère..." ♪



Messages : 195

Age du personnage : 14

Localisation : A la tête de son ''clan'' de Dégénérés




Locker
Groupe : Dégénérés
Pouvoir ou Caractéristique: Télékinésie

Détails?
:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Brooklyn Duroy le Mer 1 Aoû - 21:06



La vie de Brooklyn, bien avant qu'elle n'arrive à Coates était devenu un véritable cauchemars dans le sens où elle se savait prisonnière de sa propre vie. Personne n'aurait été capable de la sauver, pas même Caine même s'il l'avait accompagnée durant un plus ou moins long trajet de sa vie. S'il avait été là, il n'aurait pas pu faire quoi que ce soit pour arrêter le désastre. Le suicide n'aurait pas non plus été la solution à son problème, elle ne se serait probablement pas sentie plus libre que l'eau dans un verre. Au fond d'elle, il y avait comme une sorte de grande explosion que personne d'autre qu'elle ne pouvait entendre. Tout partait en vrille à l'intérieur d'elle, parce que les gens qu'elle aimait sont partis et elle s'est retrouvée seule devant les portes grandes ouvertes du désespoir.
Caine,Caine,Caine.

À Caine qui demande si facilement à cette jeune fille ce qu'il s'est passé pendant tout ce temps. Rectification ; ce qu'elle a fait pendant tout ce temps. Et il s'imaginait qu'elle allait lui répondre franchement, lui parler de son pouvoir -avec le peu de chances qu'il veuille y croire- et continuer à faire causette ? Brooklyn était loin d'être une adepte des problèmes avec monsieur tout le monde. Même s'il fallait le répéter encore une fois, ce garçon n'était pas monsieur tout le monde, et c'est justement pour cette raison qu'elle le préserve d'une vérité si lourde à porter. Elle ne doutait pas de cette relation qu'elle entretenait avec lui. Elle avait seulement peur que son statu de Dégénéré dégénère littéralement, qu'on se mette à compter sur elle ou alors qu'on veuille se mesurer à elle alors que cela ne soit pas dans ses intérêts. Brooklyn savait parfaitement ce que vallait son pouvoir. Ä elle seule, elle pouvait tuer n'importe qui et ce n'était là qu'une question de temps, précision et créativité pour l'artiste qu'elle était. Donner vie à des dessins ce n'est pas courant courant. C'est le rêve ce certains enfants mais c'est aussi ce que certains peintre essaient de faire du mieux qu'ils peuvent. Imaginez le scandale, est-ce que vous pouvez l'imaginer ? Bien qu'elle se fiche complètement de l'avis des autres, le fait de passer du statut inconnue à connue de tous est loin d'être attirant. Raison pour laquelle il valait mieux évoquer la routine qu'autre chose.

Caine - Hé bien je suis content de t'avoir arrêtée alors. Ça aurait été dommage de se louper jusqu'à la fin de notre scolarité, non?

Elle hocha doucement la tête, d'accord elle aussi à ce propos. Peu importe à quel point il avaient changés au fond, parce qu'ils avaient énormément changés, elle était et est vraiment contente de le voir. Sa présence apporte une touche un peu plus familière à Coates, malgré le fait qu'il ait énormément grandi, il restait un peu du Caine qu'elle avait connu, ce n'était pas comme si le changement était si énorme.

Caine - Ça se passe très bien pour moi en tous cas. J'ai pas mal d'occupations ici. Tu en as peut-être entendu parler?

Et voila, c'est le retour des devinettes de monsieur Soren. Si elle avait entendu parler de quelconques occupations, elle serait peut être passée te voir hn. Cette manie de ne pas dire ce qu'il pense, il ne fait pas dans la vente de drogues au moins ? On comprendrait un peu plus pourquoi certains élèves sont aussi ... Ce qu'ils sont mais ça n'arrange rien. Mademoiselle Duroy ne le sait probablement pas mais c'est ainsi que les quiproquos se forment ; l'incompréhension totale de l'autre et le fait de ne pas chercher à en savoir plus. S'ils savaient qu'ils s'étaient perdus au moment même où je vous parle, en auraient-ils rit ou pleurer ? Lorsqu'il proposa à Brooke de se joindre à lui, celle-ci le regarda pendant un long moment avec sérieux avant de secouer négativement la tête en ajoutant

Brooklyn - C'est hors de question. Du trafique de drogue ? Tu peux le dire Caine hn. Sérieusement... C'est déjà un problème d'être ici alors faire un tour en prison pour quelque chose d'aussi stupide que le trafique de drogue, je ne prends pas l'offre même si j'apprécie vraiment beaucoup ta présence... Tu sais ce que je pense ? Je pense que tu devrais même abandonner toi aussi ce passe-temps, quand tu vas te faire prendre, qu'est-ce que tu vas bien pouvoir faire ? Tu ne consommes pas au moins, hn ? Sachant que si tu me dis oui, tu prends deux paires de claques Caine ! M-mais où est-ce que tu as la tête pour aller chercher autant de problèmes dans un domaine pareil, hn ?

Ingérable aussitôt l'idée du trafique de drogue née dans son cerveau. Un moment, elle avait même prit Caine par les épaules pour légèrement le secouer. Elle finit alors par cacher son visage dans ses mains pour ajouter en soupirant ;

Brooklyn - Je n'arrive pas à croire que tu m'aies dit ça, je vais avoir ça sur la conscience maintenant. Et le pire, c'est que ça va probablement m'accompagner dans ma tombe puisque je ne suis pas du genre à aller rapporter.

De sa main libre se transformant en poing, elle s'est mise à taper sur son épaule. Pas assez fort pour qu'il finisse à l'hosto, mais juste assez pour qu'il sente son épaule attaquée. Aah, si cela avait pu porter un nom, on aurait appelé ça le quiproquo à la façon Brooklyn. Il faut avouer que ça a quelque chose de comique de la voir se faire des films avant même qu'il ne confirme la chose. Pauvre Brooklyn ou pauvre Caine ? On se le demande.
avatar
Brooklyn Duroy

Messages : 44

Age du personnage : 14




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Caine Soren le Mer 8 Aoû - 0:08

    Depuis le début, cette conversation ne prenait aucunement la direction qu'il avait espéré. Il avait pensé que Brook pourrait se montrer méfiante, agressive, réticente, voire même violente, il l'avait imaginée le repousser des quatre fers, il avait envisagé de devoir la poursuivre et lui faire du chantage, et au final, rien de ce qu'il avait envisagé ne s'était trouvé se dérouler correctement. Le moins que l'on puisse dire était qu'il n'avait pas l'habitude de se trouver confronté à ce genre de situations. En temps normal, les pensionnaires auxquels il s'adressait savaient tous qui il était et ce qu'il cherchait à faire (ce qui lui évitait des étapes fastidieuses de présentation et d'explication) ou du moins, se laissaient facilement convaincre et faisaient ce qu'il leur disait sans se poser de questions. Si la réponse se trouvait négative, il suffisait d'avoir appel à Drake, qui résolvait la situation en moins de temps qu'il n'en fallait pour le dire. Sauf quand il avait affaire à des fortes têtes que la violence, au lieu de convaincre, forçait à se rétracter et à résister deux fois plus.

    Cependant, s'il s'était demandé en long, en large et en travers ce qu'il adviendrait s'il était obligé de recourir à la violence pour Brook, il se disait à présent qu'il n'aurait pas dû se soucier de cette éventualité. Pour la simple et bonne raison que Brook ne semblait même pas savoir de quoi il l'entretenait. Non qu'elle soit bête, loin de là, et c'était peut-être de ce côté que se situait toute la difficulté. Alors que Caine aurait voulu qu'elle comprenne par elle-même les sous-entendus de ses questions (ce qui lui aurait considérablement facilité la tache, puisque si elle avait eu des réticences il l'aurait senti immédiatement, que ce soit par sa réponse, son attitude ou le son de sa voix), elle se méprenait totalement sur ses intentions, et sur ce qu'impliquait ses questions. Et elle les interprétait d'une manière à laquelle il n'avait jamais, mais vraiment jamais pensé. Du trafic de drogue. Cela ne lui avait même pas traversé l'esprit! S'il avait des objectifs que tout un chacun possédant une morale (ou même un semblant de normalité) aurait considéré comme inappropriés pour un enfant de son âge, il avait toujours détesté se salir les mains (au sens propre comme au sens figuré, d'ailleurs, patauger dans la crasse ne figurait pas parmi ses activités favorites) et la drogue était un domaine dans lequel il n'avait pas pensé à verser (S'il y avait eu un quelconque avantage à le faire, nul doute qu'il se serait empressé de monter un réseau, mais ce n'était pas le cas, et si certains à Coates se droguaient -ce dont il ne doutait pas une seule seconde au vu de l'endroit, ce n'était pas de son fait).

    Ainsi, ce fut avec des yeux ronds qu'il dévisagea son amie d'enfance tandis qu'elle lui livrait une longue tirade dans laquelle il endossait le rôle du fournisseur de tout le bâtiment. Elle semblait si persuadée de ce qu'elle racontait qu'il osait à peine penser à la détromper. Il commença à avancer sa main vers elle dans un geste de dénégation, puis la laissa retomber quand elle repartit de plus belle en lui demandant d'arrêter ses activités. Il eut un mouvement d'impuissance. Il ne pouvait pas arrêter ce qu'il n'avait jamais commencé, enfin! Caine se mordit la lèvre, hésitant encore entre la détresse et le rire. Il se sentait presque coupable de devoir expliquer à Brook qu'il ne pratiquait rien de tout ça. Il lui aurait sûrement fait plaisir en lui promettant tout ce qu'elle lui demandait. Et il aurait sûrement été heureux de le faire. Malheureusement, il allait devoir lui expliquer qu'elle se méprenait sur le fond de la question.

    Il sursauta légèrement en sentant des petits poings qui labouraient son épaule, puis émit un petit rire (Heureux? Soulagé? Amusé? Il ne savait pas s'il l'avait programmé ou s'il lui était venu naturellement. Aux côtés de Brook, il avait du mal à discerner ce qui relevait de la manipulation ce qui relevait plutôt de l'envie. Peut-être parce qu'il aurait simplement aimé faire ce qu'il voulait aux côtés de cette amie qu'il retrouvait après tant de temps) avant de passer un bras autour des épaules de la jeune fille, l'attirant contre lui. Il se demanda un instant si tant de familiarité ne la gênerait pas, puis décida qu'il s'en fichait. De toute façon, depuis le début, elle n'agissait jamais comme il s'y attendait. Et puis, c'était une grande fille. Si cela la dérangeait, elle le dirait ou se dégagerait toute seule.

    « Ne t'inquiète pas, tu n'auras pas à aller jusque là. Je ne sais pas pourquoi tu t'es mise cette idée en tête, mais je ne fais pas de trafic de drogue. »

    Il coula vers elle un regard interrogateur, cherchant dans ses yeux la lueur qui lui indiquerait qu'elle le croyait, qu'il l'avait convaincu, et qu'elle ne s'inquièterait plus de son avenir. Pour parer à toute éventualité, il compléta :

    « Et je ne me drogue pas non plus. Même si je ne doute pas une seule seconde que Coates compte pas mal de ce genre de cas. »

    Maintenant, il hésitait. Comment la suite devait-elle se dérouler? Si aucun de ses stratagèmes ne portait ses fruits, devait-il jouer cartes sur table? Ou abandonner là? Mais si jamais Brook tombait sur un de ses adversaires, si celui-ci lui dressait un tableau négatif des agissements de Caine, si elle décidait qu'il n'en valait pas la peine et se détournait de lui sitôt les retrouvailles célébrées? Il ne pouvait pas se permettre de perdre un pouvoir prometteur. Et il ne voulait pas non plus que l'on ternisse son image auprès d'elle. Il fallait qu'il lui parle avant les autres, c'était une certitude. Mais il répugnait à la franchise qui l'obligeait à travailler sans filet. A question précise, réponse tranchée. Cependant, avait-il le choix? Une autre interrogation détournée paraissait vouée à l'échec. A priori, Brook ne semblait jamais avoir entendu parler du groupe de Caine Soren. Il prit une grande inspiration et s'écarta d'elle, enlevant son bras de ses épaules pour croiser ses mains sur ses genoux.

    « En fait, je... J'ai un groupe de personnes avec moi et... On essaie de ramener les gens vers nous pour que, hé bien, pour unifier un peu le pensionnat, pour que ce soit plus facile de vivre ici. »

    Voilà qu'il butait sur les mots maintenant. Il se trouvait franchement pitoyable, pour le coup. Mais il n'avait plus d'autre choix que d'avancer.

    « Parmi eux, on s'est rendus compte que certains disposaient de facultés spéciales. On essaie de les aider à les maitriser. Et on cherche les autres. »

    Ses pupilles noires rencontrèrent l'œil de Brook. Maintenant qu'il s'était montré plus explicite, qu'allait-elle lui répondre? Exaspéré, il se rendit compte que ses mains tremblaient un peu. Il les serra l'une contre l'autre pour dissimuler sa réaction nerveuse.

avatar
Caine Soren

"Pour une couronne qu’on récupère..." ♪



Messages : 195

Age du personnage : 14

Localisation : A la tête de son ''clan'' de Dégénérés




Locker
Groupe : Dégénérés
Pouvoir ou Caractéristique: Télékinésie

Détails?
:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Brooklyn Duroy le Lun 10 Sep - 16:03

Se retrouver devant lui après tant d'années c'était comme se retrouver devant les années perdues et irrécupérables qui étaient passées pendant tout ce temps. Tout lui remontait au cerveau en plusieurs fois. L'importance de Caine à cette époque dans sa vie, les souvenirs partagés et bien entendu la dernière fois qu'ils se sont vus sans pour autant le savoir sur le moment. Caine comptait énormément et elle s'en souvient comme s'ils en s'étaient jamais quittés. Peu importe au fond si de son côté il n'a pas gardé autant de souvenirs d'elle, s'il jouait un tout autre rôle que le sien. Au moins, il aura su faire sourire Brooklyn et c'est pour ça qu'elles étaient belles ces années. Maintenant que dire à propos de tout ça ? Forcément les choses ont énormément changées. Ils ont grandi, ce n'est plus la même chose, il n'y a plus cette même aisance à discuter. Brooklyn ne peut pas entièrement se confier à lui et vice versa probablement. C'est devenu compliqué, tellement tellement compliqué toutes ces choses. Sans compter qu'il s'est mit à dealer. DEALER vous vous rendez compte ? Les gifles seront probablement moins douces que les petits coups donnés à son épaule, sans but destructif. Parce qu'il faut savoir que Brooklyn est maître de ses gestes... Dans la mesure du possible. Elle a apprit à contrôler tout ce qu'il y avait à l'intérieur d'elle. Et lorsqu'on a un pouvoir comme le sien, c'est la chose la plus sage à faire. Si elle le voulait elle pourrait détruire tout ce qui l’entoure en quelques minutes à l'aide d'un crayon, sinon de la peinture. Quelques minutes et elle pourrait faire fondre le pensionnat, rendre les gens fous, créer les pires monstres qui sortiraient de son imagination, des dragons, des requins qui pourraient respirer sur terre. Provoquer une mort subite en dessinant la phrase terminale d'un cancer à l'intérieur du cerveau d'un ou d'une des élèves du pensionnat. Quelques minutes passées avec un crayon suffirait pour que tout ne tourne plus rond ici. Le jour où elle a réalisé tout ça, elle a cessé d'utiliser son pouvoir fréquemment pour ne s'en servir qu'en cas de besoin. Parce que la réalité, c'est que son pouvoir peut être agréable comme atroce. Elle repense à cette histoire de drogue et à la possibilité qu'il en consomme sans penser au fait qu'il soit possible qu'elle se soit ... Tromper sur toute la ligne ? Oui, c'est exactement ça ! Ah Brooklyn, où la fille du pensionnat qui se fait trop rapidement des films. Si on devait faire un classement, elle serait probablement au sommet n'est-ce pas ? Mais enfaite... C'est trop drôle de la voir comme ça s'inquiéter pour Caine. Regardez ça fini même par le faire rire lui aussi.

Mademoiselle ne comprends pas tout de suite. Mademoiselle ne comprends pour tout dire absolument pas et à défaut de savoir quoi dire, elle attends qu'il s'explique et en a vraiment besoin au moment où je vous parle. Mais monsieur la surprend un peu en passant son bras autour de ses épaules. Elle ne sursaute pas, ne le repousse pas mais pendant quelques secondes en reste surprise sans pour autant le faire savoir. Elle est même tentée de lui demander ce qu'il fabrique mais finalement abandonne. Tout ce qu'elle veut c'est savoir s'il deale ou pas ce qui déterminera ou non si monsieur se trimbalera pendant toute la journée avec des marques rouges au niveau des joues. Calme Brooklyn, calme...


Caine - Ne t'inquiète pas, tu n'auras pas à aller jusque là. Je ne sais pas pourquoi tu t'es mise cette idée en tête, mais je ne fais pas de trafic de drogue.


Traduction ; tu débordes d'imagination ma Brooklyn et je ne sais pas où est-ce que tu vas chercher tout ça. Moi ? Caine ? Dealer ? Je préfèrerais encore me pendre tout de suite tu vois, parce que dealer implique le fait d'être endurant et c'est à peine si je peux me battre avec toi... Enfaite je peux me battre avec toi, enfin je crois parce que vois-tu, tu es particulièrement frêle. Hm ? Non non, je ne veux pas dire que je pourrais te mettre K.O en deux deux mais juste que -... Bon, trêve de connerie, continuons.


Caine - Et je ne me drogue pas non plus. Même si je ne doute pas une seule seconde que Coates compte pas mal de ce genre de cas.


Pendant quelques secondes qui se transforment finalement en minute, elle le regarde avec un mélange de doute et d'hésitation et fini par détourner le regard la première sans rien ajouter. Elle n'était pas obligée d'y croire mais y croyait pourtant. Pas parce qu'il le disait, parce que c'était probablement vrai enfaite. Ramenant ses genoux vers elle et y posant son menton, elle ne cesse pas pour autant de l'écouter. Pour la première fois depuis qu'elle connait Caine, il bute, cogne, s'écrase sur ses mots. Dans sa tête, elle ne cesse de se dire Caine, Caine, Caine si tu as quelque chose à me dire, dis le clairement ! Mais ne le dis pas pour autant. Parce que lorsqu'elle entend parler de facultés spéciales elle se sent concernée mais reste toujours aussi neutre. L'information finit par arriver au cerveau... Sortons le champagne ? ... Non, la situation est bien plus compliquée que ça. A la minute où il parle de pouvoir elle sait et se demande si tout ça, si toutes cette bousculade toute cette histoire n'était pas préparée d'avance. Elle ferme les yeux et essaie d'effacer cette image.


Brooklyn - Caine... Pourquoi est-ce que tu me raconte tout ça ? En quoi est-ce que je peux t'aider là-dedans ? Souviens toi, je ne suis que Brooklyn, dit-elle avec un faible sourire. Est-ce que les choses ont autant changées ... ? Il n'y a pas autant d'années qui se sont écoulées, et on s'est juste perdu de vue un moment.


C'est ce qu'elle espère secrètement ça. Lorsqu'elle rouvre les yeux, son regard se porte loin, sur un point imaginaire. Les choses auraient-elles à ce point changées ? Non, ce n'est pas une question. Les choses ONT énormément changées.
avatar
Brooklyn Duroy

Messages : 44

Age du personnage : 14




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Caine Soren le Mer 12 Sep - 14:26

    Pour le coup, cela ne le faisait plus rire du tout. Il aurait voulu retrouver l'adrénaline des joutes verbales effectuées avec un élève récalcitrant, ou la jouissance de dominer totalement les autres par les mots, celle de se sentir plus puissant qu'eux en combattant ou en vainquant. Il n'aimait pas du tout mettre sa conscience de côté pour essayer d'endoctriner Brook. Non, il ne l'endoctrinait pas. Il voulait juste savoir. Savoir si elle était comme lui, comme ceux qu'il recrutait, dans un premier temps. Puis savoir si elle était prête à se ranger à ses côtés dans un deuxième. Mais comment oublier la petite fille pour considérer la jeune adolescente qui se tenait devant lui comme un objet de plus prêt à lui donner toute son utilité pour l'aider dans ses fins? Car ce qu'il venait d'égrener était un mensonge, pur et dur. Ce n'était même pas un arrangement de la réalité, c'était une apparence : il n'aidait pas les détenteurs de pouvoir à contrôler le leur. Ou s'il le faisait, c'était dans un but purement intéressé, pour qu'ils puissent le soutenir de leur mieux. Tout ce qu'il voulait, c'était ranger les puissants de son côté pour contrôler l'orphelinat. C'était prendre la revanche sur ses souvenirs et se hisser au plus haut qu'il pouvait dans le cadre réduit du pensionnat, c'était contrôler les autres, en acquérir certains, repousser les autres. Il n'avait jamais eu envie d'ouvrir une œuvre de charité. Si les dégénérés se faisaient consumer par leur pouvoir, tant pis pour eux. Ils n'étaient pas assez forts pour le contrôler, voilà tout. Non, il mentait effrontément à Brooklyn. Il n'aidait personne, si ce n'était lui-même. Et si la masse était dupe, quelques personnes, dont Caine lui-même, savaient ce qu'il en était. Il n'était pas gentil, il n'était pas généreux. Il était égoïste et orgueilleux. Et s'il recherchait les personnes pourvues de capacités extraordinaires dans l'établissement, c'était uniquement à but personnel.

    Était-ce différent pour Brook? Malgré ce dont il essayait de se convaincre (il lui parlait parce qu'il avait entendu des rumeurs étranges sur son compte et cherchait à en savoir plus, dans un but purement égotiste), il n'arrivait à se défaire de la deuxième voix qui lui ordonnait de la laisser tranquille, lui et ses histoires louches. Il chercha à la repousser, et la voix se fit murmure lancinant dans un coin de sa tête. Il se mordit la lèvre devant les questions de Brook, devant son mince sourire qui montrait qu'elle était mal à l'aise. Lui aussi l'était. Il s'interrogea sur le ton qu'elle prenait : cela signifiait-il qu'elle se sentait concernée mais cherchait à ne pas le montrer? Ou ne comprenait-elle vraiment pas? Il pencha pour la deuxième option. Elle aurait sûrement agi de manière beaucoup plus tranchée si elle n'avait aucun rapport avec ce qu'on racontait. Il se frotta la bouche, puis rabaissa sa main. Pour être réellement efficace, il ne devait pas montrer ce qu'il ressentait, et réfréner les mouvements irréfléchis, qui montraient souvent bien plus ce qu'on pensait que n'importe quel mot. Il devait se forcer à reprendre le comportement mesuré qu'il avait d'habitude.

    Il n'avait plus le choix. Il devait pousser Brook à se livrer, et pour ça, il n'avait plus d'autre alternative que de jouer cartes sur table. Dans une certaine mesure. Il ne pouvait certainement pas lui dire que tout ce qu'il voulait, c'était le contrôle du pensionnat. Pas lui dire non plus que pour cela, il partait à la chasse aux pouvoirs, et qu'il s'était collé comme bras droit un véritable psychopathe qui tapait sur les opposants. Il lui en parlerait en dernier recours. Si elle se braquait et qu'il devait en venir aux menaces, ce qu'il voulait éviter à tout prix.

    Non, contrairement à ce qu'elle affirmait, elle pouvait être bien plus que Brooklyn. Elle pouvait être une dégénérée, elle pouvait avoir un pouvoir puissant, elle avait l'opportunité de le soutenir dans ses ambitions. Oui, les choses ont tellement changé, Brook, eut-il envie de dire. Les années ont été plus longues que tu ne le crois. Je n'étais pas ainsi lorsque nous nous sommes rencontrés. Pas encore. Ou alors, je n'en avais pas conscience. J'étais un petit garçon, et tu étais une petite fille. Puis j'ai découvert que je disposais d'un pouvoir que je n'aurais pas soupçonné, et j'ai décidé de m'en servir dans mon intérêt. Maintenant je suis presque un homme, j'ai un but à atteindre et je voudrais que tu me rejoignes. Je suis prêt à faire beaucoup pour ça. Et j'ai du mal à m'avouer que c'est peut-être plus pour ce que tu peux m'apporter en tant qu'amie qu'en tant que dégénérée.

    Caine ne se départit pas de son sourire rassurant, malgré les questions et les sentiments qui le tenaillaient.

    « Écoute, je ne veux pas te mentir, Brook. »

    Même si c'est ce que je fais à moitié depuis le début, tu n'es pas censée être au courant.

    « Il paraît que des phénomènes étranges se déroulent parfois autour de toi. Alors je te pose la question directement : est-ce que toi aussi, tu possèdes un pouvoir spécial? »

    Au besoin, il lui ferait une démonstration du sien pour lui prouver qu'il était comme elle. C'était maintenant que tout se jouait. Elle pouvait nier, ou lui dire la vérité. S'il l'acculait au pied du mur, elle n'aurait d'autre moyen pour s'en sortir que de se défendre, ou d'avouer. Il espérait que sa réaction lui donnerait des indices sur les rumeurs qui couraient. En s'apercevant que son sourire avait disparu, il se dépêcha d'afficher une expression amicale, et effleura sa main.

    « Ne t'inquiète pas. Nous sommes toujours amis, n'est-ce pas? »

    Cette question symbolisait ce qu'il essayait de faire depuis le début de cette conversation, bien qu'il ne veuille pas le reconnaître : faire tomber les barrières, pour que ne restent plus les adolescents qui se retrouvent, mais des amis qui s'apprécient et savent à quoi s'en tenir l'un sur l'autre. Quelque part, il voulait que Brook se livre. Pour en savoir davantage sur elle.

    Il ne se serait pas cru si faible.
avatar
Caine Soren

"Pour une couronne qu’on récupère..." ♪



Messages : 195

Age du personnage : 14

Localisation : A la tête de son ''clan'' de Dégénérés




Locker
Groupe : Dégénérés
Pouvoir ou Caractéristique: Télékinésie

Détails?
:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Brooklyn Duroy le Mer 12 Sep - 18:25

Brooklyn ne pouvait pas se laver de l'impression qui s'était lentement collée et incrustée dans sa peau. Ces retrouvailles étaient en train de se ternir du côté des réjouissances tout ça parce qu'elle était différente. Nous n'aurions jamais dû nous retrouver, nous n'aurions jamais dû nous croiser, s'est-elle surprise à penser avant de revenir à la réalité. Le moment où Caine a parlé de facultés spéciales a tout détruit parce qu'elle savait que toute cette histoire allait lui retomber dessus. Enfin seulement si elle lui disait la vérité, ce qu'elle pouvait choisir de ne pas faire étant donné qu'il ne lui disait pas tout. Un Caine qui bute sur les mots à cet âge alors que ce n'est jamais arrivé dans le passé ? Ou il est possible qu'elle se fasse des films mais pour ça, elle connait beaucoup trop cet ami d'enfance. Mouillée, trempée d'un sentiment de crainte, doute, peur de ne pas bien faire, et aussi mal à l'aise d'une certaine façon parce que c'était lui. Parce qu'en mentant elle l'aurait sur la conscience justement parce que c'est lui.

Et il est toujours là avec ce sourire rassurant qui ne procure pas l'effet attendu chez Brook. Dans sa tête elle aimerait lui dire de ne pas sourire s'il n'en a pas envie mais ses paroles ne sortent pas de sa tête. C'est comme si un cadenas s'était refermé sur ses lèvres et qu'elle ne pouvait plus parler après avoir posé toutes ces questions. Être dans le pensionnat était déjà embêtant à l'origine mais alors être avec Caine et devoir faire un choix comme celui-ci soit être libre ou être accompagnée est soudainement devenu compliqué. Quelque part, heureusement qu'elle est assise, parce qu'elle aurait l'impression de tomber de haut, beaucoup plus bas qu'elle ne peut l'imaginer sans doute. Dans ça tête ça tourne encore et encore ; ce pouvoir peut être aussi utile que néfaste et si tu perds le contrôle de tout ça Brooklyn, ce pouvoir va conduire à ta perte. La réalité est dûre à accepter. Elle a l'impression de se cogner sur un seul et même mur depuis quelques minutes maintenant.



Mais alors lorsqu'il prononce ces paroles, lorsqu'il lui dit qu'il ne lui mentira pas, intérieurement elle se dit qu'elle aurait préféré le mensonge. Au moment où elle ouvre la bouche pour l'arrêter dans ces paroles, il est plus rapide que lui et la question, bien que relativement simple, demande un grand temps de réflexion dont elle ne dispose absolument pas. Si elle met trop de temps à répondre, elle aura l'air d'hésiter, si elle ne répond pas il sera plus ou moins fixé, si elle ment elle l'aura sur la conscience, si elle ... Elle étudie avec soin chaque gestes, et le moindre geste déterminera ce qui se passera dans un futur proche ou lointain. Les pensés qui traversent en ce moment la tête de Brooklyn sont ; tu ne peux pas, tu ne peux pas et tu ne peux pas. Elle garde pourtant ce calme extérieur déconcertant, son sourire s'efface laissant place à un visage qui laisse à penser qu'elle est ailleurs. Il la ramène à la réalité en effleurant sa main puis en lui posant cette question dont la réponse sonne comme une évidence dans sa tête. Ne la torture pas comme ça Caine. Tu ne peux pas lui demander de ... Cela dit tu ne lui as pas encore demandé c'est vrai, mais ça va finir par arriver n'est-ce pas ? Tu ne lui demande pas tout ça comme ça n'est-ce pas ?



Les yeux bleus de la jeune fille s'autorisèrent après quelques secondes à plonger dans ceux de Caine. Elle aurait voulu sourire, ne serait-ce que pour le rassurer un tout petit peu mais c'était impossible. Les choses avaient prit une tournure un peu plus sérieuse. Elle s'approcha de lui et demanda calmement d'une voix à peine plus forte qu'un murmure:



Brooklyn - Et si c'était le cas, qu'est-ce qu'il se passerait ? Et puis comment est-ce que tu peux croire à des choses pareilles hm ? Le jour où on te diras que j'ai secrètement une force monstrueuse tu y croiras aussi ? ... Caine, fais pas ça, ne gâche pas ce moment là, ne le sabote du revers de la main comme j'ai l'habitude de toujours tout gâcher sans m'en rendre compte, s'il te plais...




Ce qu'elle aimerait ça, tomber dans les vapes un moment pour échapper à cette situation. Juste un petit moment, le temps qu'elle reprenne son souffle, le temps qu'il l'ait oubliée et qu'il soit passé à autre chose. Elle soutient son regard. Rien n'a été dit en fin de compte, elle a des pouvoirs, elle n'en a pas, c'est à se demander s'il saura un jour. Elle hésite et finalement évite tout contact avec le jeune homme. La moindre petite chose de trop pourrait l'éloignée de plus en plus de lui. Car oui, elle a l'impression de s'en éloigner. Comment ? Brooklyn montrer ses sentiments ? Elle a bien l'impression que le sol se dérobe sous ses pieds et que l'endroit sur lequel elle marche semble assez glissant et cassant à la fois mais Brooklyn n'est pas le genre de jeune fille à pleurer facilement, dire ce qu'elle ressent. Mais pourtant Caine compte, et c'est la seule à le savoir qu'il compte autant. Mais ce qu'il faut savoir avec Brook, c'est qu'à la base, c'est pas le genre de jeune fille qui aime aimer, s'attacher aux gens. Parce qu'au fond, elle a peur, elle a constamment peur. La peur de perdre, de se perdre la pourchasse dès que quelqu'un entre dans sa vie. Caine a été l'unique exception cela dit. Il y avait un temps où elle pleurait facilement. Mais tout ça s'est évaporé en même temps que le reste. Dans sa tête il y a toujours cette voix qui murmure ; Caine ne fais pas ça, ne gâche pas tout...
avatar
Brooklyn Duroy

Messages : 44

Age du personnage : 14




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Caine Soren le Mar 18 Sep - 21:41

    On en était enfin au moment décisif. Il le sentait approcher progressivement, s'accrochant aux dernières parcelles de secret qui pouvaient encore le protéger, mais cédant petit à petit sous la progression de Caine qui, inlassablement, cherchait à gratter la couche des apparences pour laisser entrevoir la vérité. Cette même vérité qu'il s'évertuait pourtant à cacher le plus souvent, sur lui-même, pour les autres. Pour qu'ils ne sachent pas qui il était en réalité. Au fond, qui connaissait réellement Caine Soren? Pas ceux qui le suivaient, ils étaient tenus en laisse par les mensonges qu'il racontait tout le jour durant. Pas ses ennemis, qui se basaient sur l'image qu'ils en avaient pour le juger. Même Drake et Diana, qui étaient censés être les plus proches de lui, le trio gagnant de leur association, même eux ne pouvaient connaître complètement Caine. Ils étaient conscient de sa nature, certes. Mais le jeune homme était également obligé de jouer la comédie avec eux, pour paraître plus fort, plus inaccessible, pour qu'ils continuent à le suivre. Pouvait-il montrer du doute? Diana se moquerait. Pouvait-il montrer de la tristesse? Ce serait paraître faible aux yeux de son second, aux yeux de la fille qu'il convoitait. Tout, chez Caine, n'était que mensonge, ou mieux, vérité à moitié dissimulée. Car ce qu'il racontait n'était peut-être que plus ambigu en ce que ses paroles comportaient toujours une parcelle de ce qu'il pensait, tandis que l'autre n'était que pure imagination. A mi-chemin entre la sincérité et l'invention manipulatrice, voilà où se trouvait Caine, à jamais perdu entre deux eaux, comme il se trouvait à présent perdu entre Brook l'amie d'enfance, et Brook la potentielle dégénérée. Il semblerait que ce soit son destin d'être toujours tiraillé entre deux pôles contraires. Entre ce qu'il voulait faire et ce qu'il pouvait faire, comme le jour où il avait voulu s'enfuir de chez lui. En ce qu'il pensait réellement et ce qu'il voulait dire. Entre ce qu'il pensait réellement et ce qu'il s'autorisait à dire, aussi. Entre tellement de choses qui tourbillonnaient à présent dans sa tête alors qu'il aurait aimé faire comme tous les autres jours : penser avec logique, avec l'intelligence qui était la sienne, pour agir selon son intérêt et non selon les sentiments qui semblaient avoir décidé de le prendre d'assaut en cette matinée de cours, qui avait commencé de manière si banale pour aboutir à cette conversation.

    D'accord, il l'avait voulue. Il l'avait cherchée, même. Mais contrairement, à son habitude, il ne l'avait pas planifiée. Il y avait pensé, il s'était questionné, était-ce Brook la petite fille de l'école primaire ou n'était-ce pas elle, ces histoires sont-elles vraies, comment aborder la question? Jamais il n'aurait pensé tomber sur elle (au sens propre, même si pour le coup c'était plutôt elle qui s'était affalée sur lui) au détour d'un couloir. Il avait saisi l'occasion, sans savoir où cela mènerait. Il avait tout fait pour que celle-ci prenne le tour qu'il voulait. Et malgré les incompréhensions de Brooklyn, ils en arrivaient au sujet qui le turlupinait depuis le début. As-tu des pouvoirs oui ou non? Es-tu celle que je cherche, ou tout n'est-il rien de plus qu'un bête concours de circonstances, une erreur de jugement? Es-tu restée la petite fille d'avant, ou as-tu évolué d'une manière qu'à l'époque, je n'aurais pas cru possible? Il allait savoir. Et il n'était plus sûr de le vouloir vraiment.

    Au moment où elle commença sa phrase, il sut que le garçon qui lui avait fait un rapport ne s'était pas trompé, et il sut également qu'elle ne lui rendrait pas la tâche facile. Elle évitait de donner une réponse franche, répondant à ses paroles par des questions qui semblaient sérieuses, trop sérieuses pour une jeune fille qui ne se sentirait pas concernée par ces propos. A présent, il était persuadé qu'elle possédait des capacités à l'image des siennes, de celles de certains pensionnaires, quoi qu'elle puisse en dire.

    Il aurait dû lui avouer que ce qui se passerait si elle avait vraiment des capacités extraordinaires, c'est qu'il l'obligerait à choisir entre coopérer avec lui ou devenir un ennemi à écarter, à l'image de Brise ou Dekka. Il aurait dû lui dire que s'il y croyait c'est parce que lui aussi, il avait un pouvoir, le plus fort du pensionnat à ce jour (et il l'espérait bien, pour toujours. Un rival dans ce domaine était une des dernières choses auxquelles il aspirait). Et que si elle lui disait qu'elle avait une force spéciale, une force telle que personne d'autre n'en possédait, puisqu'il était comme elle, il y croirait sans problèmes. C'était même ce qu'il concluait des paroles de la jeune fille et, avant qu'elle ne lui fasse un aveu (lui en ferait-elle l'honneur? C'était la grande question du moment), il était certain qu'elle avait un pouvoir.

    Il aurait aussi dû lui dire qu'avec lui, elle n'avait jamais rien gâché. Et que si quelque chose devait être brisé aujourd'hui, ce ne serait pas de sa faute. Ce serait celle de Caine, de lui seul, qui écrasait de ses ambitions les amitiés d'enfants. Parce qu'il ne voulait pas faire passer l'affection avant. Parce qu'il se sentirait ridicule de le faire. Parce qu'il pensait que rien ne pouvait compter davantage que le but qu'il s'était fixé.

    Il aurait dû lui dire tout ça, et qu'il était désolé, et que rien n'était de sa faute.

    A la place, il dit ceci :

    « Rien ne sera gâché. Je suis sûr que tout se passera bien. »

    Rien ne se passerait bien, parce qu'il serait obligé de mentir à Brook, ou de se retourner contre elle. C'était les deux seules options possibles, et aucune ne lui plaisait. Mais cela, il n'en parlerait pas.

    « Tu sais, tu peux tout me dire. Moi, je dispose d'un pouvoir. Alors si tu m'avoues maintenant que tu possèdes une capacité hors du commun, je te croirais. Sans émettre aucun doute. »

    Il planta son regard dans le sien.

    « Tu ne me fais pas confiance? »

    Tu ne devrais pas, mais j'aimerais tellement que tu me dises le contraire.
avatar
Caine Soren

"Pour une couronne qu’on récupère..." ♪



Messages : 195

Age du personnage : 14

Localisation : A la tête de son ''clan'' de Dégénérés




Locker
Groupe : Dégénérés
Pouvoir ou Caractéristique: Télékinésie

Détails?
:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Brooklyn Duroy le Mer 19 Sep - 17:53



Demandez à Brooklyn comment elle se sent maintenant et vous aurez droit à son poing dans la figure. Normalement c'est supposé être une blague mais je n'en suis pas totalement sûre. Elle a l'impression d'étouffer maintenant Brooke, d'étouffer dans cette peau qui se resserre un peu plus contre elle et qui n'est autre que la sienne. Comment est-ce qu'ils en sont arrivés ici ? C'est ce qu'on appelle un point de non-retour je crois, impossible de revenir en arrière -alors qu'elle voudrait, oh oui qu'elle voudrait- et impossible de faire quoi que ce soit sans que ce soit mal. Brooke n'utilise pas souvent ses pouvoirs, notamment pour quelqu'un d'autre même si ce quelqu'un s'avère être Caine. Parce qu'elle sait qu'à un moment ou un autre il lui demandera de l'aide. Elle connait Caine, du moins elle pensait le connaître mais aujourd'hui elle se retrouve devant un Caine différent. Eh oui, il fallait que ça arrive, ils ont grandi, probablement trop vite. Quant à Brooklyn son visage est resté identique, ses cheveux sont toujours aussi longs et lui retombent toujours sur les épaules mais de l'intérieur ce n'est plus la même. Il fallait que ça arrive n'est-ce pas ? En regardant Caine elle est à la fois désolée et frustrée. Tout un tas de sentiments se mélangent mais son visage n'exprime rien de tout ça. Il est neutre, comme d'habitude. Elle a apprit à rester neutre parce qu'elle n'avait pas le choix. Elle a apprit à sourire sur commande parce qu'elle n'avait pas le choix et elle a apprit à paraître sans pour autant être aussi. Mais ce genre de pratique avec Caine serait comme ... Une sorte de trahison ? Tout d'un coup elle se retrouve dans un monde froid, dans une bulle loin de Caine et de la pression qu'il exerce en ayant conscience ou non de cela. Les paroles de son ami n'ont plus l'effet attendu, elle a l'impression qu'il les sort comme un robot programmé pour rassurer sur commande. Où est-ce que tu es passé Caine ? C'est la question qu'elle se pose. C'est un sentiment indescriptible mais ça fait mal de voir qu'elle ne le comprend plus comme avant. Oui, tout d'un coup elle a envie de revenir en arrière, le temps où ce problème -parce qu'elle sentait que ça allait en devenir un- n'existait pas. La seule chose qui importait c'était de marcher côte à côte au milieu de nul part. Ils pouvaient marcher longtemps sans rien se dire mais pourtant savaient lorsque l'un était de mauvaise humeur ou simplement ailleurs. Où est passé cette époque Caine ? Ce n'est pas vrai, tout ne se passera pas bien parce que Brooke a peur de ce pouvoir capable d'engloutir le monde entier en quelques coups de crayon. Parce qu'elle n'aime pas en avoir besoin, parce que-


Caine - Tu sais, tu peux tout me dire. Moi, je dispose d'un pouvoir. Alors si tu m'avoues maintenant que tu possèdes une capacité hors du commun, je te croirais. Sans émettre aucun doute


Soit c'était un mensonge soit il disait vrai et alors ça ne changeait rien. Que voulait-il qu'elle fasse de cette information hn ? Elle avait déjà beaucoup à faire avec son propre pouvoir alors savoir qu'il en avait un était ... Que voulait-il qu'elle dise ? Comment voulait-il qu'elle réagisse à ça ? Un sourire s'installa sur le visage de Brooklyn quelques secondes avant de disparaître. Elle ne savait absolument pas ce qu'il attendait mais en même temps savait qu'elle ne pouvait pas satisfaire ce qu'il cherchait à obtenir. Même si c'était Caine, même si c'était lui, elle ne pouvait tout simplement s'abandonner à l'idée de laisser ce pouvoir à disposition. Ça allait à 100 000 à l'heure dans le cerveau de la jeune fille. Pas le temps de douter de quoi que ce soit. Juste se fier à quelque chose. Ici, il n'y avait rien à quoi elle pouvait se fier, beaucoup trop perdue. Et il lui demanda si elle lui faisait confiance. Oh Caine... C'était sans doute la question qu'il ne fallait pas poser. Elle s'appuya sur un bras avant de se rendre compte que cela lui faisait encore mal. Debout, elle passa ses mains au niveau de ses poignets avant d'ajouter ;


Brooklyn - À ton avis ?


Question à laquelle elle ne le laissa pas répondre avant d'ajouter ;

Brooklyn - Je n'ai pas de pouvoir comme tu n'en as probablement pas non plus mais ça va, je pense qu'on peut largement s'en sortir sans comme on l'a fait jusqu'ici n'est-ce pas ? Alors maintenant, arrêtes de raconter des bêtises et débrouilles toi avec ce que tu as ? ... C'est drôle, je croyais vraiment vraiment que les choses serait devenues à peu près intactes mais il faut croire qu'on a grandi pendant trop longtemps chacun de notre côté hm. La réalité la vraie dans toute cette histoire c'est que si je n'avais pas mit mes fichus bras, tu aurais eu du mal à te relever avec toute ta tête. Ce sont les seuls super pouvoirs que j'ai. M ais je pense que j'en ai assez entendu...

Tout nier en bloc au sujet des pouvoirs. Protection intégrale. Que ce soit au sujet de Caine et de n'importe qui d'ailleurs, mais aussi d'elle. Elle s'accroupit vers lui en le regardant dans les yeux pour dire ;


Brooklyn - Désolée d'avoir autant changée Caine, mais c'est toujours un plaisir de t'avoir revu


Désolée de devoir te mentir Caine, c'est sans doute l'issue la moins dangereuse ?
Elle le regarda et lui sourit légèrement avant de se redresser pour partir.
avatar
Brooklyn Duroy

Messages : 44

Age du personnage : 14




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Caine Soren le Jeu 27 Sep - 19:45

    Involontairement, tout ceci commençait à lui taper sur les nerfs. Pourquoi Brook était-elle si butée? Pourquoi même la semi-vérité ne marchait-elle pas avec elle? Il lui avait dit des choses vraies, ou une du moins en partie. Il avait des pouvoirs. Cependant, elle n'avait pas l'air de le croire. Ou plutôt, elle n'avait pas l'air de vouloir le croire, ce qui, évidemment, était encore pire. Il était capable de convaincre quelqu'un qui n'avait pas d'idées préconçues. Convaincre quelqu'un qui ne voulait pas l'entendre et refusait d'admettre ce qui crevait les yeux était bien plus compliqué. Et Caine, malgré ses instincts de manipulateur, commençait à perdre patience. Où s'était-il trompé? Il n'arrivait pas à croire que Brooklyn nie jusqu'au bout. Elle aurait dû rendre les armes. Sa confession sur leur nature proche aurait dû lui ouvrir les portes, tout aurait dû se débloquer. Mais ce n'était pas le cas, et la jeune fille, après une longue tirade sur le fait qu'elle ne le croyait absolument pas (si Caine se savait menteur, il ne pensait pas que c'était sur le fait qu'il possédait un don qu'elle aurait des doutes. Il aurait pensé qu'elle se serait méfié de son groupe, plutôt. Comme quoi, il restait toujours une marge d'erreur, et il n'avait pas encore assez perfectionné son art pour l'éviter à tous les coups), se préparait à présent à partir. Caine regarda la scène, et les options qui s'offraient à lui défilèrent devant ses yeux à toute vitesse, prévoyant incidents, conséquences, implications, possibilités, tandis que ses gestes se préparaient à se coordonner à l'option qu'il aurait choisi.

    Au final, il se contenta d'attraper le poignet de Brook alors qu'elle se préparait à le fuir, sur des paroles qu'il jugeait injustifiées. Rien, dans ce qu'il avait dit, ne prévoyait ce désastre. Il avait voulu la ménager, il avait voulu que tout se passe bien et que, même si la réalité n'avait pas été si entière, les apparences conservent encore un peu cette amitié qui menaçait de s'éteindre après tant d'années. Il avait eu des remords, ressenti de la culpabilité, s'était interrogé comme jamais il ne l'avait fait, et cela pour arriver à quoi? Des paroles dures, coupantes, avivées comme autant de couteaux destinés à se planter en plein dans... Dans quoi? Il préférait penser que c'était son amour-propre qui parlait. Au final, Brook le repoussait comme un vulgaire inconnu un peu embêtant, comme un camarade qui vous colle un peu trop, comme un gêneur dont on n'a que faire. C'était tellement irritant. Elle le congédiait, tout simplement. Et on ne se débarrassait pas de Caine Soren avec un regard hautain. Non, jamais il n'aurait permis une chose pareille.

    Sa prise se raffermit sur le bras de la jeune fille, et il pensa vaguement qu'il devait lui faire mal. Mais sur le moment, il n'en avait cure, et ses ongles s'enfonçaient dans la peau étrangère sans qu'il y fasse nulle attention, tandis que ses yeux brillaient de colère, que ses lèvres se serraient.

    Ce qui l'irritait le plus, c'était sans doute ce qu'elle avait dit quand il lui avait demandé si elle avait confiance en lui. Quelque part, il avait espéré qu'elle lui dise oui. Il avait voulu avoir la satisfaction de connaître cette jouissance. Une fois de plus, elle le lui avait refusé et avait déjoué ses attentes. Une fois de trop, peut-être. Car si Caine savait se maitriser, il avait également une fierté exacerbée, et ne supportait jamais longtemps que qui que ce fut lui résiste. Alors même si c'était Brook, même en vertu des années qu'ils avaient passées ensemble et qui ne cessaient de revenir sur le tapis (enfin, même avec du temps passé, on devait pouvoir trouver un terrain d'entente! Pourquoi seriner ces différences avec autant de hargne? Pour se protéger? Cela n'aurait que l'effet inverse, il le craignait), les blessures devenaient trop lourdes. Comme les conséquences de ses actes le seraient certainement. Malheureusement, après avoir essayé les insinuations et la question directe, il ne lui restait pas grand-chose en réserve. Pourtant, sur le moment, il ne le regrettait pas. S'il n'y avait pas de confiance (et il ne doutait plus qu'il n'y en avait aucune), il ne voyait pas pourquoi il aurait dû prendre des pincettes. Et son cœur qui battait contre ses tempes ne l'aidait pas à garder la tête froide.

    Il se força à respirer calmement, n'y parvint pas. Tant pis. De toute façon, si Brook lui résistait, il n'avait plus d'autre choix que de passer à la manière forte. Il ne pouvait pas la laisser partir sur un déni aussi énorme. Sinon, il ne pourrait plus jamais la convaincre de lui dire la vérité. Cependant, il doutait franchement d'arriver à quelque chose aujourd'hui. Si Brook s'entêtait, il devrait grimper au stade supérieur. Il avait été gentil, cela n'avait eu aucun résultat. S'il fallait qu'il la secoue pour avoir un semblant de réponse, il le ferait. Dut-il le regretter après, il voulait être fixé.

    Il avait envie de lui faire ravaler ses salutations qui ressemblaient trop à de l'ironie. A la place, il la tira vers lui, gardant ses doigts incrustés dans son avant-bras.

    Sa voix lui parut sifflante quand il reprit la parole.

    « Pas de pouvoir? Tu ne sais pas de quoi tu parles. Si j'en ressentais l'envie, je pourrais te balancer contre le mur comme un enfant le ferait d'une peluche. »

    Et à cet instant, il n'était plus certain de ne pas en avoir envie. Cela aurait au moins eu le mérite de le défouler un coup.

    « Je sais que toi aussi, tu es capable de choses extraordinaires. Et malgré ça, depuis le début, tu ne cesses de mentir comme une gamine prise en faute. Je ne te savais pas aussi lâche. »

    Il était vrai qu'il n'avait pas trouvé cela flagrant au début, mais maintenant qu'il y repensait, Brook avait toujours tout fait pour éviter ses questions. Et lorsque cela lui avait semblé saturé de mauvaise foi, il avait décidé que c'était assez. Ou plutôt, il ne l'avait pas décidé, mais il s'était senti vexé qu'on le croit assez bête pour abandonner maintenant, et pour croire qu'il se contenterait d'adieux bancals. Il ne la lâcherait pas. Pas maintenant.

    « Dis-moi la vérité juste une fois, une fois dans cette foutue conversation. »

    L'ordre avait jailli entre ses dents comme s'il le crachait. Caine avala sa salive, se rendit compte que sa main, celle qui ne tenait pas Brook, était blanche aux jointures à force d'être crispée, la détendit légèrement.

    Heureusement que personne n'était là pour le voir en ce moment.
avatar
Caine Soren

"Pour une couronne qu’on récupère..." ♪



Messages : 195

Age du personnage : 14

Localisation : A la tête de son ''clan'' de Dégénérés




Locker
Groupe : Dégénérés
Pouvoir ou Caractéristique: Télékinésie

Détails?
:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Brooklyn Duroy le Ven 28 Sep - 18:15

Brooklyn n'aime pas particulièrement mentir mais parfois elle est dans l'obligation de le faire. C'est juste au-dessus d'elle, plus fort qu'elle enfaite. Tout serait tellement mieux si elle n'avait pas eu ce pouvoir ! Il n'est pas fait que de mauvaises choses cela dit mais lui apporte tellement de problèmes maintenant qu'elle aimerait qu'il disparaisse tout de suite. Tout nier en bloc est sans doute la solution à son problème ? Peut être, peut être pas. Si elle part tout de suite elle n'aura pas à le savoir. Ah, ce qu'elle aimerait ça, s'en aller tout de suite pour aller quelque part loin de tout ça. Quelque part où on ne parle pas de pouvoirs. Au moment où elle parle à Caine elle envie les personnes qui n'ont pas de pouvoirs. Le temps de quelques minutes passées avec lui et elle a envie d'être comme eux. Elle aimerait s'en aller quelque part loin mais la main du jeune homme se referme autour de son poignet. Quelque part, elle savait que ce ne serait pas aussi simple de partir. Ce sont les choses auxquelles il fallait s'attendre en fermant les yeux sur la vérité. Mais tout d'un coup, le regard de Caine devient beaucoup plus froid, remplit de colère et il serre beaucoup trop fort son poignet. Il n'y a plus cette hésitation, ces mains tremblantes, il ne cogne plus sur les mots. Ce qui frappe Brooke, ce n'est pas le fait que l'étreinte autour de son poignet soit trop forte, c'est plutôt ce changement. La douleur des ongles qui s’enfoncent dans la peau, ça, c'est secondaire, elle plisse légèrement les yeux puis la douleur finit par s’atténuer, voir disparaître. Ce qui fait mal, c'est le changement. En si peu de temps il est tellement grand qu'il est difficile de tout encaisser comme ça, d'un coup. Elle n'essaie pas de résister à la force du jeune homme lorsqu'il l'attire vers lui.

Caine - Pas de pouvoir ? Tu ne sais pas de quoi tu parles. Si j'en ressentais l'envie, je pourrais te balancer contre le mur comme un enfant le ferait d'une peluche.

Elle avait envie de se manifester pour son pauvre bras qui n'y était pour rien dans toute cette histoire mais au moment même où il avait prononcé ces paroles, elle ne pouvait plus. Brooklyn n'était pas idiote, elle savait qu'il disait la vérité.

Brooklyn - Et c'est ce dont tu as envie en ce moment ? Eh bien fais donc, je crois que la comparaison, jusqu'à ce qu'on en arrive à la peluche, est tout à fait adapté à la situation, dit-elle calmement en le regardant droit dans les yeux.

Comment as-tu pu autant changer Caine ?

Brooklyn n'était pas idiote mais elle n'avait pas non plus peur des menacés indirectes de Caine. Avec toutes les menaces auxquelles elle a pu avoir droit avant d'entrer à Coates, elle n'a plus vraiment peur de grand chose enfaite. Il pourrait lui mettre un couteau sous la gorge qu'elle resterait toujours aussi neutre. Les nombreuses fois où elle s'est retrouvée dans des situations embêtantes, il n'était pas là, elle était seule et n'en sortait pas tout le temps sans blessures. Où est-ce qu'il était à ce moment là ? Que faisait-il ? Elle ne détache pas son regard du sien tandis que le concerné continue ce qui commence à avoir de moins en moins de sens pour Brooke.

Caine - Je sais que toi aussi, tu es capable de choses extraordinaires. Et malgré ça, depuis le début, tu ne cesses de mentir comme une gamine prise en faute. Je ne te savais pas aussi lâche.

Et il lui demandait de dire la vérité en plus. Caine était le plus mal placé pour parler de vérité. Si la situation n'avait pas été aussi tendue, elle aurait sans doute éclaté de rire Brooklyn. Mais elle n'avait pas envie de rire. C'était troublant tout ça, ce changement. Est-ce qu'elle était la seule à le sentir ?

Est-ce que je suis la seule à le sentir Caine ?

Il fut un temps où s'il avait osé faire ça, il se serait prit de belles paires de claques. C'est sans doute le choc qui empêche Brooklyn d'agir, de le repousser, de faire quelque chose, oui quelque chose quoi que ce soit. Elle n'a pas envie de pleurer, elle ne pleure pas en public de toute façon. Elle n'a pas envie de sourire non plus. Tout ce qu'elle veut c'est partir.

Brooklyn - Ne me parle pas de mensonge alors que tu mens comme un arracheur de molaires, s'il te plait. Si je suis encore ici, ce n'est pas pour t'écouter attentivement me mentir. Tu dis avoir des pouvoirs ? C'est génial Caine, c'est ce que tu veux que je te dise ? Qu'est-ce que tu attends de moi au juste ? J'aimerais que tu m'explique parce que je suis pratiquement sûre de ne pas pouvoir subvenir à tes besoins. Rectification, j'en suis sûre parce que je n'ai pas ce que tu cherches.

Ces paroles étaient froides, coupantes, elle avait tenté de les rendre douces mais sans franc succès. Elle voulait le repoussé parce qu'elle avait l'impression de se noyer dans cette masse de questions qui la concernait.

Brooklyn - Lâche-moi Caine, murmura t-elle en jetant un coup d'oeil à son bras pour lui faire comprendre qu'il était temps qu'il le lâche.

La douleur n'y était plus mais il y resterait sans doute des marques. Elle n'y pensait pas vraiment, elle le regardait simplement dans les yeux, chose qu'elle n'avait pas cessé de faire depuis un bon moment maintenant.
avatar
Brooklyn Duroy

Messages : 44

Age du personnage : 14




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Caine Soren le Jeu 11 Oct - 21:46

    Cette conversation (si on pouvait encore appeler ainsi une altercation qui tournait de plus en plus au vinaigre au fur et à mesure qu'elle s'éternisait) commençait vraiment à devenir compliquée. Caine avait beau avoir l'expérience de la manipulation, il se demandait si elle n'était pas en ce moment sa plus grande erreur : comment réussir à amener à son but une fille qui refusait catégoriquement de l'écouter? En effet, Brook avait beau lui répondre, en réalité, elle élevait juste une nouvelle barrière à chaque phrase prononcée. S'il avait dit la vérité dès le début, s'il n'avait pas été tel qu'il était, tout aurait certainement été différent. S'il n'avait pas été lui-même, peut-être n'aurait-il d'ailleurs jamais abordé ce sujet, et leurs relations seraient redevenues cordiales, sinon amicales, et les problèmes auraient été évités avec brio. Cependant, Caine Soren était Caine Soren, celui qui ne pouvait s'empêcher de quêter les nouveaux pouvoirs et de rallier ses camarades à sa cause. S'il avait eu Diana sous la main à ce moment précis, il n'aurait eu aucun remords à immobiliser Brooklyn pour que sa potentielle fiancée puisse prendre la mesure de son pouvoir. Il ne fallait pas l'oublier, cette scène commençait sérieusement à lui taper sur les nerfs, la colère se diffusant dans son corps au point qu'il enserrait le poignet de la jeune fille comme si cela avait pu la punir de son attitude envers lui.

    Sans bouger d'un pouce, comme si son visage était gravé dans la pierre, il entendit la réponse de son ancienne amie. Sans broncher, il la laissa déballer ce qui semblait un savant mélange de mensonges et de demi-vérités qui l'irritaient au plus haut point. Il aurait voulu qu'elle baisse les armes et qu'elle lui dise qu'au moins, elle avait un pouvoir, ce qui se révélait être à présent un fait indéniable. Qu'attendait-elle, au juste? Qu'il lui fasse la démonstration du sien? (Ce qui aurait été dangereux, car s'il était déjà en ce moment sur le point de le faire sous le coup de la colère, si cette possibilité se réalisait réellement, il ne faisait aucun doute qu'il y aurait des dégâts sinon humains, du moins matériels -le mur d'en face semblait tendre les bras à la rampe d'escalier à moitié démise, par exemple. Avec un peu de chance, cela ferait sûrement un joli trou par lequel pourrait s'échapper une partie de sa frustration. Avec un peu de chance) Ou qu'il l'oblige à utiliser cette capacité mystérieuse qu'elle paraissait protéger de toutes ses forces?

    Quelque part, sous la couche de rage qui menaçait de percer définitivement, il se demanda de quoi elle pouvait bien avoir peur. Ils étaient pareils. Il lui avait dit. Était-ce ses mensonges qu'elle redoutait? Mais bien qu'elle en ait conscience, elle n'était pas en mesure de savoir à quel moment il mentait. Il les avait réduit au maximum. Et ce qui concernait leurs facultés mystérieuses relevait de la réalité pure et simple, sans ornements. Il fallait donc vraiment qu'elle soit têtue pour lui refuser le plaisir de capituler! Elle lui demandait des précisions. Il se mordit la lèvre, baissant légèrement les yeux avant de relever la tête, plantant son regard dans le sien. Puisqu'elle les désirait à ce point, pourquoi ne pas lui avouer? En enjolivant certes, mais peut-être serait-elle plus satisfaite par une explication que par une simple demande. Il avait pourtant pensé qu'en vertu d'une affection passée (car affection il y avait eu, il en était sûr. Cachée un peu, dissimulée souvent, oubliée un temps, mais elle avait été, et il n'était pas capable de croire qu'il n'en subsistait rien), elle accepterait de se livrer, au moins un peu. Une fois de plus, il se demanda d'où lui venait cette virulence, cette agressivité même, qui lui soufflait de ne rien dire. Avait-elle si peur de lui? Pour une fois, il pensa que cette méfiance qu'il instaurait parfois autour de lui pour mater les sujets potentiellement dangereux n'était pas un avantage. Il pensa aussi qu'il n'avait rien fait, jusqu'à ses précédentes paroles, pour que Brook ait des raisons de se méfier de lui. Soit elle était particulièrement perspicace, soit il s'était montré particulièrement bête cette fois-ci. Il ne savait pas trop laquelle des deux options il préférait. Certainement la première, bien que si elle se concrétisait, il devrait logiquement considérer la jeune fille comme un sujet dangereux.

    Il cligna des yeux, se tirant de ses réflexions, se força respirer calmement pour reprendre une apparence cordiale. C'était compliqué, c'était dur et désagréable, mais s'il avait encore une petite chance de sauver la situation, ce ne serait pas en brutalisant Brook, malgré l'envie qu'il en avait. Heureusement qu'il avait appris à agir de manière logique, ou les sentiments qui menaçaient de prendre le dessus quelques secondes plus tôt auraient submergé la raison, et dieu seul savait où ils en seraient à présent.

    Les réflexions qu'il avait formulé sous le coup de la colère devaient s'effacer. Pourtant, il ne parvint pas à retrouver le calme qu'il arborait habituellement. Il savait que si une nouvelle contrariété se présentait, il n'y aurait cette fois-ci plus aucun frein pour le retenir. Car s'il avait réussi à se contrôler une première fois alors qu'il était sur le point d'user de son pouvoir à des fins peu avouables, il doutait d'y réussir une deuxième.

    Il prit une grande inspiration, détacha sa main de l'avant-bras de Brook avec difficulté, comme s'il souffrait de la lâcher.

    « Désolé, commença-t-il d'une voix piteuse. Je ne voulais pas te faire mal. »

    Ce n'était qu'une moitié de mensonge. Il était en colère, toujours, quelque part, très près. Mais il n'avait pas non plus particulièrement envie de lui démettre le poignet. Cela aurait été contre-productif.

    Il se dandina d'un pied sur l'autre, semblant gêné, puis lança un regard par en-dessous à son interlocutrice, la jaugeant, attendant sa réaction.

    « Je voudrais que tu me dises pourquoi tu refuses d'admettre que tu as un pouvoir. Je ne te ferai rien. Même si tu penses que je mens, ce n'est pas grave. Dis-moi juste pourquoi. »

    Qu'il soit au moins fixé, dans ce foutoir total que devenaient leurs retrouvailles. Même si celles-ci n'avaient eu lieu qu'une poignée de minutes plus tôt, elles lui semblaient être à des années-lumières de là. Le moment où il s'interrogeait pour savoir comment l'aborder était bien loin. Il aurait dû s'estimer heureux lorsque c'était son seul problème, car ceux qui se présentaient actuellement à lui étaient bien plus épineux.

    Il se décida à balancer sa dernière carte, celle pourquoi il œuvrait depuis le début.

    « Et je voudrais que tu me rejoignes. »

    Proposition irréelle.
avatar
Caine Soren

"Pour une couronne qu’on récupère..." ♪



Messages : 195

Age du personnage : 14

Localisation : A la tête de son ''clan'' de Dégénérés




Locker
Groupe : Dégénérés
Pouvoir ou Caractéristique: Télékinésie

Détails?
:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Brooklyn Duroy le Mar 30 Oct - 17:17


Ce n'était pas qu'une impression, plus cette conversation s'allongeait, plus les choses allaient de plus en plus mal entre eux. Comme s'ils avaient ouvert un robinet et qu'ils n'étaient plus capable d'arrêter l'eau. Ils se noyaient. Non, elle se noyait sous ses questions qui n'avaient rien à faire ici. Ses questions, les seules qui pouvaient faire changer son comportement en quelques minutes. Caine, tu aurais pu lui poser n'importe qu'elle question, tu aurais pu lui demander n'importe quoi et elle t'aurais répondu. Mais cette question est la question joker. Du moins, personne n'a osé la poser avant toi. Ah, dire que tout semblait s'arranger au moment où elle t'as retrouvé, elle se sentait moins seule dans cette prison à ciel ouvert et maintenant elle a l'impression de se retrouver seule avec elle même petit à petit. Comment est-elle censée te considérer maintenant ? Devrait-elle s'éloigner de toi ? Partir ? Couper les ponts ? Ce sont des retrouvailles gâchées par ta curiosité. Curiosité probablement récente, car ça ne ressemble pas à ton ancien toi. Brooklyn ne peux pas t'en vouloir pour autant, elle aussi a changé, énormément ; elle n'est plus aussi naïve et impuissante qu'autre fois. Les choses ont énormément changer. Disparaitre à nouveau, est une idée.

Lorsqu'il libéra enfin son poignet en s'excusant, elle constatat que sa main n'avait pas été très délicate avec elle. Il ne voulait pas lui faire du mal, dommage les choses étaient déjà faite. Bien plus mentalement que physiquement. Le pire aurait été qu'il n'en ait pas conscience. Rectification, le pire était déjà là, il posait ses questions sans se préoccuper d'elle, des éventuelles raisons qui la poussaient à être aussi réservée, interdite à propos de son pouvoir. Elle passa sa main autour de son poignet sans rien ajouter, laissant Caine poursuivre.


Caine - Je voudrais que tu me dises pourquoi tu refuses d'admettre que tu as un pouvoir. Je ne te ferai rien. Même si tu penses que je mens, ce n'est pas grave. Dis-moi juste pourquoi.


Silence toujours. Intérieurement elle pensait que si l'idée de lui faire du mal lui traversait l'esprit et qu'il donnait vie à cette idée il payerait cher. Le double de ce qu'il aurait osé lui faire, peut être même pire.


Caine - Et je voudrais que tu me rejoignes.


Forcément. Pourquoi insisterait-il autant pour savoir toutes ses choses si elle n'est pas à ses côtés au final ? A moins qu'il soit devenu comme ça, de ces personnes qui veulent être au courant de tout. Si c'était donc le cas, le fait qu'il se soit mit à lire des magasines n'étonnerait pas la jeune fille une secondes. Mais ce serait assez comique de voir Caine, avec un magasine à la main. Peut être qu'elle ne s'en remettrait pas et mourrait d'avoir trop rit... D'une main hésitante, un peu tremblante, elle attrapa le bras de cette personne qu'elle n'arrivait plus à qualifier de quoi que ce soit et puis se mit à marcher lentement sans destination précise, elle en avait besoin.


Brooklyn - Si je ne peux pas te mentir, je vais te dire ce que tu veux tellement entendre... J'ai un pouvoir et je ne veux pas l'utiliser de cette façon, je ne veux pas qu'il soit abusé, je ne veux pas en dépendre tout court. Je ne te dirai pas ce que c'est, je crois que c'est beaucoup trop dangereux. En réalité j'ai un peu peur de ce pouvoir, peur qu'il finisse par me nuire plus qu'autre chose... Elle s'arrêta de marcher puis regarda Caine droit dans les yeux ajoutant en resserrant l'étreinte de sa main autour du bras du jeune homme ; Caine, je ne veux pas être utilisée, être une options ou quoi que ce soit. Je veux juste quitter ce pensionnat au plus vite. Je sais que tu ne comprends probablement pas mais j'aimerais que tu utilise ton cerveau d'amis et que tu te fasse violence pour comprendre que si je pouvais, le plus souvent je me débarrasserait bien de ce pouvoir... Maintenant c'est à toi de voir si tu veux garder une amie ou simplement le pouvoir qui l'accompagne. Je ne vais pas te mentir, je sais que tu es trop important pour moi pour que je m'abandonne à ce pouvoir, reste à savoir si tu vois les choses comme moi...



Elle finit par lâcher son bras, craignant une réaction trop brusque, d'être repoussée en somme. Toute la froideur provenant d'elle finit par fondre, laissant place à ... Moh Brooklyn ? Tu pleures ? Impossible de savoir si c'est le cas, elle lui tourne à présent le dos et passe discrètement ses mains au niveau de ses yeux pour effacer ce... débordement.
avatar
Brooklyn Duroy

Messages : 44

Age du personnage : 14




Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Caine Soren le Ven 14 Déc - 14:56

    Caine soupira et passa une main dans ses cheveux, s'attardant sur son front, comme pour le masser légèrement. Quelle galère. Il préférait encore se prendre la tête avec Diana. Celle-ci avait l'avantage de n'avoir strictement rien à cirer de ce qu'il pouvait lui raconter, attendant simplement le moment où elle pourrait se moquer de lui pour une raison ou pour une autre. Tout venait du problème que Brook n'était pas Diana. Qui, elle, n'avait absolument aucun complexe sur le fait qu'elle possédât un pouvoir (En fait, Caine était même persuadé qu'elle en était atrocement fière, d'autant plus que c'était elle qui était capable de voir à quel niveau se situait la capacité en question. Autant dire qu'elle savourait son savoir avec une satisfaction non dissimulée, ce qui était parfois franchement irritant).

    S'il se sentit presque soulagé lorsque Brook formula de sa bouche les paroles qu'il souhaitait entendre depuis le début (et qu'il avait eu tant de mal à obtenir, ce qui ferait entrer cette conversation dans les annales en tant que la plus éprouvante qu'il ait jamais eu, toutes personnes confondues -même si celles avec Drake possédaient un potentiel fatigue extrêmement élevé, surtout quand celui-ci jouait les fortes têtes), il ressentit une brusque angoisse à l'idée de la suite. Et maintenant? Brook lui laissait clairement entendre que s'il la forçait à quoi que ce soit, leurs relations risquaient d'être coupées sans aucune autre cérémonie, ce qui, en plus de lui causer un désagréable minuscule petit pincement au cœur (oui, il était vraiment limité, et il ne voulait surtout pas qu'on lui en parle ou que quiconque soit mis au courant de son existence), n'arrangeait nullement ses plans. S'il avait voulu entrer en relation avec la jeune fille, c'était avant-tout pour qu'elle serve ses plans, et non pour s'en faire une ennemie. Il n'aurait servi à rien qu'elle lui révèle la précieuse information qu'elle détenait si elle lui tournait le dos tout de suite après. De plus, il restait une interrogation qui le taraudait : quel était exactement son pouvoir? On lui avait rapporté d'étranges événements, mais quelle en était la nature? Il avait peur que les questions restent sans réponse, tant Brook lui faisait ses aveux avec répugnance, tant elle semblait craindre son pouvoir, ce qui laissait Caine dubitatif. A quoi servait d'avoir quelque chose de plus que les autres si c'était pour le laisser de côté? Il était persuadé qu'ils avaient reçu leurs dons pour les utiliser, et non pour qu'ils servent de décoration, ou pire, qu'ils les gênent. Si l'on possédait un atout, le mieux était de le mettre à profit. Cependant, Brooklyn ne semblait pas partager son avis, ce qui était bien dommage. Et il craignait de ne pas pouvoir la faire changer d'avis, du moins aujourd'hui. Elle en avait trop supporté. S'il en rajoutait encore dans les demandes, elle risquait de lui fermer la porte au nez à jamais.

    De nouveau, Caine se mit donc à réfléchir. Que devait-il faire? Il était certain de ne plus devoir insister, d'abord parce qu'une nouvelle altercation risquait de le faire sortir de ses gonds, ensuite parce que Brooklyn risquait de ne pas résister à l'envie de lui en foutre une (ou de lui lancer un objet contondant à la tête, c'était au choix, et il n'était pas sûr de vouloir vivre l'un comme l'autre). Cependant, il refusait d'abandonner totalement ses projets. Le meilleur moyen aurait été de convaincre Brook que un, son pouvoir n'était nullement dangereux à partir du moment où elle réussissait à le contrôler (il devrait se retenir d'évoquer le jour où il avait balancé un urinoir sur un de ses camarades, cela risquait de ne pas faire bonne impression), de deux, qu'aider Caine était la meilleure option qui s'offrait à elle. Autant de beaux projets qu'il ne réussirait pas à mener à bien aujourd'hui, puisqu'émotionellement, Brook ne supporterait pas une nouvelle tentative de sa part. La meilleure solution restait alors de remettre ses questions et ses demandes à plus tard, quand elle aurait suffisamment récupéré pour accepter de l'écouter sereinement (plus ou moins, car il doutait qu'elle soit plus réceptive la prochaine fois que celle-ci).

    Il sursauta quand Brook lâcha son bras, absorbé comme il l'était par ses réflexions, et regarda avec une horreur grandissante son amie (pour autant qu'elle le soit toujours) se retourner, et s'essuyer les yeux comme si elle cherchait à sécher des larmes. Caine écarquilla les yeux, déglutit, et décida de faire comme s'il n'avait rien vu. S'il y avait quelque chose à laquelle il détestait assister, c'était les séances de pleurs. Certes, il parvenait à surmonter l'épreuve et à faire bonne figure, mais il n'aimait pas cela. D'abord parce qu'il se sentait ridicule, ensuite parce que... Parce qu'il n'aimait pas cela, voilà tout. Cela lui faisait penser à Madeline, et il n'avait pas spécialement envie de se remémorer sa vie d'avant le pensionnat, qui lui paraissait si lointaine que, dans ses souvenirs, il avait l'impression que ce n'était pas vraiment lui qui agissait.

    Il prit une brusque inspiration pour cacher sa gêne, passa sa main derrière sa nuque, ramassa son sac qui trainait sur le sol - il ne se souvenait même plus à quel moment il l'avait posé – avant de prendre la parole.

    « Dans ce cas, je vais te laisser. Mais sache que je reviendrai te voir. »

    Sûrement très bientôt, pour que tu n'oublies pas que je pense à toi, ou que tu soies, et que je veux que tu restes à mes côtés, que ce soit pour toi-même ou pour ce que tu peux m'apporter.

    Il saisit la rambarde de l'escalier, se hissa sur la première marche, puis sur la deuxième, avant de se retourner vers Brooklyn, la toisant depuis les hauteurs avec un sourire ambigu, moitié amical, moitié carnassier, comme une bête qui endort la méfiance de sa proie avant de la prendre à la gorge.

    « Souviens-toi que je n'oublie pas cette conversation. »

    Il y avait même des chances pour que celle-ci occupe ses pensées pendant un très, très long moment. Il n'avait pas fini d'en repasser chaque instant dans sa tête et d'imaginer ce qui aurait pu se passer s'il avait agi autrement.

    Il allait partir quand il se retourna une dernière fois.

    « Ce que je veux, c'est le tout. Toi et ton pouvoir. Car il fait parti de toi, que tu le veuilles ou non. »

    Enfin, il quitta Brook, se dirigeant vers la salle de classe où aurait lieu le prochain cours.

    Ce qui était sûr, c'est qu'il attendrait avec appréhension sa prochaine rencontre avec la jeune fille.
avatar
Caine Soren

"Pour une couronne qu’on récupère..." ♪



Messages : 195

Age du personnage : 14

Localisation : A la tête de son ''clan'' de Dégénérés




Locker
Groupe : Dégénérés
Pouvoir ou Caractéristique: Télékinésie

Détails?
:

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: OUCH, I THINK I'M SEVERELY HURT ! {FEAT MR SOREN

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum